S'abonner
Réseaux

Les réseaux après-vente des constructeurs, partenaires des indépendants

Publié le 28 juin 2022
Par La Rédaction
3 min de lecture
L’un est multimarque, l’autre se concentre sur ses deux marques de référence. L’un a créé un réseau de réparation, l’autre pas. Leurs points communs pourtant : être nés du constructeur et garder un lien indéfectible avec la rechange indépendante. Focus sur Motrio et BMW France, exposants à Equip Auto Paris 2022.
Motrio fait aussi bénéficier aux MRA de son savoir faire et des pièces d’origine Renault.
Motrio fait aussi bénéficier aux MRA de son savoir faire et des pièces d’origine Renault.

D’un côté, Motrio, réseau de réparation multimarque créé en 1998 par Renault. De l’autre, BMW France venant pour la première fois à Equip Auto Paris pour mettre en avant, non pas ses véhicules neufs et nouveaux modèles, mais sa capacité à travailler main dans la main avec la rechange indépendante.

Longtemps, les deux univers se sont opposés, chacun prêchant pour sa paroisse. Aujourd’hui, devant la complexification des véhicules et les problèmes de plus en plus récurrents de recrutement, l’un va difficilement sans l’autre. Mais quels avantages un MRA a‑t‑il à travailler avec les structures après‑vente des constructeurs quand une offre pléthorique lui est déjà proposée via les réseaux dits "indépendants" ?

 

"Pour nous, les réparateurs indépendants ne sont pas des concurrents, mais des partenaires", Thibault Fabre-Aubrespy, chef du service business development et marketing APV de BMW France.

Expert de la marque

 

Pour Thibault Fabre-Aubrespy, chef du service business development et marketing APV de BMW France, la principale valeur ajoutée du réseau constructeur est de ne proposer que de la pièce d’origine.

"En cela, explique‑t‑il, lorsqu’un concessionnaire BMW‑Mini a un partenariat avec un réparateur indépendant, il devient non seulement une source d’approvisionnement en pièces d’origine, mais aussi une véritable source de conseils sur nos produits pour le MRA. Ce dernier étant multimarque, s’appuyer sur le réseau constructeur, c’est donc être accompagné par des experts de la marque. Et puis, nos pièces sont garanties deux ans, ce qui est un argument non négligeable."

 

Proximité et accompagnement

 

Chez Motrio, créé initialement pour proposer une gamme alternative aux pièces d’origine et devenu, en 2003, réseau de réparation multimarque, le principal lien avec la rechange indépendante est, a priori, dans l’enseigne. Mais pas seulement. Pour Mounir Msiouen, responsable de l’enseigne Motrio : "Nous entretenons aussi des relations avec les MRA qui sont totalement indépendants."

Et pour cause. En étant adossé aux 260 sites Renault disposant d’un magasin de pièces de rechange, Motrio a une capillarité exceptionnelle sur le territoire français. Mieux : 600 spécialistes de l’après‑vente chez le constructeur, les concessionnaires Renault et les équipes Sodicam accompagnent le réseau Motrio et les MRA qui traitent avec eux. En somme, là encore, les indépendants peuvent bénéficier d’une proximité et d’un accompagnement sur les pièces de rechange Motrio, certes, mais aussi, et surtout, sur la pièce d’origine Renault qui, rappelons‑le, est la marque la plus présente dans le parc roulant français.

 

Des pièces. Mais pas que…

 

"Notre valeur ajoutée, c’est aussi de pouvoir proposer un accompagnement sur le VN et le VO", Mounir Msiouen, responsable de l’enseigne Motrio.

Point différenciant supplémentaire par rapport à un réseau non lié au constructeur : le VN et le VO. Pour Mounir Msiouen : "Notre valeur ajoutée, c’est aussi de pouvoir offrir un accompagnement sur ces deux activités, car être adossé à un constructeur, c’est connaître les subtilités de ces deux activités, c’est proposer du dépôt‑vente, des essais, des présentations de gammes… "

 

En d’autres termes, c’est être en capacité de diversifier son business en profitant de conseils d’expert. In fine, tout le monde est gagnant : le réparateur indépendant, qui bénéficie des savoir‑faire des constructeurs, notamment sur sa marque, et les réseaux qui, en multipliant les ponts avec les indépendants, adressent une clientèle considérée jusqu’alors comme "rivale".

 

A contrario, aujourd’hui : "Pour nous, les réparateurs indépendants ne sont pas des concurrents, mais des partenaires. Nous savons qu’à partir d’un certain âge du véhicule, le propriétaire a tendance à s’orienter vers les réseaux indépendants, mais depuis plusieurs années, nous créons des relations avec eux et nous sommes parfaitement complémentaires", conclut Thibault Fabre-Aubrespy.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle