S'abonner
Non classé

L'étiquetage des pneumatiques prend ses marques

Publié le 14 novembre 2013
Par Axel Abadie
2 min de lecture
Selon une étude de rezulteo.com, menée en collaboration avec Ipsos, la notoriété de l'étiquetage obligatoire des pneumatiques, mis en place il y a un an, progresse. Sa prise en compte, elle, reste marginale, le prix étant le premier facteur de décision.
Selon une étude de rezulteo.com, menée en collaboration avec Ipsos, la notoriété de l'étiquetage obligatoire des pneumatiques, mis en place il y a un an, progresse. Sa prise en compte, elle, reste marginale, le prix étant le premier facteur de décision.
Selon une étude de rezulteo.com, menée en collaboration avec Ipsos, la notoriété de l'étiquetage obligatoire des pneumatiques, mis en place il y a un an, progresse. Sa prise en compte, elle, reste marginale, le prix étant le premier facteur de décision.

Alors que l'étiquetage obligatoire des pneumatiques souffle sa première bougie, le comparateur rezulteo.com a souhaité savoir s'il était mieux connu des automobilistes. Lors du lancement, le site faisait déjà appel au cabinet d'étude Ipsos, et il ressortait que seulement 22% des répondants en avaient entendu parler. Un an plus tard, rezulteo.com récidive*. Si, aujourd'hui, ils sont 36% à connaître le dispositif (46% chez les acheteurs récents, soit depuis la mise en place de l'étiquetage), seuls 38% ont confié y avoir prêté attention lors de l'acte d'achat.

"On le voit, un an après la mise en place de l'étiquetage européen des pneumatiques, le travail d'information et de pédagogie doit se poursuivre, pour améliorer la sécurité et l'impact environnemental des véhicules par une prise en compte plus importante des performances des pneus. Aussi, pour aider les automobilistes à mieux acheter leurs pneus alors que l'offre ne cesse de s'élargir", analyse rezulteo.com.

Le détail de l'étude :

-  36% des répondants ont entendu parler du dispositif. Cette proportion monte à 46% chez les acheteurs récents, soit depuis la mise en place de l'étiquetage. Mais parmi eux, ils sont 52% à l'avoir découvert seulement au moment de l'achat.

-  72% se déclarent favorable à un étiquetage destiné à aider les consommateurs à mieux acheter.

-  8% sont capable de donner les trois critères de l'étiquetage. Ils citent, d'abord, le freinage sur sol mouillé et la résistance au roulement. Le bruit de roulement externe ne recueille que 21% des citations.

-  85% font du freinage sur sol mouillé, comme en 2012, la performance la plus importante de l'étiquetage, loin devant la résistance au roulement (13%) et le bruit de roulement externe (3%). La longévité serait, à 67%, le critère à ajouter.

-  38% des acheteurs récents y ont prêté attention (11% beaucoup, 27% un peu).

-  73% de ces mêmes acheteurs n'ont pas eu besoin d'aide pour comprendre le système de classes de performances.

-  56% des acheteurs y ayant prêté attention déclarent qu'ils s'étaient d'abord fixé une fourchette de prix et qu'ils ont ensuite regardé les valeurs de l'étiquette.

-  80% des acheteurs dont le choix n'était pas fait avant de franchir la porte du magasin ont demandé conseil au vendeur et ont ensuite, pour la plupart (97%), suivi ses recommandations.

 

*Etude réalisée par l'institut Ipsos entre le 23/09 et le 08/10 auprès d'un échantillon de 3402 conducteurs responsables de la maintenance de leur véhicule en France, Allemagne, Italie, Espagne et au Royaume-Uni.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle