S'abonner
Distribution

Nexus International s’engage sur la durée

Publié le 18 février 2016
Par La Rédaction
4 min de lecture
Lors de son deuxième forum, réunissant membres distributeurs et fournisseurs internationaux, Nexus International a ancré le groupement dans une stratégie globale et pérenne, fondée sur l’innovation et la création de valeur.
Lors de son deuxième forum, réunissant membres distributeurs et fournisseurs internationaux, Nexus International a ancré le groupement dans une stratégie globale et pérenne, fondée sur l’innovation et la création de valeur.
Lors de son deuxième forum, réunissant membres distributeurs et fournisseurs internationaux, Nexus International a ancré le groupement dans une stratégie globale et pérenne, fondée sur l’innovation et la création de valeur.

Non, ils ne cherchent pas à accumuler le nombre de milliards d’euros de chiffre d’affaires consolidé pour emporter la troisième place des groupements internationaux. Ce qui les anime réside toujours dans les gènes fondateurs, assurer une croissance forte pour pouvoir envisager le business de manière globale, parce que le monde est désormais le terrain de jeu de l’aftermarket. Leurs membres distributeurs l’ont bien compris, ce sont eux qui rejoignent massivement Nexus International et l’ont doté d’un chiffre d’affaires, après deux ans d’existence, de 7,25 milliards d’euros en 2015, et bientôt de 9 milliards, à horizon 2016. Une condition nécessaire pour faciliter les échanges internationaux et les contrats globaux, au nombre de 59, à ce jour.

La globalisation n’est plus un objectif, mais un levier de performance actif, opérationnel et pluriel. Pour Gaël Escribe, il s’est agi de passer du statut de challenger à celui de leader, avec ce que cela suppose en termes d’exigences et d’innovation, le fer de lance de Nexus International, et donc de valeur ajoutée. Pour citer Thierry Mugnier, directeur financier, "The goal is the value".

Connectés au sens propre et au sens digital

Si l’internationalisation a été mise en exergue, rappelant, au-delà d’une implantation sur tous les continents, la promesse de l’ouverture d’une voie inédite sur l’Afrique et le Moyen-Orient, les outils de connexion ont véritablement constitué l’armature du développement de Nexus International, pour affronter les défis de l’aftermarket d’aujourd’hui. Après avoir annoncé la création d’une plateforme de reporting global, dédiée aux membres, capable d’absorber l’ensemble des informations et de les diffuser en matériau utile et exploitable immédiatement, Thierry Mugnier et Bas Donders, directeur du marketing et de la communication, ont sorti l’artillerie lourde en présentant  Nexus ! Connect, le hub de l’année. De quoi s’agit-il ? D’une plateforme Internet géante permettant à tous les membres d’échanger de l’information, de communiquer entre eux, de créer des groupes de travail ou de réflexion, de travailler sur tous les sujets en temps réel. Totalement sécurisé (d’importants investissements ont été réalisés dans la protection des données), l’outil favorise les échanges entre deux participants comme entre 80, selon les choix de chacun. Tout est accessible à condition que le membre le souhaite et que cela entre dans ses choix. De la même façon, sur cette plate-forme seront proposés les stocks morts ou à très longue rotation, dont souhaitent se débarrasser les distributeurs, sans qu’ils soient bradés, et ce, en toute confidentialité. Avec 86 marques et 1,3 million de références répertoriées, le processus de vente entre déjà dans une phase opérationnelle, "il s’agit de s’aider entre distributeurs", plaide Thierry Mugnier.  Plus tard, les fournisseurs pourront bénéficier, eux aussi, de ce programme. Faciliter les échanges entre les membres à l’extrême, tout en sécurisant les relations, tel apparaît ce hub international et personnalisé.

Drive+, une marque Premium

Si plusieurs distributeurs disposent déjà de marques propres, il n’en va pas de même pour de plus petites entités, qui n’ont ni le temps ni les ressources humaines, voire la capacité d’investissements financiers, pour en créer une. Or, à la fois sur les marchés matures, troublés par la baisse du pouvoir d’achat des automobilistes et souhaitant, par ailleurs, apporter une réponse adaptée aux véhicules plus anciens, et à la fois sur les pays émergents, obligés de proposer une gamme plus attractive sur leur marché, la nécessité de bénéficier d’une marque de distribution de produits de qualité s’imposait. Les équipes de Nexus International ont alors contacté leurs fournisseurs Premium pour que cette nouvelle marque ne soit constituée que de produits de qualité d’origine, du Premium. Faire la différence en termes de prix, tout en proposant du Premium, tel se profile l’ADN de Drive+.  Un challenge rendu possible par les effets de volume, bien évidemment. Au catalogue de 2015, Drive+ comprenait les disques et les étriers de frein, les filtres, les roulements, et les moteurs de lève-vitres, auxquels s’ajouteront, en 2016, les alternateurs – démarreurs, les balais d’essuie-glace, les embrayages, les batteries, les amortisseurs, les pompes à eau, ou encore les TPMS.

NexusAcademy et Nexus School, en pleine rentrée

Parmi les fondamentaux de Nexus International, se hissaient les services et, parmi eux, la formation. Lors du Forum de Montreux, les prouesses semblent déboucher sur des développements encore plus importants. Certes, et comme cela avait été dit, il ne s’agit pas, dans un premier temps, de s’occuper des techniciens et mécaniciens, même si dans le planning, il est question de former des formateurs dans chaque région, sur ces domaines. Mais il faudra encore un peu de temps, celui consacré à mettre en musique la formation du middle management aux trois piliers de l’activité de l’après-vente; les achats, la vente et la logistique. Pour ce faire, Nexus international s’est entouré des services d’un organisme international (E.I.P.M.), chargé de mettre en place les structures de formation (audit, formation sur site et e-learning) dans les pays à la demande des membres, donnant accès à des agréments et autres certifications. Parallèlement, Nexus School prend son envol en offrant une autre vision des relations distributeurs et formateurs. En effet, il s’agit ici de passer ensemble, une semaine d’intenses échanges entre 80 adhérents (responsables achats et commerce des groupes) et une douzaine d’équipementiers de premier rang, afin que les seconds enseignent les grandes lignes des connaissances nécessaires sur les systèmes électroniques, les produits technologiques etc., que les premiers achètent ou vendent.

Mieux s’armer les uns et les autres, dans un monde où les frontières s’effacent, tel se veut le fil directeur de ces rencontres qui s’ajoutent aux "connnecting days", rencontres des membres et des fournisseurs lors des grandes rendez-vous internationaux comme le prochain Automechanika Dubaï, par exemple. Poser les questions et ensemble concevoir les solutions adaptées à chaque cas particulier, un axe nouveau pour un groupement international !

Et en France ?

Nexus International serait en progression, attendant quelque temps encore pour annoncer l’arrivée de nouveaux distributeurs, venant rejoindre les petits derniers Apprau et Saci (DomTom) auprès d’ID Rechange. Il aura été beaucoup question du développement de Nexus Auto par ID Rechange et du travail accompli, mais pas du tout du nom qui était sur toutes les lèvres. Pourtant, la date butoir de la fin mars approche et ledit groupe (bientôt groupement, dit-on) devrait faire un choix. Il semblerait que d’autres sirènes dont le chant avait déjà séduit auparavant, auraient réussi à raviver le souvenir d’anciennes liaisons... Quoiqu’il en soit, et quelle que soit la décision, on s’approche de la naissance de Nexus France et c’est cela qui importe.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle