S'abonner
Non classé

C’est vous qui le dites !

Publié le 16 novembre 2012
Par La Rédaction
2 min de lecture
Forum
Schéma de principe de l’injection Prins VSI-DI de Prins pour les moteurs à injection directe.
Schéma de principe de l’injection Prins VSI-DI de Prins pour les moteurs à injection directe.

Philippe, à Antony (92)

Le GPL en direct
Un client me demande un équipement GPL sur un moteur à injection directe. Est-ce possible ?
Les moteurs à injection directe sont d’une conception relativement différente des autres mécaniques, en particulier pour le dessin de la chambre de combustion, ainsi que pour les gestions de distribution variable, ce qui complique l’adoption d’une alimentation au GPL indirecte (dans la tubulure en amont des soupapes). Les Hollandais de Prins proposent une adaptation pour les Audi et Volkswagen FSI et turbocompressées TFSI. Ces moteurs étant optimisés, le gain du passage au GPL est cependant beaucoup moins important que dans le cas de l’injection simplifiée d’une Dacia Logan, par exemple.

Patrick, à Lille (59)

Un gain très subjectif
La nouvelle réglementation sur l’étiquetage des pneumatiques vante les économies d’énergie. Quelles sont-elles réellement ?
La cotation de consommation d’énergie de l’étiquetage des pneus est réalisée en notant la résistance au roulement, qui participe directement à la consommation de carburant du véhicule (à hauteur de 20 % environ). De son côté, la différence évaluée entre la meilleure valeur (A) et la moins bonne (G) est de 7,5 %. L’impact entre le moins bon et le meilleur des pneumatiques sur une surconsommation moyenne d’un modèle actuel à 7,0 l aux 100 km aura donc une influence égale à 0,4 l aux 100 km. Sans préjuger de l’importance du gain, il est préférable de privilégier l’éco-conduite et un entretien parfait du véhicule avant de chercher des économies sur les pneus, d’autant que peu de pneumatiques seront classés “G”, mais plus sûrement entre “B” et “C”, ce qui réduit le gain à moins de 0,1 l aux 100 km

Xavier, à Auxerre (89)

Excès de remplacement nuit
La fréquence des entretiens a-t-elle un impact sur l’environnement ?
S’il ne faut pas encourager les usagers à ne pas entretenir leur véhicule, un entretien trop fréquent peut avoir une incidence sur l’environnement. Les lubrifiants qui sont changés entraînent une pollution, même correctement gérés dans les circuits de dépollution agréés, alors que les filtres qui sont incinérés produisent du CO2. Les pièces remplacées (bougies, courroies, pompe à eau, plaquettes ou disques) vont causer plusieurs types de pollution.
La pollution directe, si la pièce ne peut pas être recyclée en totalité, une partie allant alors en décharge ou en incinération. La pollution indirecte concerne l’influence des circuits de recyclage, avec l’impact du transport. Il faut donc bien calculer les écarts d’entretien en fonction de l’usage du véhicule par le client et de sa fiabilité. Bien expliquée au client, votre recommandation valorisera votre travail et vos compétences.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle