S'abonner
Non classé

Bridgestone s’engage sur le développement durable

Publié le 3 octobre 2012
Par Marc David
< 1 min de lecture
En plus de la présentation au Mondial de son nouveau Ecopia EP001S noté AA, le manufacturier japonais a dévoilé un pneu concept produit à partir de matériaux 100 % durables.
En plus de la présentation au Mondial de son nouveau Ecopia EP001S noté AA, le manufacturier japonais a dévoilé un pneu concept produit à partir de matériaux 100 % durables.
En plus de la présentation au Mondial de son nouveau Ecopia EP001S noté AA, le manufacturier japonais a dévoilé un pneu concept produit à partir de matériaux 100 % durables.

Sur son stand du Mondial de l’Auto, Bridgestone créait l’événement en présentant officiellement son nouveau Ecopia EP001S noté AA sur l’échelle de l’étiquetage européen. Déjà présenté dans nos colonnes, ce produit phare de la gamme Ecopia est désormais disponible (pour le moment dans la dimension 195/65 R15 91 H) sur les marchés européens du remplacement via les canaux de distribution traditionnels.

Par ailleurs, le manufacturier japonais a dévoilé un pneu concept produit avec des "matériaux 100 % durables". Ce pneu constitue un exemple de la mise en œuvre de technologies avancées pour atteindre l’objectif d’utilisation de "matières premières 100 % durables" dans la production de pneumatiques d’ici 2050 et au-delà. Dans cette optique, Bridgestone diversifie les régions du monde où est produit le caoutchouc naturel et élargit également sa gamme de fibres végétales renforcées. Il en va ainsi, comme nous l’avons déjà mentionné dans nos colonnes, du guayule ou encore du pissenlit russe, ressources équivalentes au caoutchouc naturel. Quant aux composants à base de ressources fossiles, comme le caoutchouc synthétique, le noir de carbone et les agents de mélange (opérateur de durcissement et de longévité…), ils ont été synthétisés à partir de biomasse. Le cas du butadiène notamment, obtenu à partir de bioéthanol…

Bref, pour le groupe Bridgestone, l’étape suivante passera par la mise en place d’un programme de recherche et développement, et l’initiation aux technologies de base nécessaires au démarrage de la production de masse. Dans ce cadre, le manufacturier vise 2020 pour la commercialisation de certaines matières durables utilisées dans le processus de production.  

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle