S'abonner
Equipementiers

Un nouvel étiquetage des pneus dès 2021

Publié le 17 novembre 2019
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Obligatoire depuis 2012, l’étiquetage de pneumatiques sera dépoussiéré dès 2021. La Commission européenne a conclu un accord à cet effet le 13 novembre pour faire évoluer cette réglementation.
En 2021, l'étiquetage des pneus sera plus précis et plus visible.
En 2021, l'étiquetage des pneus sera plus précis et plus visible.

Le nouvel étiquetage des pneumatiques imposé par Bruxelles se confirme. Un accord politique a été conclu le 13 novembre entre le Conseil, le Parlement européen et la Commission visant à rendre cet étiquetage "plus visible, plus précis et plus pérenne".

Plus moderne, le bordereau accompagnant chaque pneu sera aligné sur celui du fameux label énergétique de l'UE, tout en conservant sa taille et ses pictogrammes originaux, bien connus des consommateurs. À la suite de cet accord politique, le texte du règlement devra être formellement approuvé par le Parlement européen et le Conseil. Une fois cette étape franchie, le règlement sera publié au Journal officiel de l'Union européenne et devrait entrer en vigueur le 1er mai 2021.

Selon Bruxelles, ce nouvel étiquetage devrait permettre aux consommateurs européens de mieux choisir leurs enveloppes. Objectif ? Réaliser des économies d'énergie équivalant au retrait de la circulation de 4 millions de voitures dans l'UE chaque année. Une ambition que les instances européennes espèrent atteindre rapidement alors que la consommation d'énergie dans les transports routiers a augmenté de 5,6 % entre 2014 et 2017. Or la résistance au roulement des pneumatiques représente 20 à 30 % de la consommation de carburant d'un véhicule.

"L'efficacité énergétique s'applique aussi en premier lieu à notre façon de conduire ! En passant à l'utilisation de pneus économes en énergie, les citoyens européens peuvent réduire sensiblement leur consommation de carburant, en réalisant des économies et en préservant l'environnement", a déclaré Miguel Arias Cañete, commissaire pour l'action pour le climat et l'énergie.

Mis en place dès 2012 pour les voitures particulières, utilitaires légers, poids lourds, autocars et bus, l’étiquette de performances devait permettre de comparer les pneumatiques entre eux grâce à trois critères : la consommation de carburant, l’adhérence sur sol mouillé et le confort sonore. Beaucoup d’observateurs jugeaient néanmoins ces critères insuffisants pour déterminer avec précision la qualité des pneumatiques.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle