S'abonner
Non classé

Baromètre CNPA : l'après-vente en baisse de 3 %

Publié le 1 février 2012
Par Frédéric Richard
< 1 min de lecture
Depuis 2008, les Français ajustent au mieux leur budget automobile, qui retardant leur achat, qui attendant les aides pour se décider. On pensait ainsi que l'arrêt du dopage du marché par les primes à la casse aurait de plus lourdes conséquences. Si le marché s'est globalement maintenu à un niveau acceptable, il semblerait que la fin 2011 rappelle la morosité effective de la filière…
Depuis 2008, les Français ajustent au mieux leur budget automobile, qui retardant leur achat, qui attendant les aides pour se décider. On pensait ainsi que l'arrêt du dopage du marché par les primes à la casse aurait de plus lourdes conséquences. Si le marché s'est globalement maintenu à un niveau acceptable, il semblerait que la fin 2011 rappelle la morosité effective de la filière…
Depuis 2008, les Français ajustent au mieux leur budget automobile, qui retardant leur achat, qui attendant les aides pour se décider. On pensait ainsi que l'arrêt du dopage du marché par les primes à la casse aurait de plus lourdes conséquences. Si le marché s'est globalement maintenu à un niveau acceptable, il semblerait que la fin 2011 rappelle la morosité effective de la filière…

Comme prévu, les ventes de VN ont reculé au troisième trimestre 2011, par rapport à la même période en 2010. Pour sa part, l'ensemble de  l'année 2011 accuse un recul de plus de 1 %. Toutefois, le marché reste au-dessus de la barre symbolique des 2 millions d'unités. Concernant le véhicule d'occasion, les ventes se sont montrées stables ou en très légère progression (+1 %), sans retrouver le niveau de 2007.

C'est l'activité de réparation qui semble avoir le plus souffert, avec un chiffre d'affaires en recul de près de 3 % en 2011. D'autant que le moral des entreprises a souffert lui aussi. 41 % des personnes interrogées déclarent que leurs marges ont subi de lourdes dégradations sur la période. C'est la première fois que ce chiffre est aussi élevé.
Au vu de ce constat mitigé, voire décevant, la rigueur, ou du moins l'attentisme, sont de mise pour les premiers mois de 2012. D'autant que les incertitudes concernant le contexte politique perdurent.
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle