S'abonner
Non classé

Autostyl, quand la passion s’allie à la raison

Publié le 9 mars 2012
Par Clotilde Chenevoy
4 min de lecture
Amoureux de l’automobile depuis toujours, Eric Bernard a commencé sa carrière dans le commerce alimentaire, loin de l’univers qu’il affectionne. Il allie finalement passion et raison en 1989, en ouvrant avec son père la première boutique Autostyl. La société compte aujourd’hui 3 sites, avec un chiffre d’affaires de plus de 3 millions d’euros.
Eric Bernard a ouvert avec son père la première boutique Autostyl en 1989.
Eric Bernard a ouvert avec son père la première boutique Autostyl en 1989.

Prix du Distributeur de l’Année Entreprise

Commercial de formation, Eric Bernard a fait ses premières armes dans le domaine de l’alimentaire, chez le spécialiste des œufs, Mas d’Auge. L’automobile ne représente alors qu’une passion monopolisant son temps libre. Le dirigeant fait de la compétition de motocross. Son orientation vers le commerce de la pièce se fera sous l’impulsion de son père, commercial pour une succursale de l’Autodistribution. Ce dernier souhaite se mettre à son compte et Eric Bernard l’accompagnera alors dans cette nouvelle aventure. En 1989, la première boutique Autostyl voit le jour à Bourg-en-Bresse. Dès le départ, les entrepreneurs, bien qu’indépendants dans l’âme, se sont rapprochés d’une amicale, qui adhérera ensuite à Partner’s. Le magasin d’à peine 70 m2 se situe en plein centre-ville, et vend surtout aux particuliers. Eric Bernard s’occupe alors de faire du “laisser sur place” pour les garagistes, tandis que son père gère les ventes au comptoir.

Concernant la concurrence dans la région, Autostyl fait face à un géant, l’Autodistribution (AD 74.01), mais il semblerait que la taille humaine de la structure permette à l’entreprise de trouver sa place. En 1991, la société se développe et la nécessité de s’agrandir se fait sentir, tout comme de recruter. Pour atteindre les 250 m2, la boutique quitte le centre-ville. “Ce nouveau local semblait immense, se souvient Eric Bernard. Et avec ce déménagement, nous nous sommes davantage tournés vers une clientèle professionnelle, qui s’est fortement développée en raison de notre service de “laisser sur place””.

La société Autostyl continue donc de croître sur tous les fronts : stocks, personnel et chiffre d’affaires. Et, logiquement, cette croissance appelle un nouveau déménagement. En 1997, Eric Bernard et son père achètent alors de nouveaux bâtiments de 500 m2 au sol, toujours sur Bourg-en-Bresse. Ce site a été conservé, le développement d’Autostyl s’opérant ensuite sur l’ouverture de nouveaux points de vente.

L’accélération des années 2000

L’année 2000 fut un tournant dans la société : le père se retirant de l’affaire familiale, Eric Bernard devient le gérant d’Autostyl. De plus, l’activité, axée purement sur le négoce, se diversifie avec le rachat d’un atelier de rectification à Bourg-en-Bresse. Le gérant rajoutera de nouvelles prestations, dont l’électricité automobile ainsi que la réparation de radiateurs, en rachetant le fonds de commerce mitoyen à son atelier. “Nous avons saisi les opportunités qui s’offraient à nous, commente Eric Bernard. Dès le départ, notre choix a été de positionner l’atelier comme une valeur ajoutée en termes de services, et donc de ne réaliser que des prestations techniques, pour les professionnels. Cette activité se développe d’ailleurs sous une autre entité, ERC Auto.”

En 2007, la société crée un nouveau point de vente, de 400 m2, toujours dans l’Ain, à Arbent. Le dirigeant embauche alors quatre personnes, un responsable de magasin, deux magasiniers et un commercial. En février 2011, une autre antenne ouvre sur Meximieux (01), encore une fois en création pure. La structure a nécessité un investissement d’environ 300 000 euros, pour le bâtiment et le stock. Cette ouverture conforte la stratégie d’Eric Bernard, d’adopter un maillage départemental. Avec cette nouvelle implantation, la logistique reste simple vis-à-vis des deux autres magasins. “Les sites conservent la même politique en termes de fournisseurs, détaille Eric Bernard. A 80 %, nous travaillons avec les grandes marques des équipementiers, particulièrement pour répondre à la demande des clients pros qui veulent de l’identique à l’origine. Mais l’arrivée des Eurorepar et Motrio nous a amenés à référencer des marques permettant de fournir une pièce dont le prix est en adéquation avec la typologie de la voiture. On ne peut plus vendre uniquement du premium. Il faut s’adapter au marché.” Autostyl a donc fait de la place dans ses racks pour accueillir une deuxième marque, dépositionnée, sur les références de grandes ventes. Depuis décembre dernier, l’entrepreneur a décidé de jouer la carte TecDrive, la nouvelle marque de distribution de l’Agra, auquel il adhère depuis 2008. Le groupement, mené par André Brutinel, disposait auparavant de la marque ARB, qui ne satisfaisait pas jusqu’alors Eric Bernard. L’Agra a créé un groupe pour donner un nouvel élan à sa MDD. Et les changements sont conséquents : nouveau nom et nouveau packaging. Le produit gagne ainsi en modernité et en qualité. Et, pour le dirigeant d’Autostyl, TecDrive représente une bonne alternative pour répondre à la demande de prix.

L’autre axe de développement porte sur la pièce technique, la demande des clients ne faisant qu’augmenter. Une vraie opportunité de croissance, puisque ces références apparaissent génératrices de valeur. Les stocks s’agrandissent, même si la société s’appuie fortement sur la plate-forme de son groupement, qui livre deux fois par jour le site de Bourg-en-Bresse. L’entreprise adopte une gestion des stocks en flux tendu, sans toutefois travailler dans l’urgence.

Un réseau à l’étude

Ces développements se traduisent dans le chiffre d’affaires du distributeur, qui augmente de façon constante. Ainsi, le CA 2011 se monte à 3 068 076 euros, contre 2 762 033 euros en 2010 et 2 605 774 en 2009. Et les résultats devraient encore prendre de l’ampleur. D’une part, Eric Bernard prévoit de doubler la surface de son site de Bourg-en-Bresse d’ici le printemps.
De plus, le grossiste ne joue pas, pour l’heure, la carte du réseau de garages. L’offre de l’Agra ne lui convient pas, et il n’a pas cherché à travailler ce point avec des équipementiers. “La carte réseau nous manque, déplore le grossiste. Le réseau de l’Agra manque de communication, d’une meilleure mise en avant. Toutefois, il reste indispensable d’avoir l’appui d’un groupement pour ce projet. L’objectif consiste donc à relancer le réseau, en réalisant un travail similaire à celui que nous avons fait avec la MDD. Les garagistes veulent de l’aide et des outils pour leur quotidien, mais si cela coûte aux clients, il faut bien qu’ils y trouvent de la valeur ajoutée.” Et selon le planning d’Eric Bernard, l’aventure réseau devrait commencer courant 2012.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle