S'abonner
Non classé

La différence franco-allemande de Meyle

Publié le 17 octobre 2013
Par Romain Baly
2 min de lecture
Confronté à un marché français bien différent du marché allemand, le spécialiste du châssis et des suspensions, implanté depuis maintenant trois ans dans l’Hexagone, poursuit son développement en renforçant notamment son maillage logistique.
Franz Quandt, directeur de Meyle France.
Franz Quandt, directeur de Meyle France.

Créée en 2010, la filiale française de l’équipementier allemand Meyle poursuit sa conquête du marché hexagonal. Propriété du groupe Wulf Gaertner, la société basée à Hambourg est un acteur de poids dans le monde de l’automobile. Spécialiste des pièces de châssis et suspensions, Meyle revendique un catalogue de près de 17 000 références, diffusées dans 120 pays. Un rayonnement qui lui a permis de réaliser en 2012 un chiffre d’affaires de 271,5 millions d’euros. Pourtant, si sa présence sur le sol français continue de s’amplifier année après année, la marque reste confrontée à un problème de taille. Proches sur la carte, la France et l’Allemagne cultivent à l’inverse une singulière dissemblance industrielle. Notamment en matière de logistique et de distribution. De ce point de vue, “la différence est énorme entre les deux pays. Réussir en France est un véritable challenge”, comme le souligne Franz Quandt, directeur de Meyle France. Et d’expliquer : “Les marchés ne sont pas construits de la même manière. En Allemagne, vous avez quatre ou cinq gros distributeurs alors qu’en France il en existe plus d’une centaine.”

Bientôt 7 dépôts en France

Conséquence directe, si Meyle peut s’appuyer, pour son marché domestique, sur ces fameux gros comptes pour distribuer ses produits via leurs filiales, la situation française oblige à repenser le système. Franz Quandt, toujours : “Le marché étant plus dilué, le travail de logistique est plus compliqué. Nous avons donc choisi de développer des centres régionaux” pour pallier le problème.

Indépendamment du dépôt parisien actuellement en restructuration, l’équipementier compte cinq centres dans l’Hexagone. A ceux de Lille, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, viendront s’ajouter ceux de Nantes et Nancy, dont l’ouverture est prévue pour l’année prochaine. Une manière de densifier sa présence et de s’assurer de pouvoir tenir la cadence de deux livraisons par jour. Sur un marché d’une valeur potentielle de 10,71 milliards d’euros (selon les résultats 2012 et en décomptant la part des constructeurs pour les pièces de carrosserie), Meyle espère bien grignoter des parts de marché chez les indépendants.

Une “gamme améliorée”

Mais surtout chez les réseaux constructeurs. Grâce à sa gamme améliorée Meyle HD, riche de 600 références et garantie 4 ans (durée de vie, fiabilité et technique optimisées), l’équipementier allemand est aujourd’hui capable de couvrir 23 % du parc français en rotule, 34 % en bras de suspension et surtout 65 % en barre stabilisatrice. Et de le faire avec des produits de qualité. Une qualité d’ailleurs reconnue par les constructeurs qui, comme l’admet Sven Nielsen, directeur technique de la marque, “nous sollicitent régulièrement pour que l’on accepte de fabriquer leurs pièces”. Refus catégorique de l’équipementier, qui souhaite conserver toute son indépendance, quand bien même échange-t-il régulièrement avec eux. Fort d’un siège bientôt agrandi (voir par ailleurs) et avec l’ambition d’ouvrir un huitième dépôt en France, Meyle compte poursuivre son développement tout en continuant de jongler avec les différences.

------------
FOCUS - Meyle pousse les murs

C’est l’une des grandes nouvelles de cette fin d’année pour l’équipementier allemand. Quinze mois après leurs débuts, les travaux d’agrandissement de son siège historique, situé à Hambourg, prendront fin au mois d’octobre avec près de 12 000 mètres carrés supplémentaires. Grâce à eux, Meyle va réussir à doubler sa surface de stockage, celle-ci étant portée à 54 000 emplacements palettes, tout en s’offrant un restaurant d’entreprise, avec vue panoramique sur la cité hambourgeoise, mais surtout un centre de formation, et un atelier équipé d’un pont élévateur et d’un stand de mesures. Ce nouveau site permettra à la marque de continuer à étendre sa gamme, pour répondre toujours davantage aux exigences des marchés internationaux.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle