S'abonner
Equipementiers

Triscan, l'équipementier venu du Danemark

Publié le 19 décembre 2011
Par Frédéric Richard
2 min de lecture
Didier Longret, ancien directeur du développement de Tenneco Europe, prend en charge le déploiement de la société Triscan en France.
Didier Longret, ancien directeur du développement de Tenneco Europe, prend en charge le déploiement de la société Triscan en France.
Didier Longret, ancien directeur du développement de Tenneco Europe, prend en charge le déploiement de la société Triscan en France.

Didier Longret, figure emblématique de Tenneco depuis près de 30 ans, a quitté son poste à la fin du mois de novembre, pour se lancer un nouveau défi professionnel et personnel.

L'ex-directeur du développement Europe de Tenneco, très connu dans le monde de la distribution française, entre au service d'une société danoise, Triscan, qui a pour activité la création et la vente de gammes de composants pour l'automobile.

La rencontre de Didier Longret avec la structure danoise s'est opérée par l'intermédiaire d'un homme, John Iversen, qui dirige Triscan, et a œuvré au sein de Tenneco en qualité de responsable des ventes et du marketing de l'équipementier, dans les années 90. "Nous avons toujours eu un bon feeling, et nous nous retrouvons aujourd'hui autour de valeurs humaines et professionnelles partagées", apprécie Didier Longret.

Triscan, fondé en 1976, réalise annuellement un chiffre d'affaires de près de 45  millions d'euros, et commerçait jusqu'à aujourd'hui principalement avec la Scandinavie, l'Allemagne et les pays de l'Est. L'équipementier a fondé sa renommée sur quelques lignes de produits spécifiques, au rang desquelles les câbles de toutes sortes (embrayage, accélérateur, frein) ainsi que sur les vérins de hayons. Mais la société commercialise également des lignes de produits dans les familles freinage, direction-suspension ou encore machines tournantes.

Triscan ne fabrique pas, mais assemble ses gammes en puisant dans les catalogues des équipementiers de première monte, ou exclusivement rechange. Les produits sont ensuite intégralement emballés dans les boîtes "maison". La société danoise souhaite donc s'implanter en France grâce au réseau de Didier Longret, et se positionnera donc en frontal des Quinton Hazell, Febi et consorts.

Positionner la marque

L'objectif de ce recrutement consiste donc à développer la marque en Italie, au Portugal, en Espagne et, bien sûr, en France. Pour y parvenir, Didier Longret veut positionner Triscan en fournisseur de complément, capable d'assurer une réponse alternative dans presque tous les domaines, en cas de défaillance de l'offre habituelle d'un distributeur. L'ancien directeur du développement a donc repris son bâton de pèlerin et démarche les groupements et autres plateformes. "A l'heure actuelle, nous ne disposons pas de stock en France, je recherche donc des partenaires de premier niveau, capables de s'approvisionner directement au Danemark, et qui mettront ensuite un stock à la disposition du plus grand nombre. A l'avenir, si l'activité se développe, nous créerons une structure de distribution propre, avec tout ce que cela suppose en termes de logistique", argumente-t-il.

Triscan prévoit de démarrer sur le marché français dès la seconde moitié de l'année 2012. Reste à savoir si les spécificités du danois et l'expérience de Didier Longret suffiront pour se faire une place au soleil, au milieu des équipementiers reconnus de première monte. Sans oublier les autres acteurs qui ont investi le marché depuis quelques années et disposent d'une offre produits structurée et d'une longueur d'avance. En effet, ils passent tous maintenant à la phase 2 de leur développement, à savoir l'offre de services associés, seule planche de salut pour prendre des parts de marché…

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle