S'abonner
Non classé

Diag 24 encore trop peu exploité

Publié le 19 février 2015
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
L'Autodistribution veut inciter ses réparateurs à s'emparer davantage de sa hotline Diag 24. Pour la direction, cet outil contribue à assurer la pérennité des réseaux.
L'Autodistribution veut inciter ses réparateurs à  s'emparer davantage de sa hotline Diag 24. Pour la direction, cet outil contribue à assurer la pérennité des réseaux.
L'Autodistribution veut inciter ses réparateurs à s'emparer davantage de sa hotline Diag 24. Pour la direction, cet outil contribue à assurer la pérennité des réseaux.

Les réseaux mettent de nombreux services à disposition de leurs adhérents, toujours dans l'optique de générer du trafic ou encore d'optimiser le fonctionnement des ateliers. Pour autant, beaucoup de réparateurs ne prennent pas le temps, ou ne voient pas d'intérêt réel de se pencher sur de nouvelles solutions. Les exemples se révèlent nombreux.

Chez Autodistribution, si le volet digital semble remporter l'adhésion des garages, l'usage de la hotline technique reste trop restreint. L'offre Diag 24 coûte 55 euros par mois, "soit à peine plus qu'une heure de main d'œuvre", souligne la direction du groupement. En comparaison, chez Peugeot, le dossier est facturé 70 euros aux agents, et un abonnement IMA Technologies atteint 110 euros par mois.

Le frein n'est pas financier, mais se situe dans le changement des habitudes. "Il y a certaines défiances des garages vis-à-vis de ce service, explique Laurent Desrouffet, directeur commercial pour l'Autodistribution. Nous incitons régulièrement les réparateurs à souscrire à ce service, et le taux d'utilisation augmente, mais reste encore insuffisant. Nous avons 1313 abonnés et nous devrions en avoir le double. Nous ne faisons pas de profit sur Diag 24 qui constitue pour nous un moyen de soutenir nos réparateurs, afin qu'ils puissent continuer à intervenir sur tous les véhicules."

Assistance Diag 24 est un service intégré de l'Autodistribution, développé et lancé par AD Parts en Espagne, dès 2006. Un call center de 24 techniciens se charge de répondre aux demandes des réparateurs français, portant aussi bien sur la demande de schémas, l'interprétation de codes défauts ou la résolution de pannes.

L'assistance dispose d'une base de données de 450 000 cas, qui s'enrichit, bien sûr, au fil des contacts. L'objectif pour la direction consiste à rappeler au réparateur qu'il peut se concentrer sur son activité de réparation et gagner du temps sur une réparation en utilisant Diag 24.

D'autant qu'il reste toujours difficile de facturer au client une longue recherche de panne. Le fonctionnement de l'atelier s'en trouve optimisé, avec une main d'oeuvre entièrement tournée vers l'intervention sur les véhicules.  A titre de comparaison, les réparateurs AD espagnols utilisent 7 fois plus Diag 24 que les Français !

Sur 2014, la ligne technique a traité 17 525 appels, soit 2,5 fois que depuis 2010, avec 98,8% des pannes solutionnées. Les motifs de consultations les plus demandés sont : Moteur Diesel (48%), Electricité (11,3%), Moteur Essence (11,3%) et Confort (10,3%). 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle