S'abonner
Equipementiers

Lumileds sensibilise sur les défaillances de l’éclairage lors du contrôle technique

Publié le 21 juin 2019
Par Nabila Rameaux
2 min de lecture
Le spécialiste des solutions d'éclairage Lumileds s’appuie sur le dernier bilan UTAC OTC des véhicules légers selon lequel 10 % des contre-visites seraient dues à un mauvais éclairage. Un chiffre en hausse depuis la mise en place du nouveau contrôle technique en mai 2018.
Le point de contrôle éclairage/signalisation concerne l’ensemble des sources lumineuses y compris les voyants sur le tableau de bord.
Le point de contrôle éclairage/signalisation concerne l’ensemble des sources lumineuses y compris les voyants sur le tableau de bord.

Gare à la défaillance de l’éclairage lors du contrôle technique ! C’est la recommandation de Lumileds qui s’appuie sur le dernier bilan UTAC OTC des véhicules légers selon lequel la défaillance du poste éclairage/signalisation serait la 2e cause de contre-visite. Une situation qui se serait aggravée avec la mise en place du nouveau contrôle technique le 20 mai 2018. Selon l’étude, le nombre de contre-visites liées à une défaillance de l’éclairage a augmenté pour atteindre 10,88 %. Auparavant, cet élément générait 8,05 % des contre-visites sur la période allant du 1er janvier au 31 mai 2018 (8,89 % en 2017), soit avant la mise en application de la nouvelle réglementation.

Des chiffres qu’il convient toutefois de relativiser selon les feux et le type d’anomalie concernés. Ainsi, si l’anomalie d’orientation non-conforme des feux de croisement a bien généré un taux de contre-visites en hausse après le 20 mai 2018 (5,95 % contre 3,56 %), l’anomalie de fonctionnement des feux de position (1,86 % contre 2,07 %) et des feux stop (2,30 % contre 2,33 %) auraient engendrer un taux de contre-visites en légère baisse.

Un niveau de contrôle plus élevé

Et ce, en dépit d’un niveau de contrôle plus élevé (les feux de brouillard et les pleins phares sont désormais contrôlés) : 6 points de contrôle au lieu de 4 et 69 défaillances possibles dont 42 sont soumises à l’obligation de contre-visites. Ainsi, le point de contrôle éclairage/signalisation concerne l’ensemble des sources lumineuses y compris les voyants sur le tableau de bord.

Le contrôleur technique diagnostique la présence, l’état, le fonctionnement, l’orientation des feux et la ligne de coupure. Seuls les feux de croisement et les antibrouillards avant sont mesurés avec un réglophare (matériel normalisé), le reste étant vérifié manuellement, sans démontage des blocs optiques. Ainsi, par exemple, si le faisceau est trop faible/fort ou présente un dysfonctionnement et que la prise de mesure n’est pas possible, le véhicule est mis en contre-visite.

Vérifier régulièrement l’état des lampes

D’une façon générale, Lumileds préconise de vérifier régulièrement l’état de fonctionnement de l’ensemble des lampes du véhicule (intérieur et extérieur). Parmi les principales recommandations du fabricant : équilibrer les feux droit et gauche, et les adapter au poids du véhicule (coffre plein/coffre vide) ; changer tous les 2-3 ans les lampes des feux avant pour maintenir la qualité du flux halogène ; remplacer les lampes par paire en cas de panne ou de casse ou encore choisir des lampes adaptées au conducteur et à sa conduite.

Ainsi par exemple, avec la baisse de perception des contrastes liée à l’âge, Lumineds recommande d’opter pour une gamme aux couleurs chaudes pour un meilleur confort visuel comme les lampes Philips Vision ou Philips LongLifeEcoVision. Et en cas de conduite de nuit fréquente, le fabricant propose les lampes Philips X-tremeVision G-Force qui offrent jusqu’à + 130 % de luminosité en plus par rapport au standard minimum légal. Lumileds via la marque Philips, propose ainsi plus de 10 gammes de lampes pour répondre aux besoins de tous les conducteurs.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle