S'abonner
Non classé

Freinage : ils veulent tous conquérir la France !

Publié le 23 novembre 2011
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Le monde de la friction était largement représenté sur Equip Auto, chaque fabricant annonçant des ambitions fortes sur le secteur de la rechange française, le 3e marché d’Europe. Pour autant, le périmètre du marché n’évolue pas, ou peu. La bataille s’annonce donc dure…
Le monde de la friction était largement représenté sur Equip Auto, chaque fabricant annonçant des ambitions fortes sur le secteur de la rechange française, le 3e marché d’Europe. Pour autant, le périmètre du marché n’évolue pas, ou peu. La bataille s’annonce donc dure…
Le monde de la friction était largement représenté sur Equip Auto, chaque fabricant annonçant des ambitions fortes sur le secteur de la rechange française, le 3e marché d’Europe. Pour autant, le périmètre du marché n’évolue pas, ou peu. La bataille s’annonce donc dure…

ATE, Bosch, Brembo, Delphi, Eurofren, Honeywell, TMD Friction, Valeo présentaient une offre de freinage lors du salon Equip Auto. Et à ces noms reconnus, il convient en plus de rajouter les MDD des groupements ou des constructeurs, comme Tech’in, Istobal ou Motrio. Pour une seule famille de produits, la concurrence fait rage, mais il convient de rappeler que la valeur du marché atteint 200 millions d’euros. Et depuis le début de l’année 2011, les prix augmentent, s’alignant sur les évolutions des tarifs des constructeurs. L’inflation du coût des matières premières reste le principal motif avancé par les marques. Globalement, cette hausse tourne autour de 3 %. Sur dix ans, le prix des pièces de freinage a ainsi été multiplié par deux, par rapport à l’inflation. Côté volume, les prévisions laissent présager un marché stable, voire en légère décroissance en volume, pour le disque et la plaquette. Pour le kit de frein, le marché chute, de - 5 à - 10 %, car ce type de système a été remplacé par les freins à disques.

Toutefois, la principalement bataille se situe autour de la plaquette de frein, dont le marché est estimé à environ 30,74 millions de jeux. Pour Christophe Espine, directeur marketing IAM de Delphi, “le freinage représente une ligne de produits majeure, il est donc légitime de trouver une telle concurrence sur ce marché. A nous d’y démontrer notre pertinence”. Ce langage, beaucoup d’équipementiers le tiennent, souhaitant se différencier par les produits et les services. Chez Delphi, par exemple, la famille freinage bénéficiera d’un traitement particulier via le réseau Delphi Service Centre, puisqu’un module est focalisé sur le châssis. Du côté d’Honeywell, Christophe Floquet, directeur marketing opérationnel Europe, s’attend également à “une bataille rude entre les équipementiers, d’autant que ce marché se trouve rentable pour toute la chaîne”. Pour le spécialiste du freinage, il convient d’apporter aux MRA des outils pour leur simplifier la vie et d’adopter un langage pragmatique, notamment sur comment améliorer son chiffre. Dans cette optique, Honeywell a mis l’accent lors du salon sur le changement du liquide de frein et sur le remplacement des disques. Dans les deux cas, ces opérations sont rentables pour le garagiste, et il existe un potentiel de croissance sur le marché.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle