S'abonner
Assurances

L’assistance automobile grimpe de 8 % en 2018

Publié le 17 mai 2019
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Le chiffre d’affaires de l’assistance automobile a atteint près de 2 milliards d’euros l’an dernier selon le SNSA, progressant d’environ 8 %. Une hausse due à la conjoncture climatique ainsi qu’à l’émergence d’offres pour les nouvelles solutions de mobilité.
L'automobile a représenté 59,8% du CA des assisteurs et 54,6 % des dossiers traités en 2018.
L'automobile a représenté 59,8% du CA des assisteurs et 54,6 % des dossiers traités en 2018.

Le Syndicat national des sociétés d’assistance (SNSA), qui représente 96 % de l’activité des assisteurs en France, a présenté ses résultats 2018. Et ils sont positifs pour le secteur automobile. L’activité a généré un chiffre d’affaires de 1,98 milliard l’an dernier, enregistrant une progression de 7,7 %. Au total, 6,9 millions de dossiers ont été traités par les différents assisteurs (+ 4,9 % par rapport à 2017). Cette hausse des volumes enregistrée par les membres du SNSA est notamment liée à l’épisode de grand froid du mois de février de l’an dernier qui a généré un surcroit d’activité (+25 % chez certains acteurs). 

Autre fait notable du dernier exercice : une digitalisation croissante de la relation client. Missionnement automatique, suivi du dépannage par géolocalisation, procédure de remboursement de dépannages digitalisée chez certains acteurs et pré-déclarations en ligne font désormais partie du quotidien des assisteurs. Parmi ces nouveaux outils numériques, le SNSA a initié le développement d'une solution unifiée, baptisée Nomad, qui facilite les échanges entre assisteurs et dépanneurs - remorqueurs. En 2018, 1,9 million de dossiers ont été traités au travers de ce dispositif. Actuellement l’activité dépasse les 250 000 dossiers/mois avec déjà 793 000 dossiers de missionnement automatique pour ce premier trimestre 2019. Le dispositif pourrait donc dépasser les 3 millions de dossiers en 2019. "Ce premier chantier de mise en commun des moyens de l’ensemble des assisteurs contribue largement à optimiser la qualité de notre service tant vis-à-vis des automobilistes que de notre réseau de prestataires", précise Claudia Sarcia, président du SNSA.

L'assistance au service des nouveaux modes de transport urbains

La digitalisation croissante du secteur devrait s’accélérer avec la démocratisation de l’eCall 112, qui démarre lentement. Pour rappel, le système d'appel d'urgence eCall 112 est devenu obligatoire en Europe depuis le 1er avril 2018 sur tous les nouveaux véhicules. "Dans deux ans le dispositif pourrait s’étendre aux cars, poids lourds et 2 roues à moteur. A terme, tous les véhicules seront connectés", observe le syndicat. Dans le cadre, l’inscription du GIE SNSA dans le code des assurances lui donne désormais accès au système d’immatriculation des véhicules (SIV) et au fichier des véhicules assurés (FVA), lui permettant ainsi de gagner du temps dans la gestion des urgences.

En parallèle, plusieurs membres de l’organisation professionnelle ont amorcé une diversification de leur portefeuille d’activité pour accompagner le développement des nouvelles formes de mobilité (trottinettes, covoiturages, etc.) avec des offres spécifiques.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle