S'abonner
Non classé

FOG Automotive, un an après la reprise

Publié le 11 juin 2015
Par Frédéric Richard
3 min de lecture
Un an après sa reprise à la barre du tribunal, la Nouvelle FOG Automotive affiche fièrement ses ambitions et Benoît de Maynadier, nommé par l'actionnaire à la direction générale de l'équipementier de garage, mesure le chemin parcouru.
Un an après sa reprise à la barre du tribunal, la Nouvelle FOG Automotive affiche fièrement ses ambitions et Benoît de Maynadier, nommé par l'actionnaire à la direction générale de l'équipementier de garage, mesure le chemin parcouru.
Un an après sa reprise à la barre du tribunal, la Nouvelle FOG Automotive affiche fièrement ses ambitions et Benoît de Maynadier, nommé par l'actionnaire à la direction générale de l'équipementier de garage, mesure le chemin parcouru.

Le 12 juin 2014, après un énième redressement judiciaire, FOG Automotive était reprise par la société L'Auto Contact SAS. Un sauvetage qui s'accompagnait de nombreuses promesses, et qui laissait dubitatifs tant les acteurs de la rechange que les employés, en raison des nombreuses turpitudes qui ont secoué ce fleuron de l'équipement de garage français, affichant néanmoins 86 ans d'histoire sur le territoire.

Lors de l'annonce du rachat, nous avions rencontré Benoît de Maynadier, nouveau directeur général, qui avait expliqué sa stratégie pour pérenniser la structure et renouer avec la croissance. Pour être honnêtes, nous avions entendu un discours à l'époque, et attendions les actes. Raison pour laquelle, après un an de silence, la Nouvelle FOG Automotive a présenté son premier bilan. Un bilan encourageant selon Benoît de Maynadier, qui se félicite d'avoir scrupuleusement suivi sa feuille de route et rempli les premiers objectifs.

Tout d'abord, le premier exercice de la nouvelle société, qui comptera 18 mois, devrait s'achever sur un chiffre d'affaires de 9,5 millions d'euros. Un bon résultat, puisque 2014 avait enregistré 8 millions, avec des dettes cumulées avoisinant les 15 millions d'euros. Une situation qui gênait très clairement le fonctionnement quotidien de l'entreprise, avec des sous-traitants exigeant le paiement comptant de leurs prestations. Aujourd'hui, la confiance des fournisseurs semble revenue, les délais de paiement sont redevenus la règle. Par ailleurs, la société a largement bénéficié de l'apport de trésorerie résultant de la vente des stocks historiques de la maison.

Restructuration tous azimuts

Comme prévu, le déménagement de la société s'est effectué en avril. L'ensemble des salariés est revenu aux sources, prenant ses marques dans des nouveaux locaux à Cosne-sur-Loire (58), non loin de l'implantation historique de Myennes (58), abandonnée en 2009 pour l'immense cathédrale de Briare (45). Un déménagement salutaire en termes d'économie d'espace ( 3 000 m² contre plus de 15 000 ), mais qui a aussi aidé à la cohésion et à la confiance des salariés dans la nouvelle direction, puisque pas mal d'entre eux logeaient historiquement près de l'ancienne installation.

Au plan de la stratégie commerciale, on rappelle que FOG Automotive avait, ces dernières années, commencé à vendre ses produits en direct, pointant du doigt les niveaux de remise demandés par les groupements. Une stratégie contestée par Benoît de Maynadier, dès son arrivée. De fait, l'entreprise a renoué avec de grandes centrales, on citera notamment les référencements chez Autodistribution, Renault Trucks, Peugeot…, et des discussions en cours avec d'autres grands groupes. L'équipe commerciale a également été restructurée, avec 8 commerciaux sur le terrain, ainsi, qu'un nouveau directeur commercial, Hervé le Glaunec, qui a rejoint les rangs de l'équipementier.

Concernant les produits, là encore, beaucoup de nouveautés, cette année. Si la production avait été réduite à sa plus simple expression, l'accent ayant été porté sur l'assemblage des seules géométries, Nouvelle Fog Automotive a réintroduit l'assemblage d'autres gammes, et relance une ligne de machines de climatisation issues du négoce avec l'Italien CTR, une référence en la matière. Pour mettre en avant ces produits, qui bénéficient d'opérations de fabrication en France et présentent des tarifs légèrement supérieurs au marché, Benoît de Maynadier joue sur la fibre patriotique de ses clients, en inaugurant le slogan bleu-blanc-rouge "Made in Fog". Histoire de rappeler que la société reste l'un des derniers équipementiers de garages généralistes de l'hexagone.

L'autre force historique de FOG Automotive se situait dans ses capacités en matière de SAV. Une avance sur ses concurrents que Benoît de Manadier a choisi de renforcer encore un peu plus. En marge des 25 techniciens qui arpentent le territoire, 2 "inspecteurs", des chefs d'équipe en somme, ont été recrutés. La hotline technique n'est pas en reste, et occupe 8 personnes.

FOG inaugure enfin depuis peu un système de télémaintenance pour ses équipements connectés, afin de gagner du temps dans le diagnostic, en dialoguant à distance avec la machine incriminée. Tout cela pour voir progresser la vente des contrats de maintenance, qui constitue une source de revenus considérable pour l'entreprise, en marge des seuls produits (50% du CA).

Pour terminer, en 2015, Nouvelle FOG Automotive sera présente à Equip Auto, juste à l'entrée du hall 5, un emplacement de choix, juste en face de l'emplacement jadis occupé par le grand absent de cette édition, le géant Bosch, remplacé par l'Autodistribution. Mais aussi à quelques encablures des 1000 m² de Provac, gros concurrent de FOG, mais qui vend ses produits en direct. Sur le salon, FOG profitera d'un stand partagé avec la F.N.AA, dans le cadre de l'opération "Gagnez un garage", dont l'équipementier est partenaire et fournisseur d'outils.

Un peu plus tard, C'est Solutrans qui verra le retour de FOG, dont l'activité PL représente à ce jour 20 % du CA, et qui est amenée à se développer. 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle