S'abonner
Non classé

Précisium PL tourné vers 2014

Publié le 21 novembre 2013
Par Axel Abadie
< 1 min de lecture
Avec le rachat par Alliance Automotive, le groupement peut difficilement capitaliser sur l'année de transition en cours. L'heure est à la prospective, entre développement du négoce et valorisation de la filière.
Avec le rachat par Alliance Automotive, le groupement peut difficilement capitaliser sur l'année de transition en cours. L'heure est à la prospective, entre développement du négoce et valorisation de la filière.
Avec le rachat par Alliance Automotive, le groupement peut difficilement capitaliser sur l'année de transition en cours. L'heure est à la prospective, entre développement du négoce et valorisation de la filière.

"Aujourd'hui, quand on demande une pièce, on demande devis sur devis" regrette d'emblée Eric Le Goff, responsable Commercial Précisium PL, pointant ainsi les difficultés inhérentes à l'activité négoce. Le parti pris de Précisium : travailler avec les équipementiers première monte. Eric Le Goff fait d'ailleurs part de ses réserves quant au développement d'une MDD : "Aujourd'hui, l'écart de prix n'est pas assez grand. Donc, nous préférons nous inscrire dans une offre qui met en avant les marques. Si le développement d'une MDD n'est pas à exclure, ce n'est, en tous cas, pas ce qu'on mettra en avant. Les équipementiers nous aident, la moindre des choses est qu'ils aient un retour sur investissement."

Une aide qui se traduit d'abord par la formation des effectifs. "Il est important pour nous de ne pas nous focaliser sur la pièce, mais bien d'anticiper les nouveaux systèmes. Un essieu qui était basique est d'une complexité rare aujourd'hui", poursuit-il.

Il est important aussi, de travailler au rayonnement de la profession. "Nous sommes réunis à la FEDA pour y travailler, mais il faut continuer. C'est par la formation que l'on va valoriser la filière camion et le mécanicien PL. C'est une population qui se fait rare. L'âge moyen des effectifs augmente, et il y a clairement un manque de reconnaissance. La pièce est un faux problème. L'inquiétude est plutôt sur la compétence technique, et sur la valorisation de la filière", ajoute Eric Le Goff. Avant de proposer "une idée folle" : réunir les réseaux PL au sein d'une coentreprise dédiée à la formation. Chiche ?

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle