S'abonner
Non classé

EZ-Sensor, le capteur universel de Schrader

Publié le 21 septembre 2015
Par Frédéric Richard
3 min de lecture
Schrader propose une solution alternative aux capteurs TPMS d’origine, couvrant tous les véhicules du parc, moins chère que la solution constructeur. Idéal pour le remplacement ou pour proposer une solution de qualité sur un jeu de jantes équipées de pneus hiver.
Le capteur universel, une solution à méditer pour réduire les stocks 
et s’installer sur une nouvelle activité.
Le capteur universel, une solution à méditer pour réduire les stocks et s’installer sur une nouvelle activité.

Le caractère désormais obligatoire de la fonction de détection de sous-gonflage pour les nouveaux véhicules oblige les acteurs de l’après-vente à s’équiper pour pouvoir entretenir ces systèmes. Dans le cas des TPMS dits “directs”, quatre valves spécifiques, intégrant un capteur électronique de pression, équipent les jantes et surveillent le gonflage des pneumatiques. Mais les piles des capteurs sont conçues pour une durée de vie de dix ans environ. De plus, dès lors que l’on souhaite s’équiper de pneus hiver, par exemple, il convient d’équiper également les nouvelles jantes de capteurs, afin de conserver les caractéristiques d’homologation du véhicule. Sans oublier la casse de capteurs au démontage, toujours possible. Ces trois phénomènes montrent que l’activité après-vente sur les TPMS existe, et doit mécaniquement s’accentuer à mesure que les contraintes réglementaires se durcissent. Pour autant, un garage souhaitant s’impliquer dans cette activité ne disposait, jusque-là, que de solutions onéreuses et complexes. En effet, dans le cas d’une casse de capteur, il fallait commander la pièce auprès du concessionnaire, la payer au prix fort (une centaine d’euros), puis se débrouiller pour en faire l’apprentissage électronique, soit avec l’outil de diag propriétaire, soit avec un outil multimarque (Ateq, Bartec, Tecnotest, Texa…, pour les plus connus). Aujourd’hui, il existe une solution plus simple, à la portée de tous les réparateurs, qui permet de satisfaire le client sans attente et pour une somme bien plus acceptable (environ 70 euros). Nous avons testé EZ-Sensor, de Schrader.

Présentation

Il faut commencer par rappeler que Schrader est le fabricant d’origine historique de nombreuses valves instrumentées pour les plus grands constructeurs. Face à la demande d’un marché grandissant, l’entreprise basée à Pontarlier (25) a développé un capteur universel baptisé “EZ-Sensor”, qui permet le remplacement de la quasi-totalité des capteurs du marché avec seulement deux références, une valve instrumentée métallique et une autre en caoutchouc. EZ-Sensor est évidemment programmable pour intégrer n’importe quel protocole en vigueur chez le constructeur choisi. Idéal pour remplacer un capteur d’origine défectueux, mais aussi pour équiper simplement un jeu de pneus hiver, puisque le système permet de cloner les capteurs déjà installés et de faire des copies parfaites pour les nouvelles jantes.

Utilisation

Le scénario est simple. Un 807 Peugeot entre à l’atelier avec le voyant d’indicateur de pression allumé, malgré des roues bien gonflées. On ne sait pas quel capteur est défectueux. On commence donc par utiliser l’outil dédié (ici, un Bartec Tech 500). L’opérateur identifie le véhicule sur l’appareil, puis l’approche de chaque valve. En quelques secondes, nous identifions la valve défectueuse, à l’arrière gauche. L’outil indique également l’état de la batterie de chaque capteur, ainsi que la pression du pneu (voir photo 1). Nous démontons le capteur, avec une simple clé de 12. Là, deux solutions s’offrent à nous. Si le module électronique de la valve est toujours en état, donc lisible électroniquement, on peut directement cloner ses données, et ainsi les dupliquer sur un capteur universel EZ-Sensor. C’est la solution la plus rapide. Dans le cas contraire, il faudra “créer électroniquement” un nouveau capteur, c’est-à-dire lui donner un identifiant propre. Une opération qui obligera à déclarer l’ensemble des quatre valves auprès du calculateur du véhicule (environ cinq minutes avec un outil dédié, mais près de quinze, selon notre réparateur, avec l’outil constructeur). Le montage du capteur universel est très simple, avec un simple écrou. Il faut toutefois le serrer au couple défini par le fabricant, comme tous les composants d’un TPMS, d’ailleurs. Raison pour laquelle Schrader commercialise une mallette comprenant l’ensemble des outils dynamométriques adaptés (2). Nous avons remonté la roue pour poursuivre notre test, mais il serait parfaitement possible de programmer les capteurs en dehors du véhicule, et ainsi préparer un jeu de jantes hiver pour la venue ultérieure du client. Quoi qu’il en soit, l’opération de programmation est simple. Il suffit de choisir le menu adéquat dans l’appareil, de l’approcher de la valve, et le protocole dure quelques secondes (3 et 4). Enfin, dernière opération, le réapprentissage, que nous citions plus haut. Notre capteur d’origine étant totalement HS, nous n’avons pu le cloner, nous devons donc faire le réapprentissage de toutes les roues auprès du calculateur du véhicule. L’opération prend quelques minutes supplémentaires, puisqu’il faut cette fois brancher l’appareil Bartec sur la prise OBD du véhicule (5 et 6). Enfin, en se connectant sur un PC, il est possible d’éditer un rapport pour l’agrafer à la facture du client.

-----------
NOTRE AVIS

TOP
+++ Stockage facile car capteur universel
++ Programmation rapide
+ Matériel de qualité d’origine

FLOP
-- Investissement de départ
-- Activité nouvelle nécessitant un apprentissage
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle