S'abonner
Non classé

Logistique et succursale, les deux gros chantiers de Précisium Groupe

Publié le 24 mai 2012
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Depuis l'arrivée de Pechel Industries, Précisium Groupe s'ouvre à de nouveaux horizons. Surfant sur les 10% de croissance au premier trimestre 2012, le groupement a deux chantiers à l'étude : le déménagement de sa plate-forme nationale et améliorer son maillage avec des succursales.
Depuis l'arrivée de Pechel Industries, Précisium Groupe s'ouvre à de nouveaux horizons. Surfant sur les 10% de croissance au premier trimestre 2012, le groupement a deux chantiers à l'étude : le déménagement de sa plate-forme nationale et améliorer son maillage avec des succursales.
Depuis l'arrivée de Pechel Industries, Précisium Groupe s'ouvre à de nouveaux horizons. Surfant sur les 10% de croissance au premier trimestre 2012, le groupement a deux chantiers à l'étude : le déménagement de sa plate-forme nationale et améliorer son maillage avec des succursales.

"A fin avril, nous enregistrons une croissance de 10%, a déclaré Alain Landec, président de Précisium Groupe, lors de l'émission Face à la presse. Plusieurs facteurs expliquent ce résultat, dont, par exemple, le dynamisme de notre MDD, Tech'In, et ses déclinaisons." Après une année 2011 positive, avec un CA de 260 millions d'euros et un résultat autour de 9 millions d'euros, Précisium Groupe se prépare à revoir son schéma logistique.

Aujourd'hui, le groupement dispose d'une plate-forme nationale, basée à Ste-Geneviève-des-Bois, et a conclu des accords avec les relais logistiques Apprau. Seulement, le site national arrive à saturation, notamment avec le succès de Tech'in et l'explosion des références.

Ainsi, sur le second semestre 2013, Précisium Groupe déménagera sa plate-forme nationale, et en profitera également pour revoir l'organisation interne, pour réaliser des gains de productivité, le site de Sainte-Geneviève-des-Bois datant sur ce point-là. 

De plus, Alain Landec souhaiterait se rapprocher des équipementiers pour qu'ils transfèrent leur logistique au groupe. "Les fournisseurs se tournent de plus en plus vers un dépôt européen, l'idée serait de mutualiser les coûts logistiques, afin qu'ils disposent d'un centre en France", résume Alain Landec. Le président précise bien qu'il n'est pas question de demander des financements aux équipementiers pour la plate-forme du groupement…

Créer des points de vente pour combler le maillage

L'autre chantier de Précisium porte sur le développement de son réseau de réparateurs, qui passe par celui de ses distributeurs. Le groupement possède encore des trous dans son maillage, comme dans le centre de la France par exemple, et il aimerait bien les combler…

L'une des solutions à l'étude serait de passer sur un mode de succursales, en créant lui-même ses points de vente. Mais pour Alain Landec, ce modèle suppose de trouver la bonne personne pour diriger le centre. Le groupement compte également sur Gefauto, qui connaît un nouvel élan, l'offre et la charte graphique ayant été revues. Ainsi, l'enseigne, destinée aux jobbers réalisant beaucoup de ventes au comptoir et stockant surtout des pièces de grandes ventes, devrait fleurir dans les centres-villes. 

Enfin, le groupement s'empare du volet web, à sa manière. Il mettra prochainement en ligne un site permettant aux internautes de réaliser des devis en ligne, et ainsi d'aller ensuite chez le réparateur Précisium le plus proche pour la prestation. Alain Landec annonce clairement qu'aucune vente de pièces ne sera faite, seuls le service et savoir-faire des garages se trouveront valorisés. 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle