S'abonner
Equipementiers

NTN-SNR sur tous les fronts

Publié le 26 juin 2014
Par Hervé Daigueperce
3 min de lecture
Si les Français ont du mal à l’export, ce n’est pas le cas des équipes de NTN-SNR, qui partent d’Annecy vers le monde entier. Surtout dotées d’un nouveau centre logistique !
Laurent Dumont, directeur des ventes aftermarket France, Belgique et Luxembourg et Yvan Naumann, ingénieur des ventes France.
Laurent Dumont, directeur des ventes aftermarket France, Belgique et Luxembourg et Yvan Naumann, ingénieur des ventes France.

En Belgique, avec BCC

En charge également de la Belgique en plus de la France, Laurent Dumont, directeur des ventes aftermarket France, Belgique et Luxembourg de NTN-SNR, avance ses pions avec une détermination peu commune, tout en douceur apparente. Pas présent en Belgique (la Hollande est travaillée par l’Allemagne, N.D.L.R.), le groupe NTN-SNR se devait d’occuper du terrain sur un territoire bien disputé. C’est pourquoi Laurent Dumont a pris le parti de venir sur AutoTechnica l’an dernier, afin de sentir le marché. Avec la signature de son partenariat avec BCC, NTN-SNR entre au plat pays et se trouve distribué sur tout le territoire : “Grâce au maillage et à la distribution par BCC, les garages nous reconnaissent, et nous avançons plus vite. Nous revenons sur AutoTechnica pour répondre à leurs questions, pour qu’ils nous identifient, et nous les renvoyons sur leur distributeur BCC qui ne travaille que sur la Belgique, ce qui est, aussi, un gage de sécurité pour l’ensemble de nos clients. C’est pourquoi, également, nous avons affiché ce poster des sites du groupement.” De fait, le groupement belge a frappé fort pour cette édition et ses ambitions servent la politique de Laurent Dumont : “BCC est un ensemble à taille humaine, avec lequel nous avons déjà fait du bon travail, et avec lequel, nous avons encore des choses à construire.” Step by step. Leur adhésion à Nexus International s’avère aussi un signe de dynamisme et est vecteur de croissance, une croissance que le groupement vit déjà bien, en prenant des parts de marché. Et si, dans le domaine de la distribution et de l’accessoire, il y a beaucoup d’acteurs, NTN-SNR entend bien faire la différence avec la roue, puis avec la suspension…

Et la France, si on en parlait ?

“Elle va bien”, affirme Laurent Dumont, avant d’ajouter : “La stratégie de NTN-SNR consiste à bien faire le travail avec les clients historiques, et donc leur apporter toujours plus d’éléments différenciateurs et complémentaires. Par exemple, nous leur avons fourni des kits de pompes à eau et aussi des courroies d’accessoires. Il est à la fois important de fournir de nouvelles choses à nos clients historiques, et à la fois de communiquer dessus.” Et ce ne sont pas les produits qui manquent puisque les “réserves” du groupe NTN sont pleines ! Et Laurent Dumont de citer l’exemple des joints de transmission en distribution, pour lesquels le groupe est numéro 2 mondial, alors qu’on ne cite que la roue où ils sont numéro 1 ! Sans renier ce secteur, vecteur de chiffre d’affaires important, puisque “si les roulements de roue deviennent de plus en plus solides et sont donc moins changés, les nouvelles générations sont en train de pénétrer le marché et de le faire évoluer vers plus de valeur”. Quant à la logistique en France, elle s’appuie toujours sur les plates-formes logistiques même si le groupe a ouvert un très grand centre logistique mondial à Annecy : “Les gammes sont tellement larges qu’il faut s’appuyer sur les plates-formes nationales et régionales”, poursuit Laurent Dumont avant de conclure sur les nouveaux outils d’aide à la vente, comme “le logiciel de prospection de proximité, qui apporte un vrai plus aux distributeurs”. Bien faire le travail…

A Alger aussi, le groupe progresse !

“Nous avons toujours quelque chose à raconter”, annonce Christophe Espine, le directeur du marketing pour l’après-vente du groupe, en évoquant le kit sur la roue qui “associe, également l’image de NTN à celle plus connue en Algérie de SNR”. Parce qu’il faut rappeler que SNR, avant d’appartenir à NTN, a su trouver sa place sur le territoire gigantesque de l’Algérie qui est aussi leur premier marché dans la région. Et ce n’est pas Alain Monserand qui le contredira, lui qui anime le stand sur Equip Auto Algeria depuis le début, alors que bien des équipementiers occidentaux se font uniquement représenter pas leurs distributeurs. “Nous avons constitué un réseau de sept distributeurs (dont de très grands comme Bareche ou Benbott, N.D.L.R.), mais cela ne nous dispense pas de les soutenir en venant sur le salon, rencontrer leurs clients et leur apporter des solutions techniques ou marketing. Nous sommes sur de la croissance forte, puisqu’en plus de notre maillage solide, constitué à l’aide d’un conseil algérien, nous sommes sur un parc qui nous va bien et qui avance dans notre sens puisqu’il y a de plus en plus de véhicules asiatiques, donc du volume supplémentaire grâce à NTN”, ajoute Christophe Espine.
 

Partager :

Sur le même sujet

cross-circle