S'abonner
Non classé

La conduite assistée gagne du terrain

Publié le 19 septembre 2013
Par Jean-Marc Felten
3 min de lecture
L’électronique continue sa percée dans l’équipement automobile, mais plus qu’un perfectionnement du fonctionnement des moteurs, transmissions ou freinage, celle-ci vise désormais à remplacer certaines actions du conducteur par des capteurs radar ou des caméras. Annoncée depuis plusieurs années, la conduite assistée est désormais proposée en série.
La conduite assistée conduira rapidement à la conduite automatique.

La conduite assistée sera le hit de l’année des équipements proposés par les constructeurs. Caméras vidéo et radars dirigeront et réguleront la vitesse des voitures vendues par les constructeurs. Dans la perspective de réduire le nombre des accidents, plusieurs systèmes se complètent pour agir sur les freins, la direction ou simplement informer le conducteur d’un danger. Pour obtenir ces fonctions, des progrès ont été réalisés sur la détection des obstacles, avec des radars et des systèmes vidéo, mais l’interprétation des données recueillies est également une part importante du système, afin de déterminer l’importance de l’objet, un mouvement, et la probabilité que cela constitue un danger pour le véhicule. Les informations peuvent désormais être utilisées pour avertir d’autres véhicules des dangers qui sont présents sur les voies de circulation. Les systèmes de communication sont alors activés sans destinataire précis, sinon les véhicules qui sont dans le périmètre plus ou moins proche. Dernier bénéfice de la détection automatique, l’automatisation de certaines fonctions de conduite telles que le stationnement automatique. Le véhicule trouve seul une place de stationnement, et procède à la manœuvre qui le place au mieux dans le parking.

Détection d’obstacles et freinage automatique

La coordination d’une caméra vidéo et de radars permet de détecter la présence d’un obstacle, y compris en situation nocturne. Le freinage est activé ainsi que la direction pour réaliser un évitement si la circulation le permet. Le système peut déterminer le type d’obstacle, qu’il soit piéton, animal ou véhicule.

Régulation de la vitesse et suivi de file

Le radar déjà existant sur les véhicules de nombreux constructeurs peut détecter la présence d’un véhicule sur la même voie de circulation. Il interagit avec les freins afin de réduire la vitesse préétablie par le conducteur sur le régulateur de vitesse. Assisté d’une caméra vidéo, l’équipement peut suivre le véhicule, même si celui-ci change de direction en suivant la route, selon l’équipement qui est prévu par Volvo pour le XC90 qui arrive en 2014. Une détection des voies de circulation autorise également d’interagir sur la direction pour diriger le véhicule.

Détection des voies de circulation sans ­marquage

Radar et caméra sont associés dans ce système pour distinguer la chaussée des bas-côtés ou des barrières latérales. La direction est asservie à cette détection. Le véhicule peut ainsi se conduire même sans marquage des voies au sol. Volvo travaille activement à cette solution qui pourrait se trouver proposée sur la future XC90.

Communication inter-véhicules

Les problèmes pouvant survenir sur la route sont intégrés dans le système de conduite du véhicule, et transférés sur un équipement d’intercommunication qui fait intervenir le réseau téléphonique. Les véhicules circulant dans le secteur et sur la même voie sont informés par message visuel sur l’écran de contrôle. Opel, BMW, Mercedes sont très actifs dans le développement de ce système qui fait l’objet d’un projet européen “Car To X”.

Stationnement automatique

L’équipement permet de garer un véhicule dans une place de stationnement même étroite, grâce aux capteurs, radars et caméras vidéo qui sont positionnés pour surveiller la périphérie du véhicule. La commande est donnée par le conducteur à l’extérieur du véhicule, à l’aide d’un téléphone agissant comme télécommande.

----------------
Comment ça marche

Pour mettre en place ces systèmes, les véhicules doivent recevoir différents équipements dédiés, qui envoient leurs informations à plusieurs calculateurs et éléments du véhicule. Une ou deux caméras vidéo installées au sommet du pare-brise visualisent la route devant le véhicule. L’utilisation de deux caméras permet d’avoir une vision en relief du paysage filmé. Un radar placé à l’avant du véhicule détecte les objets situés sur la voie, avec une estimation des distances. Des radars à courte portée peuvent détecter les obstacles à proximité du véhicule sur le pourtour, y compris latéralement. Une caméra supplémentaire peut être placée dans les rétroviseurs pour suivre l’évolution du trafic de part et d’autre sur les voies latérales.

L’ensemble des détecteurs et capteurs envoie les informations aux différents calculateurs qui agissent ensuite sur le freinage, le combiné d’instruments, la direction, le système de télécommunication. Une des difficultés de réalisation du système vient de l’identification de chaque objet présent dans le champ des caméras et radars. Il faut pouvoir distinguer un piéton d’un animal ou d’un véhicule, et évaluer la probabilité de son déplacement dans le champ de circulation ou sa sortie.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle