S'abonner
Non classé

Pièces : les hausses se poursuivent

Publié le 12 juillet 2012
Par Frédéric Richard
< 1 min de lecture
Les chiffres SRA sont riches d’enseignements, à l’heure où les indépendants cherchent à pointer des inégalités concurrentielles avec les réseaux constructeurs…
Les chiffres SRA sont riches d’enseignements, à l’heure où les indépendants cherchent à pointer des inégalités concurrentielles avec les réseaux constructeurs…
Les chiffres SRA sont riches d’enseignements, à l’heure où les indépendants cherchent à pointer des inégalités concurrentielles avec les réseaux constructeurs…

Le prix des pièces détachées (carrosserie et mécaniques), calculé chaque trimestre, est établi par le SRA à partir d’un échantillon de 150 modèles représentatifs du parc français et d’un panier type de pièces de rechange d’origine constructeur.

Si la période est propice aux règlements de compte entre indépendants et constructeurs quant aux prix des pièces détachées, on constate un ralentissement dans la progression des tarifs au second trimestre 2012 par rapport au début d’année. Pour autant, certaines marques, notamment Ford et Opel, enregistrent des hausses significatives. Le plus mauvais élève est la Ford Fiesta VI, dont le panier de pièces a augmenté de 4,63 % ce trimestre, la traverse de bouclier avant affichant même une forte hausse de 29 %.

SRA s’est aussi livré à une petite expérience, histoire de mettre tout le monde d’accord. L’association a vérifié les tarifs d’un bouclier avant de plusieurs modèles dans différents pays d’Europe, libéralisés ou non. Au final, il s’avère que le prix moyen d’un bouclier dans les pays non libéralisés est plus élevé que dans les pays qui appliquent la clause de réparation. Néanmoins, on constate que les écarts de prix proviennent clairement d’une stratégie du constructeur. Preuve en est avec le bouclier avant Renault Clio et Mégane, et Citroën C4, plus cher en France qu’en Allemagne !
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle