S'abonner
Non classé

L'Autodistribution s'empare (enfin) du web

Publié le 8 mars 2012
Par Clotilde Chenevoy
2 min de lecture
Le groupement compte renforcer sa présence sur la toile, notamment pour accroître les ventes au comptant. Voir le web comme une opportunité pour réaliser des affaires, et non comme un concurrent, voici une nouvelle démarche, salutaire mais tardive !
Le groupement compte renforcer sa présence sur la toile, notamment pour accroître les ventes au comptant. Voir le web comme une opportunité pour réaliser des affaires, et non comme un concurrent, voici une nouvelle démarche, salutaire mais tardive !
Le groupement compte renforcer sa présence sur la toile, notamment pour accroître les ventes au comptant. Voir le web comme une opportunité pour réaliser des affaires, et non comme un concurrent, voici une nouvelle démarche, salutaire mais tardive !

En rechange indépendante, le web reste bien souvent décrié en raison des polémiques des ventes de pièces en ligne. Il semblerait pourtant que les groupements se décident enfin à utiliser ce canal pour tenter, eux aussi, de développer leurs affaires. 

Ainsi, l'Autodistribution vient d'annoncer que l'ensemble de ses distributeurs disposeront d'une page personnalisée, sur le site Ad-auto.fr, le groupement prenant, parallèlement, les mesures nécessaires pour mettre en place une stratégie de référencement naturel et payant. La mise en ligne des pages s'opérera d'ici septembre. Une démarche similaire a déjà été initiée, en septembre dernier, avec les garages et carrosseries, où environ 1 000 réparateurs, sur les 1 500, disposent d'un espace de présentation en propre. 

Pour Stéphane Antiglio, président du directoire de l'AD, l'objectif consiste à "signaler aux bricoleurs avertis, qui achètent sur le web, que les distributeurs AD disposent eux aussi des pièces, avec une offre très large, des conseils et un service après-vente." Autrement dit, un avantage par rapport à des "pure players". Et le président de préciser : "Nous réfléchissons à toutes les solutions pour développer chez les distributeurs les ventes au comptant. Mais pas question pour le groupement de lancer un site de vente en ligne de pièces, et aucun tarif de pièce, sauf action promotionnelle spécifique, ne sera communiqué sur les pages des grossistes. Nous verrons, par la suite, si nous ouvrons les prix aux particuliers. 80% des clients des distributeurs sont des professionnels, nous devons trouver un moyen de les associer."

Une communication harmonisée

Dans cette optique, le groupement a également créé un outil spécifique, AD Media Pro®, qui permet au distributeur de créer ses documents promotionnels, à partir de gabarits et d'une photothèque. Libre à lui ensuite de le faire imprimer ou de l'envoyer en e-mailing à ses clients. Cet outil a aussi le grand intérêt de conserver la charte graphique du groupement, dont l'objectif consiste, via une communication nationale, à développer l'image du groupe.

Au final, cette stratégie semble salutaire pour l'Autodistribution, qui dispose d'un bon maillage régional, et espère ainsi capter des demandes locales, qui pouvaient partir sur les sites de e-commerce, faute de connaître son distributeur de proximité. On peut également y voir une fin de la diabolisation du canal web, en poussant ainsi les acteurs indépendants à s'emparer de la toile. Notons ainsi, que Groupauto France compte, également, cette année revoir entièrement l'ensemble des sites du groupe. 

Pour autant, à l'échelle du commerce automobile, ces actions ne ressemblent ni plus ni moins qu'à une simple mise à niveau. La nouvelle distribution, comme les constructeurs, ont d'ores et déjà apporté des solutions pour capter la clientèle des internautes. Et leurs réseaux se composent aussi d'indépendants, franchisés ou agents.

On peut, par exemple, citer e-Shop de Mercedes, qui commercialise en ligne à la fois des accessoires, des pièces techniques, des contrats de service, mais aussi des produits dérivés, le tout en collaboration avec le réseau. Idem chez Feu Vert, qui note que dans 80 % des commandes en ligne, les internautes se déplacent dans un centre. Autrement dit, la démarche des indépendants est salutaire, mais cette dynamique doit continuer à prendre de l'ampleur, pour pleinement optimiser le canal web et apporter du trafic au réseau entier. 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle