S'abonner
Non classé

“Automechanika 2012 ne souffre pas de la conjoncture économique défavorable”

Publié le 11 septembre 2012
Par Frédéric Richard
4 min de lecture
Michael SCHERPE, président Messe Frankfurt France - A l’aube de l’ouverture de l’événement aftermarket majeur de la profession, le salon Automechanika affiche ses ambitions et ses promesses. Beaucoup de nouveautés, mais aussi la prise en considération de problématiques majeures et des attentes de visiteurs internationaux.
Michael SCHERPE, président Messe Frankfurt France - A l’aube de l’ouverture de l’événement aftermarket majeur de la profession, le salon Automechanika affiche ses ambitions et ses promesses. Beaucoup de nouveautés, mais aussi la prise en considération de problématiques majeures et des attentes de visiteurs internationaux.
Michael SCHERPE, président Messe Frankfurt France - A l’aube de l’ouverture de l’événement aftermarket majeur de la profession, le salon Automechanika affiche ses ambitions et ses promesses. Beaucoup de nouveautés, mais aussi la prise en considération de problématiques majeures et des attentes de visiteurs internationaux.

Sous quel signe sera placée l’édition 2012 d’Automechanika Francfort ?
Automechanika sera comme toujours placé sous le signe de l’innovation, de l’internationalité (de nos exposants comme de nos visiteurs) et de la globalité : presque tous les produits, services et secteurs sont représentés sur Automechanika. Le sous-titre du salon “Métropole de la mobilité” sera donc plus que jamais d’actualité !

Le salon fera également une place de choix aux nouvelles problématiques de développement du secteur : nous aurons ainsi un très vaste espace dédié à l’électromobilité et de nombreuses présentations spéciales feront la part belle aux nouvelles motorisations. Les différentes conférences et séminaires proposés durant le salon reprendront aussi ces thématiques.

Enfin, l’un des motto d’Automechanika sera aussi “les professionnels au travail”. Un thème très concret, qui permettra à tous de découvrir, à différents endroits du salon des ateliers pratiques et des démonstrations mis en place avec des universités, des centres de formation, des exposants et des fédérations.

Comment ressentez-vous le contexte économique du salon ?
Le salon se porte réellement bien. Bien entendu, on note que certains secteurs ont ralenti, en termes de surfaces contractées, comme par exemple les groupes de produits liés aux accessoires automobiles. Mais les quelques baisses enregistrées sont largement compensées par le développement d’autres secteurs. Nous avons par ailleurs un nombre significatif de nouvelles sociétés qui exposeront, c’est un signe encourageant pour le secteur automobile. Et cela prouve qu’Automechanika reste un salon incontournable sur le plan international. L’événement constitue l’un des meilleurs vecteurs pour un exposant qui est en recherche de relais de croissance.

La politique commerciale du salon a-t-elle été revue pour s’adapter au contexte ?
Le salon ne souffrant pas particulièrement d’une conjoncture défavorable, nous n’avons pas eu à adapter notre politique commerciale, qui est d’ailleurs définie très en amont du salon. Et il ne faut pas oublier que le groupe Messe Frankfurt n’est pas un opérateur privé mais parapublic. Appartenant à la ville de Frankfurt et à la région de la Hesse, la définition des objectifs comme la stratégie est différente par rapport à certains de nos concurrents. Enfin, notre offre commerciale est très compétitive au regard de la portée du salon. Ce n’est donc jamais un mauvais investissement de venir exposer à Automechanika et la fidélité de nos exposants est la meilleure preuve de cela.

Néanmoins, nous avons développé un programme et une offre spécifiques pour les primo-exposants, souvent des PME et TPE, freinées dans leur démarche d’inscription par l’ampleur du salon. Avec nos offres “new comers”, nous avons réussi à faire sauter ce frein “intellectuel” et faire comprendre à ces sociétés que tout le monde a sa place sur Automechanika. Nous avons d’ailleurs un traitement très égalitaire des sociétés, quelle que soit leur taille ou leur marché, un phénomène régulièrement salué par nos clients.

Quels seront les grands événements d’Automechanika 2012 ?
La densité du programme aura de quoi satisfaire tous les visiteurs, quels que soient leur branche professionnelle et leurs centres d’intérêt.

L’électromobilité sera un grand fil rouge, mais il y en aura une foule d’autres. Je pense par exemple aux Innovation Awards qui sont courus et reconnus sur un plan international, à notre forum de l’aftermarket, à tout ce qui sera mis en place sur le secteur car wash (concours homme contre machine, le musée du car wash, des formations spéciales sur le nettoyage…) et à toutes les présentations spéciales qui seront mises en place à travers les différents segments du salon.

Sans parler des conférences spécifiques, comme “Europe meets Taiwan”, ou le matchmaking mis en place pour les fournisseurs, l’espace emploi… D’autre part, cette année, Automechanika accueillera par exemple le Bertha Benz Challenge (réservé aux véhicules à propulsion alternative) et le Automechanika Rally (old et young timers)… de quoi satisfaire les amoureux des belles carrosseries et de la belle mécanique.

Qu’en sera-t-il des acteurs du monde de la peinture cette année ?
Ils seront là, comme en 2010, avec quelques nouveaux venus. L’espace qui leur est dédié se trouvera dans le hall 11.0 et 11.1, le tout dernier construit sur le parc.

Il faut dire qu’avec le nombre de cabines qui seront présentées (onze exposants uniquement sur ce créneau) il faut un hall capable de bien les accueillir !

Et les constructeurs ?
Eux aussi restent présents sur Automechanika, notamment le groupe Volkswagen (et toutes les marques associées) qu’il sera impossible de manquer dans le hall 3.1, ou BMW, qui intègre le hall 9.0. Le grand absent sera toutefois Mercedes.

Mais pour nos exposants, qui sont les principaux fournisseurs des constructeurs, l’important reste que ceux-ci viennent en tant que visiteurs.

Et les acteurs du pneumatique ?
Pour ce secteur, la situation est un peu différente. Ce groupe de produits n’a jamais été très représenté par le passé sur Automechanika. Il faut dire qu’il existe un salon spécialisé sur le pneumatique en Allemagne, qui fonctionne parfaitement ; c’est donc légitimement que les entreprises de ce secteur s’y dirigent. Objectivement, nous aurions sans doute quelques difficultés à intégrer beaucoup de nouveaux exposants de ce secteur, car nous manquons déjà de place. Peut-être cela changera-t-il dans le futur, si nous réorganisons un peu notre salon.

En quoi l’organisation du salon accompagne-t-elle ses visiteurs ?
Pour commencer, notre bureau à Paris a pour objectif d’aider et d’orienter les visiteurs Français. Automechanika peut sembler gigantesque, mais tout est tellement bien organisé qu’avec un minimum de préparation, un déplacement, même sur une journée, peut se révéler très efficace.

Sur place, lors du salon, les visiteurs français dispose même d’un espace qui leur est réservé (Club VIP France).

D’autre part, nous avons une application pour les smartphones, qui permet de visualiser les plans des halls, de faire des recherches d’exposants ou de produits spécifiques. Et, pour que cela ne fasse pas déraper la facture de téléphone nous offrons le Wi-Fi gratuit à tous ! Dans le même esprit et pour favoriser les déplacements des nombreux visiteurs, leur badge d’entrée donne droit à la gratuité des transports en commun dans la ville de Francfort qui n’est jamais qu’à 3 h 40 de train de Paris. Automechanika c’est vraiment la métropole de la mobilité !

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle