S'abonner
Carrosserie

Le coût des réparations bondit de 4,2 % en 2021

Publié le 19 janvier 2022
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
Sans surprise, le coût moyen des réparations a de nouveau progressé en 2021. Selon l’association SRA, l’augmentation s’élève à 4,2 % par rapport à 2020. La facture s’est notamment alourdie pour les pièces dont le coût grimpe de 4,6 %.
Les expertises indiquent une progression de 4,2 % pour le coût moyen des réparations. ©BCA Expertise
Les expertises indiquent une progression de 4,2 % pour le coût moyen des réparations. ©BCA Expertise

Les années passent et se ressemblent pour les factures en carrosserie. Dans son dernier bilan annuel, l’association SRA (sécurité et réparation automobiles) fait part d’une nouvelle augmentation de 4,2 % du coût moyen des réparations, qui se fonde sur les expertises de réparation-collision (variation annuelle estimée de 2021 à partir des données de 2019 à 2021 prenant en compte l’année 2020 atypique). Dans le détail, la hausse atteint 4,6 % pour les pièces, 2,8 % pour les taux horaires de main d'œuvre  et 4,2 % pour l’équivalent horaire moyen du coût des ingrédients peinture.


Autre indicateur en hausse pour SRA : le panier de pièces constitué à partir des prix catalogues constructeurs. Ce dernier a progressé de 3,6 % sur l’année. Pour mémoire, ce panier tient compte des variations tarifaires lors des changements de génération de véhicules et l’augmentation des coûts de pièces consécutive à la pénétration de nouveaux modèles sur le marché.

Ces chiffres sont confirmés par ceux du panel des réparateurs SRA, qui fait état d’une hausse de 3,7 % sur la MO et 4,5 % sur les ingrédients peinture.

Une augmentation structurelle

Ce dernier bilan de SRA était prévisible puisque l’association pointe depuis plusieurs années les hausses répétées des principaux éléments constituant le coût de la réparation des VP / VUL. Lors d’un webinaire diffusé le 3 décembre 2021, l’organisme avait ainsi rappelé que le coût moyen de la réparation a bondi de 21 % depuis 2017.

Au-delà des éléments conjoncturels liés à la crise du Covid-19 (pénurie de matières premières, mesures de désinfection, etc.), cette hausse reste donc structurelle et risque de se confirmer en 2022.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle