S'abonner
Distribution

L'envol réussi de Pascale Lefeuvre

Publié le 27 août 2021
Par Romain Baly
4 min de lecture
Pas vraiment programmée pour diriger, la présidente de Dasir est pourtant devenue en une décennie l'une des figures incontournables de la rechange, que ce soit à la tête de son entreprise ou du réseau Apprau. La jeune femme réservée est devenue une dirigeante accomplie et ce, sans jamais renier ses valeurs, ni celles de sa famille.
Après avoir rejoint son père Alain dans les années 90, Pascale Lefeuvre a pris les rênes de la société familiale en 2011.
Après avoir rejoint son père Alain dans les années 90, Pascale Lefeuvre a pris les rênes de la société familiale en 2011.

Dans l'histoire des Trophées de la Rechange, la plateforme lyonnaise Dasir se distingue de l'ensemble des lauréats puisqu'elle est aujourd'hui la seule société tricolore à avoir été primée à trois reprises. Ce palmarès caractérise parfaitement le cheminement de Pascale Lefeuvre. En 2010, elle n'était alors "que" la fille du charismatique patron, Alain Lefeuvre. En 2014, elle était celle qui avait repris le flambeau mais qui peinait alors à s'émanciper, ce prix récompensant alors une passation réussie. En 2016, enfin, c'était elle qui avait les honneurs du jury, des spectateurs des Salons Hoche et tous les observateurs. Son père n'était pas bien loin, mais, cette fois-ci, c'est bien Pascale Lefeuvre qu'on applaudissait, à l'aise dans son nouveau costume et devant cette assemblée.

Elle qui n'avait jamais rêvée d'un tel destin s'affichait en dirigeante accomplie. Le fruit d'un long cheminement. A Lyon et dans toute la région, on connait Dasir. On connait aussi les Lefeuvre. Et on a appris à connaître Pascale. L'histoire professionnelle et personnelle de cette dernière débute en 1956 lorsque son grand-père fonde un petit entrepôt dans la capitale des Gones. Vingt ans plus tard, la deuxième génération représentée par Alain prend les rênes. Non content de gérer une plateforme dépositaire qui fonctionne bien, celui-ci entreprend un jour de développer son affaire.

Une seconde maison

Convaincu que, pour avancer, il faut être propriétaire de son stock et non plus uniquement gestionnaire de celui d'un autre, il investit toutes ses économies pour lancer son projet. "Un soir, mon père est rentré il nous a expliqué qu'il avait hypothéqué la maison et qu'il allait devoir travailler dur, se souvient Pascale Lefeuvre. Je n'avais pas 10 ans, mais cette phrase m'a profondément marquée." Pour elle, Dasir faisait déjà partie de sa vie et le deviendra encore plus.

Cette entreprise, c'était ma deuxième maison. Pendant mes vacances, je rangeais des filtres quand d'autres jouaient chez eux. C'était naturel, j'aimais ça et je passais du temps avec mon père."

Ce quotidien singulier, la petite dernière le partage avec son frère et sa sœur. Le trio se construit dans cet environnement où l'échec n'est pas permis et les heures de travail ne sont pas comptées, sans toutefois en prendre ombrage. "On n'a jamais ressenti le poids de l'entreprise à la maison, comme cela peut arriver dans certaines familles. Mon père savait couper et il ne nous a jamais mis dans la posture de l'héritier ou du successeur", indique-t-elle. Elle grandit ainsi dans cet univers sans jamais s'y voir rester. À l'heure de trouver sa voie, elle opte pour un BTS en commerce international. Mais tournez le dos à votre destin, et il vous rattrapera tôt ou tard…

Retour aux sources sur un coup de tête

Elle qui aime tant les langues étrangères part en stage quelques mois en Allemagne. Un soir, le téléphone sonne. Son père lui annonce que son assistante vient de partir et lui propose de venir lui donner un coup de main. Ni une, ni deux, la voilà qui rentre à Lyon, trop heureuse de cette opportunité. "J'étais jeune et amoureuse, je n'ai pas réfléchi longtemps." Voilà les trois rejetons d'Alain Lefeuvre réunis sous le même toit grâce à des circonstances similaires ! Les premières années de Pascale Lefeuvre chez Dasir sont celles de l'apprentissage, de la besogne et des tâches de l'ombre. La jeune femme, timide et réservée, préfère rester en retrait. Sans faire de bruit, pourtant, elle prend peu à peu un rôle important dans l'entreprise. Au point qu'à l'heure de choisir son successeur, en 2011, le patron penche pour sa petite dernière. Une question de fibre commerciale.

Reste que l'envie "d'y aller" n'est alors pas débordante. "Je venais d'avoir mon troisième enfant et je me voyais mal prendre la suite de mon père. Je lui ai dit oui, mais à une seule condition : qu'il soit à mes côtés le temps de la transition." Bien accompagnée et soutenue par sa sœur, Aline Ka, directrice générale de la société très axée finance et RH, la nouvelle dirigeante doit toutefois surmonter l'écueil courant des filles ou fils "de". Employés, fournisseurs, clients… des regards sont lourds de sens. "Certains se sont demandé pourquoi mon père m'avait choisie…"

La culture du dépannage

Il n'empêche, Pascale Lefeuvre en impose sans s'imposer. Forçant sa nature, elle prend la mesure de son nouveau rôle tout en restant fidèle à ses convictions. Féministe convaincue, elle met ainsi un point d'honneur à féminiser les équipes. Comptabilité, direction des ressources humaines, services techniques… la plupart des postes clés sont aujourd'hui confiés à des femmes, alors que l'équipe de 90 personnes est quasiment à parité.

L'autre évolution porte sur un management en cohérence avec ses idées. Écoute, bienveillance, partage sont au cœur de son fonctionnement. Avec son propre style, Pascale Lefeuvre a préservé l'ADN de la société faite d'humanisme, de travail et d'innovation. Surtout, depuis toujours, Dasir fait figure de "dépanneur". Quand une pièce manque, c'est Dasir qu'on appelle ! Une fierté pour la dirigeante. C'est un secret de polichinelle, mais de nombreux distributeurs Autodistribution ou Alliance travaillent avec Dasir… "Et quel est le problème ? interroge la patronne.

Nous ne sommes pas en concurrence avec les groupements, nous sommes même parfaitement complémentaires avec eux."

Les liens d'Apprau

La politique commerciale de Dasir diffère de celle d'autres plateformes. Dans l'entrepôt de Décines, il est commun de voir des pièces tourner une ou deux fois par an seulement. Les patrons-financiers trouveraient que c'est un non-sens. Pas Dasir qui, preuve du bien-fondé de cette stratégie, a réalisé un exercice record l'an passé. "On a toujours été très à l'écoute du terrain, on a la culture du stock." Pour l'anecdote, la société dispose même d'un service R&D, destiné à trouver la perle rare partout en Europe.

Depuis 2020, l'histoire de Pascale Lefeuvre a pris une autre tournure. Son entreprise compte parmi les membres fondateurs d'Apprau, né en 2006 de la volonté d'Alain Lefeuvre, Philippe HuyguesPatrice Godefroy et Robert Perrin Objois de parler d'une voix commune et de peser plus lourd dans les négociations. Aux manettes du réseau pendant neuf ans, Laurent  Ferré, son confrère et ami, patron d'Adipa (Nantes), a souhaité prendre du recul. Ce dernier, accompagné d'Olivier  Chaussende (Chaussende et Fils) et de David  Cousin (Motor Parts France), lui a alors proposé de prendre la relève. Une suite logique mais qu'il a fallu, une nouvelle fois, apprivoiser. Les idées ne manquent pas, encore fallait-il oser se mettre en avant de cette "amicale" de plateformes qui, en dépit de certaines turbulences, dénote dans le paysage par son homogénéité et par les liens très forts qui unissent ses représentants. Les générations se suivent, l'histoire se poursuit.

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle