S'abonner
Non classé

Saleri fort en techno et en maths !

Publié le 18 octobre 2012
Par Hervé Daigueperce
< 1 min de lecture
Fidèle à sa mission de réduction des émissions polluantes, Saleri a présenté un nouveau brevet, une valve externe permettant la régulation du liquide de refroidissement.
Fidèle à sa mission de réduction des émissions polluantes, Saleri a présenté un nouveau brevet, une valve externe permettant la régulation du liquide de refroidissement.
Fidèle à sa mission de réduction des émissions polluantes, Saleri a présenté un nouveau brevet, une valve externe permettant la régulation du liquide de refroidissement.

Indépendante de toute autre fonction, cette valve peut ainsi se positionner n’importe où sous le capot. Par ailleurs, grâce à sa simplicité et sa composition en matériaux plastiques, ce dispositif est également léger et économique, deux caractéristiques importantes pour les constructeurs automobiles. La valve est actionnée par une membrane à dépression, mais peut aussi être reliée à d’autres systèmes de commande. Cette valve externe permet donc d’optimiser, en temps réel, la température moteur, donc l’émission de polluants, grâce à la régulation du flux à l’intérieur du circuit de refroidissement. En outre, cette solution permet de concevoir un moteur équipé d’une pompe à eau mécanique traditionnelle. Et a fait partie des 5 premiers équipementiers sélectionnés pour le prix de l’innovation sur Automechanika.

Des résultats plus qu’éloquents

“Grâce à l’habileté des distributeurs dans des pays qui ne sont pas euphoriques, Saleri continue d’avoir des progressions à deux chiffres” se félicite Marco Pinnacoli, le directeur aftermarket du groupe italien. Et quand certains marchés ralentissent comme en Europe du sud, ceux d’Europe de l’Est grandissent bien. “En aftermarket, nous allons terminer l’année 2012 avec 5 % de mieux qu’en 2011 qui était un très bon cru”, commente Marco Pinnacoli qui ajoute que “le groupe devrait clore 2012, en croissance de 20 %, pour atteindre un CA de 70 millions d’euros”. Les contrats signés actuellement devraient même permettre à Saleri de doubler leur CA actuel en 2016. Dès 2013, ils incorporent un nouveau bâtiment de 12 000 m2 pour accompagner la croissance. Cerise sur le gâteau, les commandes de pompes à eau variables en remplacement commencent à arriver et quand on sait que les constructeurs parient sur la variabilité, l’avenir de Saleri devient très souriant.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle