Votre compte
Mercredi 16 Janvier 2019, 05:37 Le J2R.com, le site du Journal de la Rechange et de la Réparation : actualités auto, après-vente, services, équipementiers.
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page
Alors que le contrôle des émissions polluantes a été différé de six mois pour les VL, les PL n'ont pas bénéficié du même traitement. Le Syndicat national du contrôle technique automobile (SNCTA) demande un ajournement jusqu'au 1er juillet 2019.
Contrôle technique : le SNCTA veut aussi un report pour les poids lourds

Le SNCTA estime qu'une période transitoire d’une durée raisonnable doit être laissée aux centres de CT de poids lourds pour la mise en oeuvre des nouvelles mesures des fumées d’échappement.

 

Dans un courrier officiel, le SNCTA vient de demander au ministre de la Transition écologique et solidaire de différer l’entrée en vigueur du nouveau contrôle technique pour les véhicules industriels. En effet, si les dispositions tenant à renforcer le contrôle des émissions émanant des véhicules légers ont été différées de six mois, celles concernant les poids lourds ont été maintenues.

Au vu du nombre de centres équipés et soucieux de ne pas mettre en difficulté les transporteurs, le Gouvernement a toutefois décidé de reporter au 1er février le blocage des logiciels. Les centres non équipés dans les délais sont néanmoins susceptibles d'être sanctionnés dès début janvier… Une situation pointée du doigt par le syndicat qui souhaiterait reporter l’application de ces dispositions au 1er juillet 2019 afin de laisser le temps aux contrôleurs d’actualiser leurs matériels.

"Une grande partie des centres de contrôle technique pour véhicules lourds vont se trouver dans l’impossibilité matérielle de respecter les nouvelles obligations dès le 1er janvier pour des raisons indépendantes de leur volonté. Des retards ont été pris dans l’expérimentation des nouveaux matériels, ce qui a retardé les homologations et induit l’impossibilité pour les fabricants de livrer les centres de contrôle technique", explique le SNCTA.

L’organisation professionnelle pointe aussi du doigt les opacimètres de nouvelle génération qui présenteraient des difficultés d’utilisation, estimant que la profession pourrait faire face à "des défaillances graves en termes de fiabilité des mesures réalisées". Le SNCTA juge, en outre, que les sanctions encourues par les centres sont "illégales" puisqu’elles ne sont autorisées par aucun texte.

Ajouter un commentaire
 
Pour laisser un commentaire,  
inscrivez vous
A la une de l'actualité
Animation réseau : Gefa muscle son jeu

Animation réseau : Gefa muscle son jeu Si le groupement d'Alliance Automotive a enregistré de probants résultats en 2018, la contribution de ses adhérents au développement de l'enseigne Garage & Co, qu'il partage avec Précisium, reste

lire la suite [...]
Alternative Autoparts s’allie à Centaure

Alternative Autoparts s’allie à Centaure Experts dans leur activité respective, les groupements de distributeurs Alternative Autoparts et Centaure unissent leurs forces. Grâce à cette alliance, les centrales mutualiseront leurs achats et leurs

lire la suite [...]
Titan Equipement, le nouvel atout du groupe Hubert

Titan Equipement, le nouvel atout du groupe Hubert Lancée depuis le 1er janvier 2019, cette nouvelle structure unifie et organise l'activité équipement du distributeur mosellan. Conscient du potentiel de développement, Didier Hubert voit grand avec

lire la suite [...]
AD dévoile sa nouvelle campagne de publicité

AD dévoile sa nouvelle campagne de publicité Le réseau AD annonce le lancement d’une nouvelle campagne publicitaire dès janvier 2019. Cette opération s'articule autour de plusieurs spots TV reprenant la nouvelle signature de l’enseigne : "AD,

lire la suite [...]
Haut de page
 
Accès direct au menu Accès direct au contenu de la page