S'abonner
Réseaux

La logistique, point fort des réseaux

Publié le 28 juin 2022
Par La Rédaction
3 min de lecture
Présents à Equip Auto Paris 2022, les réseaux de distribution sont devenus, au fil des ans, des experts de la logistique. Réduire les temps de trajet et donc de livraison, proposer le catalogue de pièces le plus long et large qui soit, pallier, sans cesse, les éventuels problèmes d’approvisionnement… Les enjeux sont nombreux.
De nombreux réseaux de distribution, à l’instar d’AAG et Autodistribution, investissent aujourd’hui pour faire de leur organisation logistique un véritable atout concurrentiel.
De nombreux réseaux de distribution, à l’instar d’AAG et Autodistribution, investissent aujourd’hui pour faire de leur organisation logistique un véritable atout concurrentiel.

Un marché estimé à plusieurs centaines de millions d’euros, des millions de pièces à transporter de A à B dans des délais toujours plus courts, des taux de retour à gérer allant de 10 à 15 % et des références qui ne cessent d’évoluer… Bref, ce n’est un secret pour personne, la pièce automobile est un marché qui repose sur un principe fondamental : sa logistique doit être optimale. D’autant que de nombreux pure players sur ce secteur sont venus jouer les trouble‑fêtes.

Ajoutez à cela que les distributeurs‑stockistes évoluent depuis la crise sanitaire – et la guerre en Ukraine n’a rien arrangé à l’affaire – dans un contexte de difficulté d’approvisionnement et de flambée des prix de certaines marchandises. Rétablir les marges et éviter les ruptures d’approvisionnement, tels sont désormais les enjeux des réseaux de distribution. Le tout étant d’y mettre, en plus, une pincée d’éco-responsabilité. La mission paraît impossible. Et pourtant.

 

Des investissements colossaux pour être omniprésents

 

De nombreux réseaux de distribution, qui exposeront notamment leurs couleurs à Equip Auto Paris, investissent aujourd’hui massivement pour faire de leur organisation logistique un véritable atout concurrentiel. L’objectif ? Garantir une mise à disposition rapide et fiable des pièces, avoir des stocks sans ruptures et être en mesure d’assurer des livraisons quotidiennes, voire plusieurs fois par jour. Pour cela, Autodistribution n’a pas hésité à investir quelque 30 millions d’euros (hors foncier) dans sa plateforme logistique nationale Logisteo à Réau (77). Au menu : 120 000 références stockées (contre 55 000 auparavant), 60 000 lignes de commande absorbées quotidiennement (30 000 à Moissy-Cramayel (77) dont 3 000 traitées chaque heure par une zone entièrement mécanisée directement inspirée des modèles déjà adoptés par la grande distribution.

De son côté, Alliance Automotive Group a récemment annoncé le lancement, au premier semestre 2023, d’une toute nouvelle plateforme nationale baptisée First, elle aussi basée en Seine‑et‑Marne. Cette dernière, qui regroupera celles de Villebon‑sur‑Yvette et de Sainte‑Geneviève‑des‑Bois, sera le vaisseau amiral du groupement avec ses 200 000 références. Si, pour l’heure, peu de détails sont encore connus au sujet de ce nouveau site, AAG a tout de même annoncé faire appel à la licorne française Exotec et à sa solution end‑to‑end Skypod pour automatiser sa plateforme. Concrètement, les petits robots Skypod sont capables d’atteindre une hauteur de 12 m pour permettre un stockage et une récupération des stocks à haute densité.

"La logistique des pièces détachées dans l’industrie automobile est une mécanique de précision très exigeante qui doit répondre de manière rapide aux besoins des acteurs de l’aftermarket. Elle nécessite une gestion efficiente des stocks. Elle est en pleine transformation et intègre désormais les enjeux d’empreinte carbone. AAG a pour ambition de faire de son futur site de Saint‑Fargeau‑Ponthierry la vitrine de son excellence opérationnelle et de son développement, avec des entrepôts de dernière génération équipés de technologies de pointe, pour répondre aux besoins des professionnels du marché", explique‑t‑on chez Alliance.

 

Et demain ?

 

Si leur outil logistique physique – la plateforme – est essentiel à la tenue de la promesse client, le transport et la notion de dernier kilomètre restent là aussi primordiaux dans la réponse aux clients, quels qu’ils soient. Conscients de leur rôle auprès des distributeurs de pièces de rechange automobiles, leurs prestataires transporteurs développent de plus en plus de solutions sur mesure dédiées à ce type de distribution : dépose et reprise de marchandises afin de mieux gérer les retours, livraison sur des créneaux ultracourts, contrôle des produits, suivi d’activité… Mais pour contrer la concurrence pressante des pure players, les réseaux de distribution de pièces n’ont pas d’autres choix que d’aller encore plus loin.

 

Demain, la logistique s’appuiera sans doute davantage encore sur l’intelligence artificielle, afin de mieux prédire les besoins récurrents en pièces de rechange dans les garages et donc de mieux stocker et d’assurer, dans la foulée, des délais de livraison encore plus courts. Mieux, certains experts estiment que le recours à l’impression 3D devrait, d’ici quelques années, venir limiter les surfaces de stockage, réduire les temps de trajet et pallier les pénuries de marchandises. L’impression 3D permet, en effet, de travailler de nombreux matériaux différents (métaux précieux, titane, plastique, alliages complexes…), ouvrant ainsi la voie à d’infinies possibilités.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle