S'abonner
Fast-fitters

Itochu croque Speedy

Publié le 31 mars 2011
Par Frédéric Richard
< 1 min de lecture
La société japonaise Itochu vient de reprendre les actifs du britannique Kwik-Fit, également maison mère du fast fitter Speedy.
La valse des rachats se poursuit pour Speedy. Après Ford, CVC Partners, puis PAI Partners, le fast fitter rentre dans le giron du Japonais Itochu.
La valse des rachats se poursuit pour Speedy. Après Ford, CVC Partners, puis PAI Partners, le fast fitter rentre dans le giron du Japonais Itochu.

Une autre entreprise japonaise était en lice, Marubeni, associée au numéro un nippon du pneu Bridgestone. Mais c’est finalement Itochu qui remporte Kwik-Fit ! Le montant de la transaction s’élève à 750 millions d’euros, versés au fonds financier français PAI Partners, qui possédait Kwik-Fit depuis l’été 2005. Itochu se dit intéressé par le leadership de Kwik-fit sur les flottes d’entreprises en Grande-Bretagne, où le groupe compte 673 points de vente en propre. Ce qui compléterait la présence du Japonais, qui possède déjà d’importants actifs dans ce secteur en Europe, notamment la firme de distribution de pneus Stapleton’s.

Pour mémoire, Kwik-Fit créée en 1971, dispose d’un réseau de 2 000 points de vente intégrés et franchisés en Europe (Grande-Bretagne, France et Pays-Bas), lesquels ont totalisé un chiffre d’affaires de 875 millions de livres en 2010.

L’histoire du groupe est, par ailleurs, jalonnée de rebondissements ! En 1999, Kwik-Fit, appartenant alors au constructeur Ford, rachète l’enseigne Speedy. Trois ans plus tard, Ford vend à son tour Kwik-Fit, son enseigne de réparation rapide à CVC Partners, un premier fonds d’investissement, pour 600 millions d’euros. En 2005, CVC veut vendre, PAI Partners remporte les enchères et débourse 1,1 milliard d’euros, pour souffler l’affaire à Bridgestone, qui avait déjà participé au tour de table… Le manufacturier japonais espérait ainsi doter son réseau européen First Stop, d’un autre réseau aux ambitions européennes comme Speedy. Ce qui lui aurait permis, à l’époque, de faire jeu égal avec Michelin, lui-même détenteur du réseau Euromaster…   

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle