S'abonner
Non classé

Quinton Hazell aux abonnés absents

Publié le 7 février 2013
Par Hervé Daigueperce
2 min de lecture
Après l'effondrement de Klarius Group en janvier dernier, c'est au tour de sa filiale française Quinton Hazell d'être placée en redressement judiciaire.
Après l'effondrement de Klarius Group en janvier dernier, c'est au tour de sa filiale française Quinton Hazell d'être placée en redressement judiciaire.
Après l'effondrement de Klarius Group en janvier dernier, c'est au tour de sa filiale française Quinton Hazell d'être placée en redressement judiciaire.

Il y a seulement quelques années, qui aurait pu penser que Quinton Hazell, entreprise citée en exemple partout dans l'hexagone pour sa maîtrise des flux logistiques et son taux de service, serait mise à mal à ce point. Pourtant, depuis son rachat par le groupe Klarius, on aurait pu s'attendre à une belle synergie, entre fabrication d'un côté, et distribution de l'autre.

Mais malgré les actions mises en place par Daniel Heuré, le patron de Q H, pour augmenter l'efficacité organisationnelle en France et les efforts effectués par la direction générale de Klarius dans ses sites de production britanniques  (pompes et échappement), l'entreprise phare de distribution de pièces, Quinton Hazell vient de céder. Déjà, l'an dernier, Klarius Group avait vendu les activités Q H en Irlande et en Hollande, faisant même craindre aux distributeurs français, une reprise globale de cette marque par le hollandais Van Heck, dont la concurrence est bien réelle à la frontière.

En janvier, les dirigeants de Klarius ont fait savoir que la concurrence des fabricants d'extrême orient, la crise et donc la réduction de l'utilisation des véhicules avaient pesé trop lourd sur l'activité et rendu nécessaire l'appel à l'administration judiciaire.

1 200 emplois en jeu

Avec les différentes filiales, ce n'était pas moins de 1 200 emplois qui étaient en jeu et dépendaient des décisions des administrateurs de KPMG. Entre temps, un ancien de Klarius Group a monté une nouvelle structure qui s'est rendu acquéreur de l'usine d'échappements et de contrôle des émissions de Cheadle, permettant à 243 employés de retrouver leur place. 42 licenciements de la filiale de distribution Q H (à Cheadle également) ont déjà eu lieu ainsi que 9 au siège, situé à côté de l'aéroport de Manchester. KPMG a également décidé de la fermeture des sites de Lancaster et de Colwynn bay, entraînant le licenciement de 117 employés de plus.

Les trois filiales française, allemande et espagnole n'ont pas été mises en cause dans le règlement judiciaire britannique, puisqu'elles sont des entités juridiques à part. Il semblerait que les dommages collatéraux soient plus importants que prévus. La direction  de Quinton Hazell France, n'était pas joignable en cette fin de semaine.

*Source The BusinessDesk.com

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle