S'abonner
Poids lourd

Wheelsecure, le gel anti-crevaison qui garde la pression

Publié le 9 décembre 2021
Par Mohamed Aredjal
6 min de lecture
Le pneu qui ne crève jamais (ou presque), c’est le credo de Wheelsecure, société créée par Zoran Velkoski et Vincent Paolini. Cette dernière a développé le premier bouclier anti sous-gonflage, anti-éclatement et anti-crevaison.
Le bouclier Wheelsecure maintient une pression constante et répare immédiatement les crevaisons du quotidien. © Wheelsecure
Le bouclier Wheelsecure maintient une pression constante et répare immédiatement les crevaisons du quotidien. © Wheelsecure

Eviter au maximum tout risque de crevaison et optimiser la disponibilité de sa flotte de véhicules : c'est la promesse de Wheelsecure. Depuis quelques semaines, l'entreprise tricolore codirigée par Zoran Velkoski et Vincent Paolini mène une campagne de séduction en direction des professionnels du transport pour vanter les mérites de sa solution. Sur le papier, le produit ne manque pas d'atouts. Concrètement, il s'agit d'un gel qui, une fois injecté par la valve, se répartit uniformément dans la bande de roulement pour la protéger grâce à la force centrifuge. Avec sa formule thixotropique qui déjoue les lois de la gravité, le produit ne retombe pas une fois en place dans le pneumatique, même après une longue période d'immobilisation.

Selon Zoran Velkoski et Vincent Paolini, le gel ne génère ni balourd ni vibration une fois le rodage effectué, même à haute vitesse. Lorsqu'une crevaison se produit, la force centrifuge combinée à la pression d'air interne forcent l'infiltration de Wheelsecure dans la perforation du pneu, et la crevaison est réparée instantanément de l'intérieur. Sur un pneumatique poids lourd, le produit peut "boucher", en moyenne, plus de 4 crevaisons de 12 mm. L'efficacité du traitement a été vérifiée par l'Utac début 2014. De quoi convaincre de nombreuses flottes de véhicules industriels. Mais pour mettre au point leur produit "miracle", les deux dirigeants de Wheelsecure ont dû surmonter bien des obstacles.

Deux ans de R&D

Comme souvent dans l’automobile, tout a commencé par une panne. Au début des années 2000, sur la route des vacances au volant de son véhicule sportif, Zoran Velkoski est contraint à l'arrêt par une crevaison. Sans roue de secours, il doit attendre une dépanneuse pour pouvoir réparer son pneumatique et reprendre la route. Cette mésaventure conduit Zoran Velkoski à s'intéresser aux solutions anti-crevaison… Après quelques recherches, il réalise que des produits destinés aux engins agricoles ou matériels de génie civil, en basse vitesse, sont disponibles sur le marché depuis plusieurs années. En revanche, il n'existe pas de solution préventive convaincante à haute vitesse pour les véhicules légers, les deux-roues et encore moins les poids lourds. "Dans les années 2000, il existait quelques produits déceptifs qui, en plus de ronger les jantes, ne proposaient qu'une faible durée de vie. Une fois injectés dans les pneus, ils devenaient inactifs au bout de quelques mois… Bref, rien de concluant", rappelle Vincent Paolini.

Forts de ce constat, les entrepreneurs se rapprochent d'un chimiste luxembourgeois qui s'était spécialisé dans la conception de produits anti-crevaison à basse vitesse. Leur défi : développer un liquide gardant son efficacité à haute vitesse tout en restant statique dans l'enveloppe. Après deux ans de recherche et d'investissements, l'équipe parvient à son objectif en créant un gel qui étanchéifie la porosité naturelle du pneumatique, ne périme pas et réduit de 80 % le taux de crevaison (soit 97 % des crevaisons sur la bande de roulement). Composé à base de glycol, il ne peut pas se dissocier ou sécher à l'intérieur du pneumatique, à la différence de certains produits chimiques pouvant se figer et provoquer des problèmes d'équilibrage, voire altérer la composition du caoutchouc du pneumatique. Autre atout du gel Wheelsecure : il est auto-équilibrant, hydrodynamique, centrifuge et il s'adapte à la quasi-totalité des véhicules roulants. "En clair, vous n'avez plus besoin d'équilibrer les roues de votre tracteur ou de votre remorque avec les microbilles ou poids classiques", explique Vincent Paolini.

De multiples économies pour les gestionnaires de flotte

Wheelsecure est injecté par la valve et conserve sa structure gélatineuse à l'intérieur du pneu pendant toute sa durée d'utilisation.

Wheelsecure est injecté par la valve et conserve sa structure gélatineuse à l'intérieur du pneu pendant toute sa durée d'utilisation. © Wheelsecure

Une fois leur formule éprouvée, les associés se lancent dans la commercialisation de leur innovation en 2013. Elle est rapidement adoptée par le marché de la moto, où elle est distribuée dans près de 200 points de vente en prestation atelier, en particulier dans les réseaux Dafy et Doc Biker, ainsi que dans de nombreux garages indépendants. Dans l'automobile, la solution est aussi distribuée par une "enseigne majeure" du pneumatique en marque blanche pour les parcs VL et VUL. Le réseau Point S a lancé également la vente du produit, en ciblant les flottes de véhicules et professionnels du transport. Quelques mois plus tard, c'est le pure player Allopneus qui ajoute à son tour le gel à son offre de produits.

Progressivement, grâce au bouche-à-oreille, Wheelsecure séduit aussi les collectivités, à l'instar de la mairie de Neuilly-sur-Seine (92) ainsi que plusieurs entreprises (carrossiers industriels, ambulances, sociétés de nettoyage, de messagerie rapide, de transport de fonds, etc.). En 2018, le bouclier anti-crevaison parvient même à séduire les organisateurs du Tour de France (le groupe Amaury Sport Organisation), équipant les 200 véhicules officiels qui vont sillonner les routes du pays pendant l'été. Depuis, le partenariat est toujours en cours.

Avec la popularité croissante de leur produit, Zoran Velkoski et Vincent Paolini décident alors de se tourner vers les parcs de poids lourds, convaincus des bénéfices que peut leur apporter Wheelsecure. Primo, les transporteurs s'épargneraient, grâce à leur solution, un grand nombre de crevaisons, économisant de nombreux frais liés à l'immobilisation de leurs véhicules. "Wheelsecure réduit de 80 % environ le budget crevaison. Et ces coûts ne sont que la partie émergée des sommes connexes au dépannage : salariés immobilisés et payés à attendre, assistance, livraisons non effectuées dans les temps, reprogrammations des rotations, etc.", détaille Zoran Velkoski. Ce n'est pas tout : en diminuant la porosité des pneus, le gel préventif Wheelsecure atténue leur sous-gonflage, réduisant ainsi jusqu'à 20 % leur usure prématurée.

En outre, les transporteurs peuvent espérer une économie de carburant comprise entre 1 à 5 %, selon les deux entrepreneurs. Au global, ces gains sont loin d'être négligeables, comme l'illustre Vincent Paolini :

Un de nos clients nous a confié qu'un budget annuel de 6000 euros de pneumatiques crevés avait provoqué 220 000 euros de perte de chiffre d'affaires sur son activité la même année… C'est colossal et bien souvent peu chiffré par les entreprises, car cette problématique nécessite un vrai travail de suivi et de réflexion pour ce poste de dépenses.

Moins de pneus consommés et moins d'émissions de CO2

Wheelsecure est injecté par la valve et conserve sa structure gélatineuse à l'intérieur du pneu pendant toute sa durée d'utilisation.

Wheelsecure est injecté par la valve et conserve sa structure gélatineuse à l'intérieur du pneu pendant toute sa durée d'utilisation. © Wheelsecure

Outre de multiples économies, Wheelsecure présente l'avantage d'être simple et rapide à déployer dans une flotte. L'injection dans la valve du pneumatique ne nécessite qu'un compresseur et un démonte-obus. Il faut compter environ 30 minutes pour un tracteur (regonflage inclus) et 20 minutes pour une semi-remorque à 6 roues. Une fois injecté, le produit reste statique et actif jusqu'à la fin de vie du pneumatique. Le gel est d'ailleurs compatible avec les différents cycles de vie des montes PL, y compris le rechapage. "Il suffit de récupérer le produit qui a été injecté dans la bande de roulement avant de le replacer dans le pneu rechapé", précise Zoran Velkoski.

Alors que les enjeux liés à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) prennent une importance croissante dans le monde du transport, Wheelsecure vante aussi les bénéfices environnementaux de son produit. Des pneumatiques mieux gonflés sont en effet synonymes d'un bilan carbone plus satisfaisant grâce à une réduction des émissions de particules fines et de CO2. "Sur une flotte de 50 camions, comptez une réduction de vos émissions de CO2 de plus de 20 tonnes par an", souligne Vincent Paolini.

Il précise, par ailleurs, que le gel Wheelsecure est en partie composé de caoutchouc issu de pneus recyclés. Des arguments qui ne semblent pas laisser indifférents les acteurs du transport routier de marchandises, selon les deux cofondateurs. "Nous pensions que la problématique de la crevaison était le sujet principal. Mais les coûts induits du sous-gonflage et l'impact sur l'environnement ont été autant de points sur lesquels nous avons fait mouche." Pour accompagner leur développement sur ce nouveau marché, Zoran Velkoski et Vincent Paolini ont d'ailleurs décidé de renforcer l'équipe avec le recrutement de Jean-Pierre Bonnefoy, professionnel du pneumatique, ancien technicien et analyste achats du groupe Astre. Une seconde arrivée devrait se confirmer très rapidement pour aider les dirigeants à répondre à leurs nombreuses sollicitations, en France mais aussi à l'international. En effet, la jeune pousse française s'est attaquée au marché africain en signant avec des "entreprises de transport de premier plan", spécialisées notamment dans l'activité portuaire et le convoi exceptionnel avec des flottes soumises à des conditions de roulage difficiles.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle