S'abonner
Distribution

La hausse du prix des pièces se tasse

Publié le 15 décembre 2016
Par Romain Baly
< 1 min de lecture
Le prix des pièces de rechange enregistre une croissance limitée de 1 % lors du dernier exercice, contre 1,9% à fin 2015, selon le dernier baromètre SRA.
Le prix des pièces de rechange enregistre une croissance limitée de 1 % lors du dernier exercice, contre 1,9% à fin 2015, selon le dernier baromètre SRA.
Le prix des pièces de rechange enregistre une croissance limitée de 1 % lors du dernier exercice, contre 1,9% à fin 2015, selon le dernier baromètre SRA.

Comme à l’issue de chaque trimestre, l’organisme technique des assureurs, Sécurité et Réparation Automobiles (SRA), vient de livrer ses dernières observations quant aux coûts des pièces détachées. En hausse de 1,5% et 1,9% lors des exercices 2014 et 2015, le prix des pièces enregistre, pour la première fois depuis deux ans, un recul de sa croissance avec une hausse moyenne sur l'ensemble de l'année évaluée à 1,0% à modèle constant.

Au niveau de l'évolution annuelle par marque, on note que très peu d'acteurs ont réussi à infléchir la tendance en 2016. De l'ordre de – 0,08% chez Mazda, la baisse du prix des pièces est plus marquée chez Volvo (- 1,36%), Kia (- 1,78) et surtout Nissan (- 1,98%). Alfa Romeo, BMW, Citroën, Fiat, Mini, Peugeot, Renault et Toyota s'inscrivent quant à eux peu ou prou dans la moyenne nationale.

Au niveau des coûts des pièces de rechange, qui prend en compte en plus du prix des pièces, l'augmentation des paniers (nombre d'éléments) lors des changements de modèles, on observe une augmentation totale annuelle de 3,1%. Chiffrée à 3,3% puis 3,2% lors des deux premiers trimestres de l'année, cette donnée s'est ensuite stabilisée à trois points lors des deux derniers.

De ce point de vue, la donne n'est plus la même que pour le prix des pièces au niveau des marques. Si Volvo (- 0,72%), Nissan (- 2,04%) et Kia (- 3,86%) font toujours figure de bons élèves, Peugeot compte à l'inverse parmi les plus mauvais avec une hausse sur douze mois évaluée à 4,66%. Seul Honda fait pire dans l'Hexagone (+ 5,42%), alors que les acteurs tricolores sont tous en difficulté avec une augmentation de 4,30% pour Dacia, de 3,42% pour Renault et de 3,25% pour Citroën.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle