S'abonner
Lubrifiants

Total aime les défis

Publié le 30 juin 2014
Par Marc David
2 min de lecture
Partenaire technologique du prototype Nissan ZEOD RC aux dernières 24 Heures du Mans, le pétrolier national a tourné une nouvelle page de son odyssée en matière de recherche et développement.
Partenaire technologique du prototype Nissan ZEOD RC aux dernières 24 Heures du Mans, le pétrolier national a tourné une nouvelle page de son odyssée en matière de recherche et développement.
Partenaire technologique du prototype Nissan ZEOD RC aux dernières 24 Heures du Mans, le pétrolier national a tourné une nouvelle page de son odyssée en matière de recherche et développement.

Partenaire en LMP2 de Oak Racing Team Asia (Ligier JS P2-HPD) et de Signatec-Alpine (Alpine A450b) ainsi que, bien sûr, de Toyota en LMP1 via la TS040 Hybrid, Total l’était également de Nissan dans le cadre du prototype ZEOD RC (pour Zero Emission On Demand Racing Car). Issu du projet DeltaWing de 2012, ce prototype était l’invité de l’ACO dans le box 56 réservé à un véhicule aux technologies innovantes…

Innovant sur le plan de ses deux moteurs électriques, le prototype Nissan révolutionne également les standards de performance et d’efficacité des motorisations thermiques. En effet, le bloc ultra-compact Nissan DIG-TR 1,5l 3 cyl turbo, qui fonctionne en tandem avec le système de motorisation électrique lorsque celui-ci est en recharge, ne pèse qu’un peu plus de 40kg et développe 400ch, pour un ratio record de 10ch par kg.

Bref, si, pour Total, l’objectif était de fournir un lubrifiant en mesure de protéger le moteur en évitant les usures et les dépôts, ce lubrifiant devait aussi optimiser la réduction des frictions sur tous les points de la chaîne cinématique du véhicule, en particulier au niveau du moteur et de la boîte de vitesses. Un cahier des charges rempli par les lubrifiants Total Quartz.

Certes, pour ce qui est du défi, celui-ci s’est achevé prématurément (après cinq tours), par la faute d’un problème de boîte de vitesses, un organe pourtant des plus conventionnels. La dure loi du sport automobile…

Reste que les deux principaux objectifs fixés par ce prototype ont été atteints. Le premier avait été réalisé le jeudi soir au cours des qualifications lorsque le pilote japonais Satoshi Motoyama dépassait les 300km/h avant la première chicane des Hunaudières. Quant au deuxième, celui-ci consistait à accomplir un tour complet du circuit de 13,6km en mode purement électrique. Le vainqueur de la GT Academy, Wolfgang Reip, se trouvait au volant lorsque l’équipe a réalisé cette performance le samedi matin, durant le warm-up.
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle