S'abonner
Equipementiers

Best Drive mise sur la franchise et le digital

Publié le 1 décembre 2017
Par Romain Baly
2 min de lecture
Avec 224 points de vente, l'enseigne de centre-autos de Continental souhaite désormais se concentrer sur le développement de sa franchise tout en améliorant sa visibilité sur le net avec un site de e-commerce.
Best Drive ambitionne notamment d'améliorer son maillage dans l'ouest de la France.
Best Drive ambitionne notamment d'améliorer son maillage dans l'ouest de la France.

Sept ans après avoir entamé la construction de son réseau au gré de plusieurs rachats – Ripa (10 sites, 2010), Alençon Pneus (45 sites, 2011), Saci (55 sites, 2013) et Massa Pneus (138 sites, 2014) – Best Drive entend à présent se concentrer sur ses acquis. "L'heure des grands rachats est terminée, indique Serge Bonnel, directeur général de Continental France. Aujourd'hui, notre priorité consiste à ne faire de cet ensemble qu'une seule et même entreprise".

Un travail qui implique une harmonisation aussi complexe que chronophage des process et des outils, que ce soit sur le plan social, financier ou informatique. A ce jour, Best Drive revendique 224 points de vente dans l'Hexagone (dont 120 orientés à la fois VL et PL et 60 autres se concentrant uniquement sur ce segment) et ambitionne d'atteindre à moyen terme les 300 implantations. Si Serge Bonnel explique "ne pas s'interdire de racheter de nouveaux points de vente", celui-ci entend le faire "de façon plus ciblé".

Seulement 12 franchisés à date

Surtout, le dirigeant entend concentrer le développement de son enseigne autour de deux thématiques clés. La première porte sur la franchise Best Drive qui ne compte à ce jour qu'une douzaine de représentants. Trop peu à en croire Serge Bonnel qui loue "le dynamisme des indépendants et franchisés. C'est quelque chose qui nous intéresse". Par ce biais, le réseau de centre-autos ambitionne également de combler certains manques, notamment sur toute la façade ouest de la France où il est peu présent.

En parallèle, Best Drive souhaite également renforcer sa présence sur le web. Un impératif lié à la notoriété de l'enseigne que Continental entend améliorer mais aussi aux nouvelles habitudes des consommateurs. En 2018, un site de e-commerce calqué sur les standards du moment verra le jour. "C'est un élément qui nous manquait alors que ça devient fondamental vis-à-vis de nos client", conclu Serge Bonnel.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle