S'abonner
Non classé

Diagnostic : Automechanika au croisement des technologies

Publié le 18 octobre 2012
Par Jean-Marc Felten
2 min de lecture
Tous les équipementiers se retrouvent traditionnellement sur Automechanika pour séduire et présenter leurs derniers développements. La tendance est désormais à l’interactivité, sur un marché qui ne ralentit pas.
Automechanika est un moment privilégié pour découvrir les tendances techniques.
Automechanika est un moment privilégié pour découvrir les tendances techniques.

Une activité soutenue

Le marché du diagnostic ne suit pas le mouvement global du matériel de garage. Les ventes se maintiennent à un niveau équivalent aux années précédentes. “Le marché du diagnostic électronique reste sur de l’équipement de qualité, souligne Francis Pegues, de Texa France. Si nous vendons des entrées de gamme, les fonctionnalités et les bases d’information doivent être les mêmes que pour les appareils les plus sophistiqués.” La baisse relative du prix des équipements de diagnostic (entre 1 500 et 6 000 euros) ne dispense pas les fabricants de proposer des services d’assistance et d’information. La tendance est à l’association avec des éditeurs d’informations techniques pour compléter les bases de diagnostic avec des informations constructeurs et des méthodes. Parmi les nouvelles tendances, la proposition de joindre le diagnostic et la gestion de l’atelier s’affirme, confirmée par l’intégration de la mesure de la géométrie dans le pré-diagnostic de réception (API, Bosch…). “La réception active est un marché qui se confirme, nous confie Laurent Guerci, responsable développement du diagnostic multimarque chez Actia. Les systèmes sont implantés en front office et descendent sur le back-office pour utiliser toutes les informations en gestion d’atelier.”

L’innovation continue

Les systèmes ne sont pas figés pour autant. Deux principes sont en cours de développement chez plusieurs fabricants : le diagnostic assisté sur Internet, logiciels et bases de données pouvant être installés sur un serveur et accessibles via une connexion, qui peut être mobile sur une tablette façon iPad. Plusieurs fabricants ont également exposé à Automechanika des solutions embarquées, le boîtier E-OBD disposant d’une liaison directe avec une puce GSM ou un lien via un smartphone pour permettre le diagnostic à distance. L’œil de Moscou sera-t-il bientôt dans les voitures ? Pour certains, cela tient de la captation de clientèle, mais ne vaut-il pas mieux le proposer avant les constructeurs ?

Retrouvez les nouveautés produits en cliquant sur les liens ci-dessous (cf. "Sur le même sujet") :

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle