S'abonner
Lubrifiants

Motul et Hozoï : un partenariat de passion

Publié le 27 février 2012
Par Marc David
2 min de lecture
Dix ans après une première collaboration, Motul et l’artiste Hozoï se sont à nouveau donné rendez-vous pour faire ressortir l’art contemporain sur le site du spécialiste des lubrifiants situé à Aubervilliers.
Dix ans après une première collaboration, Motul et l’artiste Hozoï se sont à nouveau donné rendez-vous pour faire ressortir l’art contemporain sur le site du spécialiste des lubrifiants situé à Aubervilliers.
Dix ans après une première collaboration, Motul et l’artiste Hozoï se sont à nouveau donné rendez-vous pour faire ressortir l’art contemporain sur le site du spécialiste des lubrifiants situé à Aubervilliers.

Catalyseur de talents et mécène à l’esprit pionnier, Motul aime sortir des sentiers battus pour provoquer des rencontres créatives et peu conventionnelles. C’est dans cet esprit qu’en 2001, bien avant que les graffs n’atteignent en France le statut d’art contemporain, Motul avait déjà fait appel au graffeur Hozoï pour habiller de son style coloré le mur du parking de son siège européen établi à Aubervilliers depuis 1964.

Dix ans plus tard, après son remarqué "St’Art with Motul" au salon Rétromobile 2010, l’Indépendant du Graissage (IG) continue à créer des liens entre l’art et l’industrie automobile en donnant une nouvelle carte blanche à Hozoï. Accompagné des deux artistes urbains Bears et Ecraz, Hozoï a réinterprété son travail sur le mur du parking et a réinventé la façade du siège de Motul avec une seule consigne, dynamiser les murs tout en transmettant les valeurs propres à Motul depuis 1853 : haute technologie, expertise, authenticité et engagement.

Certes, le choix de l’artiste n’est pas anodin car, au-delà de son amour pour les villes qu’il arpente et graffe à travers le monde depuis plus de vingt ans, Hozoï est un passionné de sports mécaniques et de moteurs. Il pratique d’ailleurs le "metal shaping" en utilisant des pièces détachées de véhicules qu’il assemble et soude pour créer des objets. Motul fait donc partie de son univers. "Le graffiti n’est pas de la décoration, c’est un art qui s’exprime avant tout dans la rue au contact des gens, déclare l’artiste.Après, peu importe le moyen d’expression." Après un mois d’échanges avec les Albertivillariens et des centaines de bombes et litres de peinture, le résultat a de quoi en laisser plus d’un perplexe. Reste que le pari de créer un lien entre la mécanique des fluides de Motul et celle d’Hozoï, Bears et Ecraz a pris corps : la "Fluidforce de Motul" est à présent au cœur de la ville d’Aubervilliers !

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle