S'abonner
Equipementiers

Continental prépare son réseau pour 2015

Publié le 14 novembre 2013
Par Frédéric Richard
2 min de lecture
Pour faire taire des rumeurs insistantes depuis Equip Auto, Continental a tenu à préciser les choses, quant à sa stratégie de développement dans le secteur de la distribution de pneumatiques.
Pour faire taire des rumeurs insistantes depuis Equip Auto, Continental a tenu à préciser les choses, quant à sa stratégie de développement dans le secteur de la distribution de pneumatiques.
Pour faire taire des rumeurs insistantes depuis Equip Auto, Continental a tenu à préciser les choses, quant à sa stratégie de développement dans le secteur de la distribution de pneumatiques.

Le manufacturier allemand fait des emplettes. Après le rachat de RIPA pneus et ses 10 points de vente en 2010, la prise de participation dans la société Alençon Pneus (45 points de ventes) en 2011 et, début novembre dernier, le rachat de DK-leclerc Pneus (55 ateliers), les rumeurs allaient bon train sur la stratégie de Continental. D'autant que le manufacturier de Hanovre a aussi racheté la marque Eurotyre il y a trois ans, fédérant actuellement environ 150 points de vente.

Aujourd'hui, le manufacturier veut clarifier les choses et faire taire les rumeurs. Oui, la constitution d'un réseau est bien en marche, dans le cadre d'une structure tout à fait officielle, baptisée "Contitrade". Son patron, Arnaud Lagandré, a pour mission de faire évoluer les points de vente récupérés lors des différents rachats, vers un standard homogène commun, qui prendra un nom spécifique, encore indéfini, et pour un lancement prévu en janvier 2015 ou 2016. Pour Serge Bonnel, directeur Général de Continental France SNC: "Notre arrivée sur le marché de la distribution fait suite à l'évolution de celui-ci. Il est aujourd'hui dominé par des gros indépendants, et des réseaux appartenant à des manufacturiers concurrents. Il nous fallait donc réagir", décrit-t-il.

Pour autant, et Serge Bonnel, ne le cache pas, la tâche pourrait se révéler plus complexe qu'il n'y paraît. En effet, les points de vente Eurotyre, désormais animés par Continental, devraient alors se retrouver sous une bannière commune avec les sites Profil + issus des reprises citées plus haut. Des sites qui vont sans doute être amenés à quitter l'enseigne Profil +, qui comme on le sait, fédère de farouches indépendants, qui entendent bien le rester de toute emprise manufacturière… On s'achemine donc tout droit vers une stratégie à deux niveaux, articulée autour de succursales et de franchisés, priorité étant donnée au développement de ces derniers, pour limiter les coûts, même si Serge Bonnel n'exclut pas d'autres rachats à moyen terme.

Aujourd'hui, le "réseau" Continental pèse donc 150 points de vente Eurotyre, et 110 indépendants sous enseigne, arborant les couleurs de Profil +. Géographiquement, le maillage couvre le Nord et l'Est de la France, la Normandie et une partie du Sud. Il reste donc du travail pour bien couvrir l'hexagone, notamment à l'Ouest. Toutefois, Serge Bonnel n'en fait pas une priorité: " Vouloir présenter un maillage suffisant pour le VL relève de l'utopie, car il faudrait plus de 2 500 sites pour pouvoir affirmer qu'aucun client ne se trouve à plus de 10 minutes d'un centre. De plus, les loueurs et flottes font toujours appel à plusieurs prestataires. En revanche, en PL et en industrie, la question se pose vraiment, et dans ce cadre, nous préférons capitaliser sur des accords avec des acteurs locaux".

En conclusion, Continental n'en est qu'aux prémices, mais voulait exprimer la réalité de sa stratégie réseau. Reste à savoir quels arguments Arnaud Lagandré et ses équipes trouveront pour fédérer, sous une même enseigne, des succursales et des franchisés et atteindre l'objectif fixé, que Continental devienne numéro 2 en France, en volume et en notoriété.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle