S'abonner
Non classé

Rondeau, polyglotte de la rechange

Publié le 8 janvier 2015
Par Clotilde Chenevoy
4 min de lecture
Si l’automobile représente plus de 50 % de son activité, le distributeur Rondeau capitalise également sur ses activités industrie et usinage, et met en place de multiples actions pour déployer un maximum de synergies entre les branches.
Etre multi-activité représente une force, si tant est que l’on identifie clairement les branches. Un travail de longue haleine que Francis Teillet a mené sur les deux dernières années.
Etre multi-activité représente une force, si tant est que l’on identifie clairement les branches. Un travail de longue haleine que Francis Teillet a mené sur les deux dernières années.

Le groupe Rondeau présente une structure un peu particulière dans le milieu de la rechange indépendante, puisque le distributeur appartient à un actionnaire privé “dormant”, le groupe Fast, spécialisé dans le transport scolaire, avec à sa tête Francis Teillet comme directeur opérationnel. Cette particularité capitalistique mise à part, l’histoire de l’entreprise reste similaire à celle de nombreux autres distributeurs, à savoir une histoire de famille. La société Rondeau a été créée en 1973 par Hilaire et Noël Rondeau. La philosophie des dirigeants consistait alors à toujours répondre favorablement aux diverses demandes locales, ajoutant ainsi de nouvelles compétences à l’entreprise selon les besoins des clients.

Ayant débuté à l’origine dans l’entretien en mécanique générale, le grossiste se dotera au fil des années d’outils pour la réparation automobile, PL et industrie, achètera les machines pour se lancer dans la production industrielle et l’usinage, le tout couplé aux services inhérents à ces prestations. En 1997, les deux dirigeants cherchent à se développer et rachètent un concurrent, Vaquier, qui se compose de deux sites en Vendée, à la Roche-sur-Yon et aux Sables-d’Olonne. Ces derniers complètent ainsi le site majeur des Herbiers. Au début des années 2000, les deux entrepreneurs commencent à anticiper la transmission de leur entreprise, en vue de prendre leur retraite. Les négociations s’engagent notamment avec la famille Ringeard, qui possède le groupe Fast, spécialisé dans le transport scolaire, bien implanté dans la région vendéenne. S’ajoute alors dans l’équation Francis Teillet. Ayant beaucoup voyagé au cours de sa carrière, ce dernier cherchait à revenir dans sa région d’origine. Un contact est pris avec Arnaud Ringeard, qui pense à lui pour reprendre la structure Rondeau. Le futur directeur opérationnel connaît bien la boutique, puisqu’il a travaillé pendant vingt ans pour l’entreprise Webasto, spécialiste du toit ouvrant et du chauffage pour camions, pour laquelle les frères Rondeau étaient des clients réguliers. Ce choix facilite même la transaction, les grossistes voyant en Francis Teillet un dirigeant capable de maintenir l’esprit familial. Finalement, le nouveau directeur prendra ses fonctions en janvier 2008 et se heurtera dès le mois de septembre à une crise énorme, qui provoquera une baisse de l’activité usinage de l’ordre de 30 %. Le dirigeant doit alors annoncer aux équipes une baisse des heures et du chômage partiel, et concentrer le travail des employés sur l’activité pièces qui, elle, se porte bien. Autant dire que la prise de fonction n’a pas été des plus aisées.

Repositionner l’image du groupe

Parmi les autres chantiers mis en place, au-delà du développement classique et de la création de nouveaux magasins (Challans en 2008 et Fontenay-le-Comte en 2013), Francis Teillet a retravaillé l’image du groupe, en structurant les nombreuses activités. Dans cette optique, le dirigeant a organisé des entretiens individuels avec les 180 salariés du groupe. Même en interne, il est apparu que le flou entre les différentes activités transparaissait. Désormais, l’ensemble des activités se regroupe sous le nom Rondeau, et s’organise autour de trois piliers : le négoce (auto, PL et industrie), l’usinage (réparation moteur, mécanique générale, machines spéciales, etc.), les services (réseaux de garages, chronotachygraphes, taxi, grues). Sous chacun de ces piliers se trouvent rassemblées les compétences de l’entreprise. La branche automobile reste la plus importante puisqu’elle pèse plus de 50 % du chiffre d’affaires, qui a atteint sur le dernier exercice 23 millions d’euros.

L’organigramme a aussi bénéficié d’un rafraîchissement. Ainsi, chaque activité et chaque site disposent d’un responsable. Le commerce plane donc de façon transverse sur toutes les branches. “Les commerciaux ne sont pas rattachés à un site, précise Francis Teillet. Il existe une vraie dynamique entre les équipes, l’objectif consistant à les faire communiquer entre elles, pour que le spécialiste du secteur vienne ensuite les soutenir. Tous les lundis, nous organisons une réunion pour évoquer les grandes lignes de la semaine avec les différents responsables. Il se révèle crucial d’avoir un message clair pour le client. Et nous devons rester réactifs. Ce qui se décide en réunion doit tout de suite entrer en application. Nous cherchons d’ailleurs à maîtriser l’ensemble des outils, afin de bénéficier du meilleur retour sur investissement possible.”

Cette restructuration interne initiée il y a maintenant deux ans doit aujourd’hui pleinement porter ses fruits sur le terrain. Ainsi, lors du dernier salon Midest, les couleurs de Rondeau Industrie s’affichaient, la plaquette de présentation du groupe rappelant à chaque visiteur l’ensemble des services du groupe. Autre exemple de communication, Rondeau organise sur ses sites des animations entre 11 et 14 heures, invitant le garage à venir se restaurer chez le grossiste, tout en découvrant des nouveautés ou autres messages techniques que le distributeur souhaite faire passer. D’ailleurs, en 2015, Francis Teillet entend bien mettre l’accent sur la pièce technique. “Demain, qu’en sera-t-il du métier, c’est une réflexion que nous menons en interne, explique le dirigeant. Le positionnement tarifaire du Web a impacté directement le prix des pièces. Il se révèle essentiel de valoriser les services, d’investir et de se former aux nouvelles technologies. “Ce qui tourne autour de la roue” ne représente pas la bataille de demain. Les garagistes doivent maîtriser pleinement leur outil de diagnostic et, en tant que distributeur, nous nous devons de les accompagner en leur apportant plus de services.”

-----------
Sandra Henric, responsable des réseaux de réparation de Précisium :

“Toutes mes félicitations aux établissements Rondeau. Adhérente depuis 15 ans, au groupement Précisium, la société n’a cessé de diversifier son activité et d’accroître ses performances économiques.”

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle