S'abonner
Equipementiers

Manufacturiers : les résultats semestriels des 5 grands

Publié le 21 septembre 2015
Par La Rédaction
5 min de lecture
Au cours du premier semestre 2015, les performances des cinq leaders mondiaux du pneumatique – Bridgestone, Continental, Goodyear, Michelin et Pirelli – ont été particulièrement marquées par les effets de change. À l’exception de Goodyear, tous en ont profité. Décryptage de leurs résultats.
Au cours du premier semestre 2015, les performances des cinq leaders mondiaux du pneumatique – Bridgestone, Continental, Goodyear, Michelin et Pirelli – ont été particulièrement marquées par les effets de change. À l’exception de Goodyear, tous en ont profité. Décryptage de leurs résultats.
Au cours du premier semestre 2015, les performances des cinq leaders mondiaux du pneumatique – Bridgestone, Continental, Goodyear, Michelin et Pirelli – ont été particulièrement marquées par les effets de change. À l’exception de Goodyear, tous en ont profité. Décryptage de leurs résultats.

Comme chaque année, le rythme de l’été est ponctué par la publication des résultats semestriels des grands groupes. Bridgestone a révélé, lui, ses chiffres début août. Son bénéfice net a ainsi quasi stagné au premier semestre 2015 (+ 1,7 %) pour s’établir à 144,65 milliards de yens (1,07 Md). Le chiffre d’affaires (CA) global s’inscrit en hausse à 1 855 Md¥ (13,73 Md), soit 6 % de plus que sur la même période en 2014. Sur l’activité pneumatiques en particulier, la progression s’est effectuée dans des proportions similaires (1 555 Md¥ ou 11,51 Md de CA, et 217 Md¥ ou 1,6 Md de bénéfice d’exploitation). Sur son marché intérieur, l’industriel japonais a subi le contrecoup négatif de la hausse des taxes de l’an passé, selon lequel les consommateurs de pneus tourisme et camionnettes s’étaient précipités à l’achat avant le changement de fiscalité. En revanche, le segment de pneus poids lourds/bus est resté stable, porté par les ventes en équipement d’origine. Sur les marchés nord-américain et européen, les volumes de vente des pneus tourisme, utilitaires et poids lourds ont fortement progressé. En Asie, l’évolution positive s’est limitée aux seuls pneus poids lourds et bus. Comme beaucoup de ses confrères, Bridgestone a bénéficié de l’évolution favorable des taux de change, et notamment de la hausse du dollar et de l’euro face au yen. Le Japonais a également revu à l’occasion de cette publication ses prévisions pour 2015. Il table désormais sur un bénéfice net plus important à 320 Md¥ (2,37 Md) pour l’année 2015 (+ 6,5 % sur un an) et un CA un peu plus faible à 3 900 Md¥ (28 Md).

Le bibendum prend (encore) du volume

Michelin, lui, trace sa route avec succès. Au premier semestre 2015, le Français a réalisé un chiffre d’affaires de 10,49 Md (+ 8,5 %). Son résultat opérationnel progresse en conséquence à 1,26 Md (+ 103 M). Ses volumes de vente ont augmenté de 2,4 %, soit une croissance supérieure au marché mondial du pneumatique. Néanmoins, ceux-ci sont assez disparates selon la zone géographique et le type de produits. En Europe, la demande de pneus tourisme/camionnette a évolué de 3 % – en première monte comme en remplacement –, alors qu’en Amérique du Sud, le marché de la première monte a régressé de 14 % au premier semestre, sous l’effet du fort recul de la production de véhicules automobiles. L’activité poids lourds a, pour sa part, significativement chuté au niveau mondial : - 8 % en première monte et - 2 % en remplacement. Une baisse limitée par le dynamisme de l’Amérique du Nord (+ 17 % en OE et + 5 % en rechange). Les parités de change ont également eu un impact positif sur les ventes nettes, à hauteur de 10,2 %, lié au retrait de l’euro face aux principales devises opérationnelles du groupe. Côté stratégie, le premier semestre du bibendum a été marqué par plusieurs opérations. Tout d’abord, avec l’investissement dans le fonds européen dédié à l’innovation dans la mobilité durable, ecomobility ventures. Puis par une prise de participation de 40 % dans la société Allopneus (60 M de CA). Enfin, par la création d’une joint-venture avec Barito Pacific Group en vue de produire du caoutchouc naturel écoresponsable. Pour le second semestre, Michelin espère poursuivre sur sa lancée, avec une demande de pneus qui devrait rester en croissance dans les zones matures et plus difficile sur les nouveaux marchés. Son président, Jean-Dominique Senard, a “confirmé ses objectifs pour 2015”.

Pirelli porté par le Premium

Son voisin Italien, Pirelli, a revu pour sa part ses objectifs à la baisse pour 2015. Rien de dramatique toutefois, puisqu’il projette un chiffre d’affaires de 6,35 Md en fin d’année, contre 6,4 Md estimés jusqu’à présent. Il conserve son objectif de résultat opérationnel après coûts de restructuration de 930 millions d’euros (vs 838 millions en 2014). Lors de ce premier semestre 2015, le numéro cinq mondial des pneumatiques a enregistré des résultats légèrement supérieurs aux attentes. En effet, son bénéfice d’exploitation (Ebit) a progressé de 4,8 % à 446,8 M et son chiffre d’affaires de 6,5 % avec un atterrissage à 3,17 Md. Des performances réalisées grâce aux ventes particulièrement dynamiques des produits Premium (+ 16,5 %) qui constituent un moteur fort de croissance pour la marque. En volume, l’activité consumer – tourisme, camionnette et moto – augmente de 1,3 %, alors que celles de pneumatiques industriels reculent nettement de 5,7 %. D’un point de vue géographique, le marché européen – où l’industriel réalise plus d’un tiers de son chiffre d’affaires – s’accélère encore. Ce dernier a crû de 3,9 %, alors qu’il avait déjà progressé de 10 % au premier semestre 2014. Les plus importantes évolutions se sont réalisées au sein des zones Nord-Américaine (+ 21 % de croissance organique) et Asie-Pacifique (+ 16,2 % de croissance organique et + 33,7 % en intégrant les effets de change favorables). Pour rappel, Pirelli est passé sous pavillon chinois suite au rachat par China National Chemical Corp (ChemChina) à Camfin, son ancien actionnaire, au premier semestre 2015.

Goodyear limite la casse

Chez Goodyear, les résultats sont finalement meilleurs que prévu. Le premier fabricant américain de pneumatiques a limité la casse au second trimestre 2015, dopé par son marché intérieur. Goodyear a, en effet, enregistré une augmentation des livraisons en Amérique du Nord de 3,3 %, à 15,8 millions de pneus. Conjuguée à une baisse des coûts et un effet mix/prix des matières premières favorables, l’industriel augmente par la même occasion son bénéfice opérationnel dans la région de 54 % à 321 M$, un record. La situation s’avère, en revanche, difficile en Europe, en Asie et en Amérique latine. Le dollar fort a eu un impact particulièrement significatif sur le chiffre d’affaires de Goodyear. Au premier semestre 2015, il s’est effondré dans la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique de 20 %, alors que le nombre d’unités vendues ne s’est replié que de 1,9 % (30,7 M). En Asie et en Amérique latine, les livraisons ont légèrement progressé, respectivement de 6 % et 2 %, mais le CA, lui, s’est également contracté pour les mêmes raisons (- 9 % et - 15 %). Au niveau mondial, il a donc reculé de 10 % au premier semestre, pour s’établir à 8,2 Md$. Malgré ce contexte international défavorable, le bénéfice opérationnel de Goodyear s’élève à 947 M$ (+14 %), soit un bénéfice net part du groupe de 416 M$. Richard J. Kramer, son président-directeur général, estime que ces “solides résultats du deuxième trimestre - même au milieu des défis mondiaux actuels - reflètent la force de notre stratégie” et réaffirme ainsi ses objectifs financiers pour 2015.

Continental frappe deux fois

Continental a encore frappé. Pour la deuxième fois cette année, l’industriel allemand a revu à la hausse ses prévisions de chiffre d’affaires annuel avec un objectif dépassant les 39 Md pour 2015. Il relève également sa marge ajustée à 11 %, contre 10 % dans sa précédente prévision. Continental bénéficie de la demande croissante du marché automobile européen. Dans la droite ligne du groupe, l’activité pneumatique se porte très bien également. Son chiffre d’affaires s’est élevé à 5,06 Md au premier semestre 2015, contre 4,72 Md un an plus tôt (+ 7,2 %). Néanmoins, à périmètre constant et avant effet de change, le résultat s’avère négatif à - 0,6 %. Si les ventes de pneus tourisme et véhicules utilitaires en équipement d’origine ont progressé, celles en remplacement ont évolué différemment selon la zone géographique. Sur la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique, elles s’inscrivent en baisse alors qu’elles augmentent en Amérique du Nord et du Sud. Des performances saluées par les investisseurs, puisque le jour de l’annonce des résultats, le titre Continental s’est apprécié de 4 %. 

Mathieu Marcinkiewicz - Une étude du Pneumatique
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle