S'abonner
Carrosserie

Observatoire FRCI - Covid-19 : bilan négatif mais perspectives rassurantes

Publié le 6 octobre 2020
Par Elodie Fereyre
2 min de lecture
Le premier observatoire de la Fédération des réseaux de carrossiers indépendants (FRCI) dresse le bilan des conséquences la crise sanitaire sur les entreprises de carrosserie. En dépit d’un impact indéniable sur le chiffre d'affaires, qui va se poursuivre pendant de longs mois, l’optimisme semble au rendez-vous. 
Selon l'Observatoire de la FRCI, les carrossiers annoncent un CA en baisse de 25 % de janvier à mai 2020.
Selon l'Observatoire de la FRCI, les carrossiers annoncent un CA en baisse de 25 % de janvier à mai 2020.

La FRCI vient de dévoiler les résultats de son premier observatoire dédié aux conséquences de la crise du Covid-19 sur les entreprises de carrosserie. Ce dernier a été réalisé par la Socca entre le 19 juin et le 20 août 2020 auprès de 522 répondants, soit 23,7 % des 2 200 entreprises des sept réseaux (Acoat Selected, AD Carrosserie, Autoneo, Axial, Five Star, Precisium, Top Carrosserie) que regroupe la fédération.

Parmi les interrogés, la grande majorité des entreprises (62,5 %) compte entre 3 et 8 personnes et 50 % se trouvent en périphérie de ville. "Concernant les activités corollaires développées par ces carrosseries, 8 sur 10 ont déclaré pratiquer une activité vitrage, 1 sur 2 font de la mécanique et 1 sur 4 pratique de la vente de VN ou VO", a précisé Patrick March, dirigeant de la Socca.

Un quart de CA en moins

Premier enseignement de l’enquête : sans surprise, le chiffre d'affaires des carrossiers accuse une baisse de 24,9 %, à hauteur de 319 000 euros, sur les cinq premiers mois de l’année (de janvier à mai 2020). "Et même si la reprise a eu lieu, à la fin de l’année 2020, la baisse de CA devrait se situer entre 10 et 20 % selon les entreprises", précise-t-il.

Pour y faire face, les carrossiers ont, en majorité, opté pour les mesures mises en place par l’Etat, c’est le cas du report de charges et du PGE (54 %), ainsi que du chômage partiel (92 % pour une durée moyenne de 48,2 jours). Côté trésorerie, plus d’un atelier sur deux envisagent des problèmes dans les 3 à 6 mois, soit jusqu’à la fin de l’année.

Interrogés sur l’accompagnement durant la crise, les répondants décernent la palme à leurs réseaux en large majorité (77,8 %), suivis des apporteurs d’affaires (assureurs) à 69,4 %. Les pouvoirs publics n’arrivent qu’en cinquième position (51,5 %). "Bien évidemment, je ne suis pas surpris par le satisfecit des réseaux, qui offrent une vraie proximité. Mais je tiens à souligner la réactivité des assureurs, notamment sur les forfaits Covid", insiste Patrick Cléris, président de la FRCI. A noter, 67 % des chefs d’entreprises continuent d’être pessimistes en raison de l'incertitude de l'environnement économique.

Des perspectives rassurantes

Toutefois, certains indicateurs se veulent optimistes. On apprend notamment qu’un quart des entreprises souhaitent embaucher, prioritairement des profils techniques mais aussi des jeunes en apprentissage ou contrats professionnels, quand seulement 9 % envisagent de licencier.

Autre motif de satisfaction : les carrosseries entendent toujours poursuivre leur développement. Ainsi, parmi les 42 % d’entreprises qui prévoyaient d’investir à la veille du confinement, seules 1,5 % d’entre elles ont stoppé leurs financements, 18 % les ont reportés et 21,6 % les ont maintenus.

Mieux préparer l’avenir

Tirant les conclusions de cette enquête, la FRCI va travailler sur plusieurs pistes pour accompagner les carrossiers. "L’Observatoire est un outil que nous allons poursuivre et adapter en fonction de la situation économique, technique et RH, pour que nous puissions discuter et avancer tous ensemble, notamment avec les syndicats", a notamment déclaré Patrick Cléris.

Au-delà de l’aide immédiate sur les problématiques de trésorerie, la FRCI souhaite développer des partenariats avec des tiers (banques, assurances, OPCO) pour avancer sur les thématiques d’investissements, d’ouverture à de nouveaux marchés (diversification), mais aussi d’embauche et de formation.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle