S'abonner
Equipementiers

Bruxelles veut promouvoir la production de batteries "vertes"

Publié le 11 décembre 2020
Par Mohamed Aredjal
2 min de lecture
La Commission européenne entend moderniser la législation sur les batteries, dans le cadre de son plan d'action pour l'économie circulaire. Les accumulateurs mis sur le marché devront devenir durables, plus performants et sûrs tout au long de leur cycle de vie.
La demande mondiale de batteries devrait être multipliée par 14 d'ici à 2030 et l'Union européenne pourrait représenter 17 % de cette demande.
La demande mondiale de batteries devrait être multipliée par 14 d'ici à 2030 et l'Union européenne pourrait représenter 17 % de cette demande.

La Commission européenne en est convaincue : pour que les batteries puissent véritablement contribuer à la transition verte, un nouveau cadre réglementaire doit être mis en place. Selon cette dernière, l'actuelle directive de l'Union européenne relative aux batteries, datant de 2006, est désormais obsolète. "Les conditions socio-économiques ont changé, des progrès technologiques ont été faits et de nouveaux marchés sont apparus, ainsi que de nouvelles utilisations des batteries", confirme l’institution qui veut donc dépoussiérer les textes encadrant leur production.

Dans un projet de règlement, la Commission européenne veut introduire "des exigences obligatoires pour toutes les batteries mises sur le marché de l'UE", qu'elles soient utilisées dans les voitures électriques, dans les téléphones mobiles ou dans l'industrie.

Ces exigences portent notamment "l'utilisation de matières issues de sources responsables avec un usage limité de substances dangereuses, la teneur minimale en matières recyclées, l'empreinte carbone, la performance, la durée (...), ainsi que la réalisation des objectifs de collecte et de recyclage".

Une déclaration relative à l'empreinte carbone pour les batteries de VE

Concrètement, à partir du 1er juillet 2024, seules les batteries industrielles rechargeables et les batteries de véhicules électriques pour lesquelles une déclaration relative à l'empreinte carbone a été établie pourront être mises sur le marché. Le taux de collecte des batteries utilisées par les particuliers devra être porté à 70 % en 2030, contre 45 % actuellement, pour une meilleure valorisation de leurs matériaux tels que le cobalt, le lithium, le nickel et le plomb.

Enfin, le règlement proposé définit un cadre qui facilitera la réaffectation des batteries de véhicules électriques afin de leur donner une seconde vie. Celles-ci pourront, par exemple, être réutilisées en tant que systèmes de stockage d'énergie, ou dans les réseaux électriques.

L'exécutif européen affirme dans un communiqué que les mesures proposées "faciliteront la réalisation de la neutralité climatique d'ici à 2050". La Commission souhaite "stimuler l'économie circulaire" des batteries et "promouvoir une utilisation plus efficace des ressources dans le but de réduire au minimum (leur) impact environnemental".

Dans sa conclusion, l’institution continentale rappelle que la demande de batteries devrait être multipliée par 14 d'ici à 2030, principalement sous l'impulsion des transports électriques. Le nombre de batteries au lithium prêtes au recyclage sera multiplié par 700 d'ici à 2040.

 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle