S'abonner
Non classé

La FNAA met en garde sur l'eCall

Publié le 21 novembre 2011
Par Marie Diemer
< 1 min de lecture
La Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile met en garde les autorités européennes des risques anticoncurrentiels du système français de l'eCall.
La Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile met en garde les autorités européennes des risques anticoncurrentiels du système français de l'eCall.
La Fédération Nationale de l'Artisanat Automobile met en garde les autorités européennes des risques anticoncurrentiels du système français de l'eCall.

L'eCall devrait équiper toutes les voitures neuves à partir de janvier 2015. Pourtant, tous les pays ne sont pas d'accord sur le mode de fonctionnement de ce système d'urgence. La France, par exemple, préfère le TPS eCall (Third Party Services, ou services tiers), déjà adopté par PSA. Ce TPS eCall recommande un filtrage des appels par les constructeurs ou les assureurs.

Les autorités françaises sont séduites par ce système, car selon elles, il éviterait que les services de secours ne soient saturés, leur permettant de ne prendre que les appels liés à des pronostics vitaux. En revanche, la FNAA pense que ce TPS eCall pourrait être utilisé pour véhiculer des "services" ou "filtrer" des besoins secondaires. La Fédération craint que si ces services sont managés par des constructeurs et des assureurs, le risque de voir ces derniers privilégier leurs réseaux après-vente ou leurs réseaux agréés de dépannage et de réparation ne soit élevé.

Ainsi, La FNAA et l'AESRA (Association Européenne des Services et de la Réparation Automobile), ont rencontré la direction "mobilité et transports" qui gère le dossier eCall et la direction à la concurrence. "Attentif à nos arguments, nos interlocuteurs nous ont promis que la prise d’un intérêt de nature à compromettre l’impartialité, l’indépendance ou l’objectivité de ce système serait interdite", se félicite Gérard Polo, président de la FNAA.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle