S'abonner
Non classé

Cedrey JWL 145150 : le décapage sans pollution

Publié le 20 juin 2013
Par Jean-Marc Felten
2 min de lecture
Nettoyer, décaper sans efforts et sans polluer constitue l’un des attributs du bicarbonate de soude. JWL et Cedrey proposent un pistolet adapté à son utilisation.
Le décapeur Cedrey JWL à l’œuvre.
Le décapeur Cedrey JWL à l’œuvre.

Pour un atelier de réparation avec une activité principale de mécanique, le sablage ne mérite pas l’investissement dans un matériel spécifique, ni le traitement des déchets de pulvérisation qui ne manquent pas de se former. JWL, fabricant danois, a donc développé un pistolet qui utilise le bicarbonate de soude, réputé pour ses effets abrasifs et sans danger pour l’environnement.

Prise en main

Le pistolet décapeur est un appareil très simple. Composé de deux pièces distinctes, il s’apparente à un pistolet de pulvérisation avec son godet, associé à une soufflette, la spécialité du fabricant danois JWL. L’ensemble est donc proposé dans sa boîte cartonnée, qui ne servira pas de rangement. Une notice d’une page accompagne l’appareil. Cedrey fournit du bicarbonate de soude industriel en bidon de 5 kg.

Il suffit donc de remplir le bocal puis de le visser sur le pistolet pour commencer à travailler.

Utilisation

Le premier geste consiste à régler le débit du pistolet. La buse est réglable et sa position est bloquée avec un contre-écrou molette à serrer à la main. La pression nécessaire à une bonne utilisation est comprise entre 6 et 10 bars, avec un débit assez important de 180 l/min, ce qui nécessite un matériel professionnel de fourniture d’air comprimé.

Pour décaper correctement des surfaces peu épaisses, une pulvérisation à 20/30 cm suffit. Pour insister sur un point, il est possible de se rapprocher pour concentrer le jet, mais l’efficacité du bicarbonate de soude est néanmoins limitée, comparativement aux abrasifs des sableuses. Ce défaut est un avantage pour quelques usages : le bicarbonate de soude n’attaque pas le verre et permet un nettoyage des vitrages, le caoutchouc est également épargné par ce produit.

Pour décaper des surfaces oxydées, il faudra utiliser de grosses quantités de produit, avec un résultat limité. Après un premier décapage mécanique ou chimique, la finition au bicarbonate est élégante et sans danger.

Bilan

La technique de décapage avec ce petit appareil est séduisante. Pour qui ne l’utilisera que sur des surfaces moyennes et non intensément, l’investissement est très intéressant. Comme pour le sablage, le volume de poussière générée est très important, et on fera donc attention de travailler dans un espace fermé pour limiter le dépôt sur l’environnement et avec les EPI (équipements de protection individuelle) adaptés. Si l’efficacité sur des peintures de boiseries est très bonne, sur une peinture automobile, très robuste, l’abrasion est faible. On prendra soin de travailler avec un air comprimé en fort débit et très faible teneur en eau. Avec l’humidité, le bicarbonate de soude forme une pâte qui colmate le pistolet assez rapidement. Compte tenu du prix modéré de cet équipement proposé, qui plus est, par des spécialistes des équipements à l’air comprimé, c’est un investissement particulièrement positif. Il pourra même être utilisé pour décaper des pièces très encrassées, l’abrasion n’attaquant pas les pièces en métal tendre (aluminium) ou le plastique.

--------------
FICHE D'IDENTITE

Fabricant - Marque
JWL
Pays d’origine
Danemark
Distributeur
Cedrey
Site internet
http://www.cedrey.fr
Fiche technique
Décapeur peinture, vernis, corrosion légère
Caractéristiques physiques
Pression d’air : 6 à 10 bars
Température d’utilisation : - 10 à 60 °C
Raccord d’air : 1/4 “ BSP
Consommation d’air : 180 l/min
Godet : 1,2 l
Tarifs (HT)
Décapeur 145150 : 149 €
Bidon 5 l bicarbonate de soude : 34 €

-----------
NOTRE AVIS

TOP
+++ Simple et non polluant
+++ Rapide
+++ Tarif imbattable

FLOP
-- Usage limité
-- Beaucoup de poussière de bicarbonate
- Exige un fort volume d’air
- Uniquement avec air sec

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle