S'abonner
Non classé

Renault souhaite développer la pièce de réemploi

Publié le 23 novembre 2011
Par Clotilde Chenevoy
< 1 min de lecture
A l’occasion d’une rencontre organisée sur le salon Equip Auto, Philippe Peigney, directeur après-vente de Renault, a évoqué un projet portant sur la PRE, via la structure Indra.
Fournir un service sans pour autant plomber le prix de la pièce, tel est l’enjeu majeur du marché de la pièce de réemploi.
Fournir un service sans pour autant plomber le prix de la pièce, tel est l’enjeu majeur du marché de la pièce de réemploi.

“Nous travaillons sur la revalorisation de la pièce de rechange, explique Philippe Peigney, directeur après-vente de Renault. Mais le marché de la pièce d’occasion reste pour l’instant encore déficitaire. Motrio nous permet de prolonger la vie du véhicule jusqu’à environ 8 ans. Au-delà, c’est la pièce de réemploi qui prend le relais. Le potentiel se révèle d’autant plus intéressant que 50 % du parc roulant se trouve âgé de plus de 8 ans.”

Deux sites en phase de tests

Concrètement, Renault procède actuellement à des tests sur les sites de Romorantin et de Noyelles-Godault. La véritable problématique porte sur la logistique, dont le coût ne doit pas venir “plomber” le prix final de la pièce. Par ailleurs, les équipes travaillent également sur des solutions pour mettre en place la traçabilité de chaque référence, ainsi que sur la création d’une documentation technique.

L’objectif tarifaire final consiste à positionner la pièce de réemploi à un prix d’environ 80 % en dessous d’une pièce neuve. Le marketing entourant cette offre n’a pas été plus détaillé, mais Renault annonce déjà que si la commercialisation de ces produits est lancée, elle ne se fera pas sous la marque Motrio. Verdict le 15 novembre, Renault ayant fixé cette date pour dresser un bilan des tests opérés sur les deux sites.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle