S'abonner
Equipementiers

Brembo monte sur la plaquette

Publié le 23 novembre 2011
Par Clotilde Chenevoy
< 1 min de lecture
Depuis juillet 2010, Brembo a étoffé son offre pour proposer à ses clients une gamme de plaquettes de frein. Il ne fabrique pas lui-même les produits, mais a noué un partenariat industriel avec un équipementier qui fabrique les pièces selon un cahier des charges fixé par Brembo.
Depuis juillet 2010, Brembo a étoffé son offre pour proposer à ses clients une gamme de plaquettes de frein. Il ne fabrique pas lui-même les produits, mais a noué un partenariat industriel avec un équipementier qui fabrique les pièces selon un cahier des charges fixé par Brembo.
Depuis juillet 2010, Brembo a étoffé son offre pour proposer à ses clients une gamme de plaquettes de frein. Il ne fabrique pas lui-même les produits, mais a noué un partenariat industriel avec un équipementier qui fabrique les pièces selon un cahier des charges fixé par Brembo.

Comme pour le disque, la marque revendique un produit de qualité OE et des tarifs fixés selon le prix du constructeur. Brembo a d’ailleurs souffert de la crise, en raison de l’activité première monte et de son positionnement tarifaire en rechange OE. Le chiffre d’affaires actuel revient tout juste au niveau de 2008. “Nous nous sommes même interrogés sur la possibilité de proposer une deuxième marque sur le marché, pour répondre à cette demande de prix, en rechange”, détaille Nicolas de Gaudemont, directeur de l’activité après-vente de Brembo. Ce projet n’a pas dépassé le stade de la réflexion, l’équipementier préférant proposer ce type de produits en marque blanche.

La stratégie de Brembo s’oriente donc vers la promotion de sa marque éponyme, en se positionnant comme un fournisseur complet des systèmes de freinage. Pour la distribution, Brembo s’appuie sur des plates-formes indépendantes, qu’il complète depuis peu par une politique de dépôt, via un accord de distribution avec Bosal Distribution. Nicolas de Gaudemont reste très discret sur les résultats du groupe, particulièrement sur la vente des plaquettes. Il avancera seulement que “les résultats sont bons”, mais qu’il “faudra du temps pour positionner Brembo comme un fournisseur complet en freinage”. La politique de l’équipementier repose aussi sur l’apport de services, comme la Brembo Brake Academy, sur un investissement dans son outil de production avec la construction d’une usine en République tchèque, ainsi que sur le doublement de la capacité de sa fonderie en Pologne. “Nous cherchons à maîtriser l’ensemble de la procédure industrielle des plaquettes, disques et étriers, notamment pour fournir des systèmes complets”, explique le directeur après-vente.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle