S'abonner
Feda

Le Diesel sort les armes

Publié le 10 avril 2014
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Lors des Etats généraux du Diesel, plus de 1000 professionnels, réparateurs, distributeurs et équipementiers, se sont réunis pour tordre le cou aux idées reçues sur le Diesel. L’événement a également symboliquement marqué la naissance de l'association Diéséliste de France.
Lors des Etats généraux du Diesel, plus de 1000 professionnels, réparateurs, distributeurs et équipementiers, se sont réunis pour tordre le cou aux idées reçues sur le Diesel. L’événement a également symboliquement marqué la naissance de l'association Diéséliste de France.
Lors des Etats généraux du Diesel, plus de 1000 professionnels, réparateurs, distributeurs et équipementiers, se sont réunis pour tordre le cou aux idées reçues sur le Diesel. L’événement a également symboliquement marqué la naissance de l'association Diéséliste de France.

Carton plein. La première édition des Etats généraux du Diesel, projet de l'association "Diéséliste de France", menée par Fabrice Godefroy, a su séduire les équipementiers, les distributeurs et les réparateurs. Au total, près 1000 professionnels, dont 352 garages et 448 diésélistes et grossistes, ont fait le déplacement le 5 avril dernier sur les docks d'Aubervilliers, près de Paris.

Les visiteurs pouvaient découvrir 42 équipementiers, venus présenter leurs offres. Le mot d'ordre : de la technique ! Ainsi, dans les allées, les professionnels ont pu découvrir en première nationale le testeur d'injecteurs multimarque Hartridge IFT 200 sur le stand de Delphi, Schaeffler proposait des éclatés de pièces, tandis que Bosch faisait la part belle au diagnostic. Pour l'aspect convivialité, des courses de voitures miniatures sur circuit et des bornes d'arcades prenaient place au côté des stands. 

A partir de 14h, le salon a fermé temporairement ses portes afin de permettre à tous d'assister à la table ronde-débat sur les idées reçues autour du Diesel. En effet, l'événement fut l'occasion pour l'association de rappeler que le Diesel revêt bien des atouts, et que toutes les critiques adressées à cette motorisation se révèlent bien souvent fausses.

Le débat a sollicité des experts de tous les horizons, qui, chiffres et études à l'appui, ont démontré, notamment, que le Diesel moderne ne pollue pas plus que l'essence, qu'il n'est pas plus consommateur de carburant, et que performance et agrément de conduite riment aussi avec gazole.

Par ailleurs, concernant le parc ancien, les experts n'ont pas nié la pollution générée, mais ont axé leurs discours sur les solutions comme le FAP en rétrofit ou encore l'éco-entretien pour minimiser les effets. (Les détails de la table-ronde seront publiés dans le prochain J2R, N°43). 

Par ailleurs, les professionnels s'accordent à dire que le contrôle technique ne remplit plus son rôle dans le domaine de la pollution. L'association "Diéséliste de France" ambitionne ainsi de militer sur sa révision auprès des instances concernées, une fois qu'elle sera bien installée.

En effet, la création de la structure a été fortement soutenue par le groupe IDLP, un des fleurons du Diesel en france, même si Fabrice Godefroy compte bien fédérer l'ensemble de la profession des diésélistes, sans tenir compte des réseaux et des panneaux en façade ! "Nous comptons une cinquantaine d'adhérents et nous ciblons une centaine d'ici la fin de l'année, précise-t-il. Les Etats généraux du Diesel ont réellement marqué le début de l'association et ils ont permis de nous faire connaître." Et, de l'avis de distributeurs rencontrés sur l'événement, une veille technologique et les échanges se révèlent instructifs, mais ils attendent avant tout des outils pour mieux communiquer sur leur métier, générer du trafic en atelier, et ainsi amortir les investissements conséquents réalisés.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle