S'abonner
Non classé

PIC en vitesse de croisière

Publié le 23 janvier 2013
Par Axel Abadie
4 min de lecture
Prix du Distributeur de l’Année, catégorie Entreprise - Voilà bientôt dix ans que Frédéric Forio a créé Pyrénées Industrie Chimie. Installé à Ibos, près de Tarbes, il mène une activité de distributeur touche-à-tout. Depuis 2009, il est adhérent Groupauto, et a fait montre d’un grand dynamisme en termes d’investissements et de diversification. Nommé en 2011 dans la catégorie Initiative, il est cette année le lauréat du prix du Distributeur de l’Année Entreprise.
Amoureux de sport, Frédéric Forio, président de Pyrénées Industrie Chimie, arrive à concilier ses activités d’entrepreneur et de compétiteur, un équilibre nécessaire au quotidien.
Amoureux de sport, Frédéric Forio, président de Pyrénées Industrie Chimie, arrive à concilier ses activités d’entrepreneur et de compétiteur, un équilibre nécessaire au quotidien.

Après quoi Frédéric Forio court-il ? La concurrence, inévitablement, dont il s’assure le “cadrage-débordement” de toutes parts. L’aéronautique, la peinture – son premier métier –, la pièce automobile composent aujourd’hui son activité protéiforme de distributeur. Le champ lexical n’est pas pris au hasard : l’entrepreneur, originaire de Lourdes (65), est mû par la flamme sportive depuis toujours. Une animation intérieure qui le fait se lever à 3 heures du matin pour un jogging, à la frontale, si la journée qui vient est trop chargée pour laisser place à l’entraînement. C’est qu’à 38 ans, la nécessité de l’effort, du dépassement de soi, est vitale.

Elevé dans le berceau de l’ovalie, il a cependant délaissé le rugby, trop prenant, au moment de la création de l’entreprise. Aujourd’hui, outre la course à pied, il pratique le ski de randonnée ou le cyclisme. Un mélange qui est nécessaire dans cette phase cruciale d’ascension pour le businessman qu’il est. “J’en ai besoin pour évacuer le stress. Cela fait partie de mon équilibre”, analyse-t-il. Un rapide tour d’horizon dans son bureau suffit à constater ses passions : des photos prises lors de compétitions, des images de sommets enneigés, un ballon de rugby… Ce qui le fait se lever le matin est réuni ici.

C’est à Ibos (65), près de Tarbes, que Frédéric Forio a installé Pyrénées Industrie Chimie (PIC) en octobre 2010, après sa création en avril 2003 à Lourdes. “Je pouvais à ce moment-là toucher la clientèle d’Argelès-Gazost et de Tarbes. En termes de potentiel, chaque bassin représentait 50 % de la clientèle, jusqu’à ce que celle d’Argelès périclite”, explique-t-il. Le déménagement près de Tarbes vient donc naturellement. En 2011, il y rachète une société, avant de procéder à une transmission unipersonnelle de patrimoine, fusionnant ainsi les deux activités sur un seul site.

Activité porteuse

Le parcours de PIC, depuis sa naissance, est loin d’être dépourvu de turbulences. Depuis qu’il s’est lancé dans l’aventure, Frédéric Forio n’a de cesse de réfléchir à une diversification pouvant élargir son champ d’action. Spécialiste de la peinture, il dresse un constat alarmant du domaine de la collision-réparation. Outre le fait qu’il s’agisse d’un secteur en baisse, il voit d’un mauvais œil les rapprochements entre compagnies d’assurances qui ont, selon lui, “redistribué les cartes. Il est désormais compliqué de travailler avec les carrossiers. La peinture ne suffisant plus, il me faut une activité plus porteuse”.

Doucement, le Lourdais est entré dans le monde de la pièce automobile et dans le giron Groupauto. En arrivant près de Tarbes, le soutien d’un groupement n’était pas de trop. “Nous avons investi pas moins de 1,2 million d’euros dans la nouvelle structure. C’était déterminant. Groupauto nous a aidés à stocker pendant la transition”, explique l’entrepreneur. Très vite, il s’est rendu compte que l’axe de développement dans la pièce automobile était le bon. “On m’avait dit que d’être en réseau me ferait grandir. J’ai vite réalisé le bénéfice de la plate-forme, et j’ai donc pu augmenter les forces commerciales de PIC. Avec le recul, c’était ce qu’il fallait faire”, analyse-t-il.

Il reconnaît qu’être indépendant “est aujourd’hui de plus en plus difficile, surtout si l’on veut se développer”. A l’époque, approché par un autre groupement pour une filialisation, il avait rejeté cette proposition, dubitatif quant à n’être qu’un directeur de site aisément éjectable. “A l’inverse, le courant est vite passé avec Serge Boillot. A ce moment-là, la relation avec la personne a primé sur le groupement lui-même”, avoue Frédéric Forio. C’était en 2009.

Développer la pièce auto

Par cette adhésion, Pyrénées Industrie Chimie gagne en sérénité et peut ainsi multiplier les investissements. Le plus lourd sera certainement de satisfaire un client de l’industrie aéronautique. Pour faire une proposition de prix et décrocher ce contrat, Frédéric Forio et son équipe ont planché pendant pas moins de huit mois. Au bout de la réflexion, il y a l’investissement dans un Kardex, pour un catalogue de 3 800 articles. Il était nécessaire, pour PIC, d’avoir une interface EDI. Cinquante chefs de ligne font part de leurs besoins, pour des commandes réunies deux fois par jour, avec livraison sur site. Une mécanique bien huilée, et un contrat de cinq ans dans la poche. Frédéric Forio projette d’ailleurs de se doter de ce même outil afin de développer la pièce automobile.

De cette progression, il en est l’artisan et le témoin lucide. S’il savoure l’augmentation de son chiffre d’affaires, à 3 millions d’euros en 2012, il sait analyser les domaines où il pèche. La communication, d’une part. Bientôt de retour après un congé maternité, ce sera la mission de son épouse. Les priorités : créer une plaquette commerciale et mettre en ligne le catalogue dans lequel ils ont investi voilà plusieurs années, afin que chaque client y ait accès. Autre grain de sable dans l’engrenage : le service de livraison. “A ce jour, nous faisons appel à un partenaire externe, étant dans une démarche de service plus que de rentabilité. Mais la maîtrise nous échappe, et si nous voulons gagner des parts de marché, il nous faudra obligatoirement gérer cela en interne. Nous y réfléchissons”, promet-il.

Aujourd’hui, Frédéric Forio, passionné de nature et d’extérieur, travaille dans une structure tout bois qu’il souhaite déjà agrandir. Afin d’assurer la croissance de son activité, diverses embauches sont aussi en projet. A l’orée des 10 ans de la société, il prépare un module de formation peinture, qu’il veut rapidement faire reconnaître et valider. Un atout de plus en main, en somme. Questionné sur ce Trophée qui lui est remis, il dira qu’il est “agréable de voir que le travail accompli est récompensé”. En 2011, il était sur le podium de l’Initiative de l’Année. Après ce titre Entreprise, nous ne doutons pas de son apparition prochaine dans la division supérieure. Après tout, qu’est-ce qu’une étape quand on est un cycliste chevronné ?

----------
LE PODIUM

2e S.A.A.S (Précisium)
Directeur du site : Barthélémy Arbona
Ville : Martigues (13)
Zone de chalandise : Bouches-du-Rhône
Points de vente : 6
Réfs. en stock : 10 000
Valeur moyenne du stock :
1 200 958 euros
Tournées par jour : 4
Taux de service : 95 %
Nombre d’employés :
18 dont 5 commerciaux
Garages sous enseigne : 5
CA 2011 : 5 402 671 euros

3e Pièces Auto 44 (Indépendant)

Directeur du site : Stéphane et Dominique Grandjouan
Ville : Saint-Père-en-Retz
Zone de chalandise : Grand Ouest (Bretagne / Pays de Loire)
Point de vente : 1
Réfs. en stock : 20 000
Valeur moyenne du stock : 180 000 euros
Tournées par jour : 10 en propre, et 15 en Express
Taux de service : 98 %
Nbre d’employés : 6 dont 2 commerciaux
Garages sous enseigne : Aucun. Réseau indépendant.
CA 2011 : 1 101 597 euros

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle