S'abonner
Carrosserie

EPS, de la peinture et des hommes

Publié le 1 septembre 2021
Par Mohamed Aredjal
3 min de lecture
Malgré un marché de la carrosserie ralenti par la crise sanitaire, EPS a su tenir bon en misant sur sa stratégie de service et, surtout, ses valeurs humaines. Du haut de ses 40 ans, le distributeur de peinture veut repartir de l'avant en faisant de son esprit familial le moteur de sa croissance.
À 88 ans, Bertrand Mallen, fondateur d'EPS, continue de suivre le développement de l'activité de son entreprise désormais dirigée par ses deux fils, Éric (à gauche) et Christophe (à droite).
À 88 ans, Bertrand Mallen, fondateur d'EPS, continue de suivre le développement de l'activité de son entreprise désormais dirigée par ses deux fils, Éric (à gauche) et Christophe (à droite).

Eric Mallen n'y croyait presque plus. Depuis de longs mois, le président d'EPS espère célébrer le 40e  anniversaire de l'entreprise familiale. Après avoir été repoussée à plusieurs reprises en raison de la situation sanitaire, la fête aura finalement lieu le 18 décembre prochain, au Palais des congrès de Valence. Cet anniversaire représentera une étape importante dans l'histoire du distributeur de peinture, adhérent du groupement Centaure, qui s'est affirmé au cours de ces dernières décennies comme un acteur incontournable du marché local de la réparation-collision.

EPS, c'est aujourd'hui quatre sites à Valence (26), Avignon (84), Laragne (04) et Nice (06) pour une quarantaine de salariés et environ 10,5 millions d'euros de chiffre d'affaires. Une envergure qui en fait l'un des principaux spécialistes peinture indépendants du pays. Mais au-delà des chiffres, la société valentinoise doit sa pérennité à ses valeurs. Malgré les soubresauts du secteur, elle a en effet su traverser les tempêtes en s'appuyant avant tout sur ses équipes. "La réussite d'EPS tient dans sa faculté à trouver les bons partenaires au bon moment", confirme Éric Mallen.

Un projet familial

Dès ses débuts, le distributeur a su s'entourer des bonnes personnes pour se mettre sur de bons rails. C'est en 1979 que Bernard Mallen, père d'Éric, démarre l'activité de vente de peinture Herberts Standox dans le garage familial. Le "projet d'une vie" pour l'entrepreneur alors salarié d'un "piéçard". Mais pour se mettre à son compte, Bernard Mallen a besoin de fonds. Après avoir sondé ses proches, il parvient à collecter 20 000 francs. Suffisant pour se lancer. "Toute la famille a été impliquée dans l'entreprise ! Notre père se chargeait des livraisons de colis tandis que notre mère, fonctionnaire, se chargeait de la facturation. Ça a été très dur, nous sommes partis de zéro", raconte Éric Mallen.

De son côté, ce dernier épaule ses parents en parallèle de ses études, pendant ses week-ends et vacances scolaires. Progressivement, les ventes décollent et, en 1981, EPS déménage dans des locaux plus vastes. Deux ans plus tard, le distributeur recrute son premier commercial. En 1986, Éric Mallen finit par prendre la suite de son père, rejoint par son frère Christophe. L'activité logistique s'organise alors avec un service de proximité. "Nous avons démarré nos ventes avec du laisser-surplace lors de tournées menées dans différentes zones géographiques. Une des clés de notre succès, c'est le suivi et la régularité. Nous avons toujours su accompagner nos clients dans leur quotidien", confie le dirigeant.

Aujourd'hui encore, ces tournées locales représentent le socle de la stratégie commerciale du grossiste, qui propose également en parallèle une livraison dans la demi-journée pour répondre aux commandes urgentes de ses carrossiers. "C'est suffisant pour nos territoires où les besoins d'immédiateté ne sont pas aussi importants que dans les grandes villes. Nos clients anticipent mieux leur charge de travail", explique Éric Mallen.

Sur le terrain, pas moins d'une quinzaine de commerciaux sillonnent désormais pour EPS les routes des régions Auvergne-Rhône-Alpes et Paca. Si le noyau familial s'est donc élargi au fil des années, les valeurs, elles, n'ont pas changé. "Nous essayons d'offrir à nos équipes les meilleures conditions de travail. La qualité de nos équipes, c'est un de nos atouts", précise le patron d'EPS.

"Tirer le marché vers le haut"

Ce sont d'ailleurs ces atouts qui ont permis au distributeur de traverser cette crise du Covid-19 sans encombre. EPS a également pu s'appuyer sur un stock important, notamment pendant les confinements. "Nous avons 45 à 60 jours de stock. Ce n'est probablement pas un bon raisonnement financier, mais c'est important de pouvoir répondre rapidement aux attentes de nos clients", souligne Éric Mallen. Dans ce contexte pandémique, qui a lourdement affecté le marché de la carrosserie, en particulier dans le Sud où l'activité touristique a été touchée, l'adhérent Centaure a limité la casse avec un recul de son chiffre d'affaires annuel d'environ 5 %. Pas de quoi inquiéter le dirigeant, qui entend poursuivre sa stratégie malgré un contexte peu porteur.

Et s'il reconnaît qu'une part non négligeable de réparateurs, en quête d'économies, se sont davantage tournés vers Internet pour leurs achats peinture, il n'entend pas céder aux sirènes du low cost. "Nous nous devons de tirer le marché vers le haut. C'est avec des produits haut de gamme et techniques, sources de profit, que nous sortirons de cette crise."

Pas question donc pour EPS de renier ses origines. Bien au contraire : le distributeur entend développer son périmètre d'activité en s'appuyant sur la même stratégie. Sa dernière acquisition ? Espace Auto Couleurs (EAC), dans la banlieue de Nice (06), en 2018. Une opération remarquée puisque EPS damait alors le pion aux groupements de distributeurs de pièces pour étendre sa zone de chalandise sur le littoral méditerranéen. Après avoir renouvelé une partie de son équipe, l'agence niçoise devrait rapidement trouver son rythme de croisière.

Mais pour Éric Mallen, pas question de s'arrêter là. Après la cité des Anges, EPS pourrait poursuivre sa stratégie de croissance externe dans de nouveaux territoires. Reste à trouver les bons compagnons de route…

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle