S'abonner
Feda

Naissance d’une nouvelle région Feda : Le syndicat Nord Normandie

Publié le 19 août 2014
Par 
3 min de lecture
Au cours d’une Assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue à Paris le 6 mai 2014, les membres de la Feda Nord et de la Feda Normandie ont voté à l’unanimité en faveur de la création d’une région unique plus grande, plus représentative au niveau national et permettant une animation régionale plus riche et diverse.
Christian Trancart
Christian Trancart

La nouvelle région réunit tous les départements de la région Nord Picardie et ceux de la région Normandie : Aisne, Nord, Oise, Pas de Calais, Somme, Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine Maritime. Ce qui représente environ 130 points de vente de distribution de pièces de rechange, 185 centres autos, plus de 5 000 points de réparation et un parc total de plus de 5,6 millions de véhicules.

L’initiative de ce projet, aujourd’hui concrétisé, revient à Jacques Rifflart, ancien président de la Feda Nord Picardie qui a promu ce regroupement pour tenir compte de l’évolution de la profession au cours des dernières années et pour un syndicat plus efficace. Le projet, validé au plan régional puis au plan national, il ne restait plus qu’à obtenir son approbation par les adhérents de ces syndicats. Ce qui fut fait lors des Assemblées générales ordinaires des Feda Normandie du 16 septembre 2013 et Nord Picardie du 17 septembre 2013, avant la convocation d’une Assemblée générale extraordinaire.

Christian Trancart élu président de la Feda Nord-Normandie

Les cinq membres du nouveau Bureau régional ont été élus pour un mandat de trois ans : Christian Trancart, dirigeant de Normandie Accessoires à Rouen et par ailleurs Trésorier de la Feda au niveau national, est élu président du syndicat. Olivier Melis, directeur général en charge du développement de Mobivia Groupe situé à Lesquin, est le vice-président du nouveau syndicat, Benoît Coustham, P-dg des Ets Coustham B., situés à Gruchet Le Vallace, devient Secrétaire, Jean-François Desmet, dirigeant responsable des ventes de la société Nippon Pièces Services à Fretin est élu trésorier. Enfin, Michel Maupoil, dirigeant de la société Essor Automobile à Reims, est le nouveau délégué général à la Formation professionnelle.

Suite à cette élection, Christian Trancart devient membre du Comité directeur de la Feda, il était déjà membre du Bureau fédéral. Les 5 membres du nouveau bureau sont également membres du Conseil national de la Feda.

-------------
QUESTIONS À... Jacques Rifflart, dirigeant de la Société Genelec

Jacques Rifflart, dirigeant de la Société Genelec à Arras et ancien président de la Feda Nord Picardie est l’initiateur de ce projet de regroupement des 2 régions. Nous l’avons interrogé pour connaître ses motivations.

Quelle a été la genèse de ce rapprochement ?
C’est au cours d’une réunion régionale de la Feda Nord Picardie en juillet 2013 que le sujet a été abordé pour la première fois. Devant le constat des concentrations et des cessions d’entreprises survenues dans la zone Feda NP, qui ont changé les structures régionales d’origine de la distribution à la fois en termes de représentativité et à la fois du nombre des adhérents, j’ai proposé à mes collègues du Bureau Nord Picardie une réflexion sur les conséquences à tirer de cette évolution.

Qu’aviez-vous observé ?
Tout simplement que Le nombre d’adhérents indépendants cotisants ne cessait de baisser, soit par cessation d’activité, soit par cession, certaines entreprises cédées passant sous le contrôle de groupes dont le siège n’est pas situé dans notre syndicat.

J’avais également constaté, que, à l’exception des cas particuliers de la Feda Centre et de la Feda DOM-TOM, notre région était avant dernière en termes d’adhérents, de potentialité de marché, juste devant la Feda Normandie. De plus, Le contexte économique actuel nous incitait à alléger et à rationaliser davantage les structures de fonctionnement de la Feda.

D’où l’idée de fusionner la Nord Picardie et la Normandie ?
La fusion de ces 2 régions doit nous conduire à constituer une nouvelle région dont le poids correspondra à la moyenne des autres régions actuelles de la Feda et la placera nationalement en 5e position. Par ailleurs, les mentalités et l’approche des problèmes structurels de la distribution dans ces 2 régions me semblaient homogènes et susceptibles de créer une émulation dynamisante pour la profession. Enfin La proximité géographique ne me semblait pas plus pénalisante qu’actuellement pour les AG, réunions de bureau et autres événements, l’épicentre de cette nouvelle entité se situant à hauteur d’Amiens ou d’Abbeville. De plus, le cas s’était déjà présenté avec les Feda Auvergne et Bourgogne, qui avaient rejoint en 2009 pour l’essentiel la Feda Rhône-Alpes.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle