S'abonner
Non classé

Autodistribution : entre acquisitions et cessions

Publié le 3 avril 2014
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
ACR, Rougon Queyrel, Autodistribution Schoettle. Sur 2013 et 2014, le groupe Autodistribution a cédé des affaires, pour en racheter d'autres. Le point sur les mouvements du réseau.
ACR, Rougon Queyrel, Autodistribution Schoettle. Sur 2013 et 2014, le groupe Autodistribution a cédé des affaires, pour en racheter d'autres. Le point sur les mouvements du réseau.
ACR, Rougon Queyrel, Autodistribution Schoettle. Sur 2013 et 2014, le groupe Autodistribution a cédé des affaires, pour en racheter d'autres. Le point sur les mouvements du réseau.

Lors de son point annuel, Stéphane Antiglio, président du directoire de l'Autodistribution, est revenu, entre autres, sur les différents mouvements qui ont marqué le groupe. Commençons par la Bretagne, où les activités de la Bretagne Sud et Armorique ont été fusionnées, se rattachant à la société Autodistribution Fichou. Le dirigeant a également précisé que, suite au décès de Pierre Fichou, sa femme, Gwenaëlle Fichou, a décidé de reprendre la société familiale, secondée par Jean-Marc Barré, collaborateur historique. Sur la même zone, l'Autodistribution a également racheté le distributeur CAMI.

Dans le sud-ouest, les filiales du Périgord et de la Gironde ont été fusionnées pour devenir Autodistribution Aquitaine. Toujours dans le sud, mais plus à l'est, le groupe a racheté l'entreprise Rougon Queyrel (Lire le détail du rachat). Enfin, dans l'Est de la France, l'Autodistribution a cédé sa filiale Schoettle aux deux adhérents indépendants Alsace Electro Diesel et Grandblaise Leroy.

Du côté des indépendants, deux distributeurs se trouvent actuellement en redressement judiciaire, à savoir les établissements Machu, en Normandie, et AAS dans le sud. L'Autodistribution apporte son soutien aux dirigeants en devenant le fournisseur principal et reste attentif à la situation. 

ACR, c'est validé

L'autorité de la concurrence a validé le 27 mars l'offre de rachat de la société ACR Holding. L'Autodistribution prend donc le contrôle exclusif de l'entreprise qui dispose de 9 plates-formes. Stéphane Antiglio a annoncé que désormais les équipes allaient travailler sur "l'optimisation de la complémentarité entre ACR et l'AD", attendant, avec ce rachat, de "prendre un leadership extrêmement fort sur le freinage et la suspension ainsi que les machines tournantes", "ACR sera une filiale du groupe, avec un positionnement similaire à celui de Cora, conservant sa personnalité et son autonomie". 

Les banques ne prêtent plus aux entreprises

Pour financer tous ces projets, et se donner les moyens, à l'avenir, d'investir à nouveau, l'Autodistribution a procédé en ce début d'année à une levée de fonds de 240 millions d'euros. "Cette opération financière a permis de refinancer la dette à hauteur de 180 millions d'euros, et de se laisser un trésor de guerre pour envisager d'autres opérations, a résumé Stéphane Antiglio. Nous avons eu recours à un procédé dit High Yield (ndlr : émission d'obligations à haut rendement) car les banques ne prêtent plus aux entreprises. Et quand nous avons présenté notre dossier sur le marché, nous n'avons eu aucun mal à récolter la somme voulue, et nous aurions pu aller au-delà si nous le souhaitions. Cela démontre la bonne santé financière de l'Autodistribution."

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle